Edito du numéro 28, « Des jeux et des lois »

ENVOLÉE N°28

DES JEUX ET DES LOIS

On nous amuse ; on voudrait nous voir soutenir les bleus… ils patrouillent dans les halls, ils contrôlent, expulsent et enfer- ment, mais on en fait les héros de « l’équipe France » sous la douche de rigueur.

Quand la prison prend l’eau, comme à Draguignan mi-juin, on emmène les prisonniers en balade pour éviter « qu’ils ne se livrent aux pillages » de rigueur.

Quand c’est l’eau qui prend le pétrole comme en Louisiane fin avril, les prisonniers les plus méritants gagnent une formation de nettoyage des côtes. On nous amuse ; dehors c’est foot à l’écran, dedans pareil, en payant plus cher. Regarder ailleurs, l’écran des sites de paris en ligne. Y perdre un peu plus de cet argent qui manque déjà. En masse, les masses renflouent le compte courant d’un État qui rembourse les banques de leurs jeux foireux.

On nous amuse ; dehors, c’est Fête de la musique et technivals sous gyrophares ; dedans, c’est ateliers d’écriture sous contrainte. Paroles et musiques en liberté surveillée. Pour ceux qui pètent les plombs, soixante places à gagner en UHSA pour déguster des psychotropes multicolores. On nous accuse ; de nous promener en bandes un peu trop rugueuses ; de ne pas assez engraisser les concessionnaires ; de nous servir dans la caisse ; de refuser d’être soignés à vie ; de nous battre avec nos maigres muscles ; de ne pas croire aux nouveaux monstres que l’on exhibe ; de critiquer les faux critiques…

Jeu pour matons : combien de temps, un prisonnier qui a mis le feu à sa cage met-il pour crever ?

Jeu pour humanistes : combien de temps un prisonnier qui a fait vingt piges tient-il à l’extérieur ?

La seule règle, y’en a pas… d’arrangement, dixit Nino !

L’intégralité du journal est disponible en PDF

« Imaginer tous les prisonniers qui veulent que ces prisons de merde ferment un jour »

Paru dans le N°30 de l’Envolée, mars 2011

Le 13/11/10 Salut à toute l’équipe,

C’est avec un tout petit regret que je vous écris cette lettre car bientôt je serai transférée à la centrale de Rennes, normalement c’est pour début décembre. Je suis contente à la fois de quitter cette maison d’arrêt pourrie qu’est Fresnes mais le seul regret que je vais avoir c’est de ne plus pouvoir vous écouter. Comme M. Top el Hadj j’aurai aimé comme lui que la diffusion soit nationale mais les explications d’Olivier qui montrent que c’est pratiquement impossible me désolent.

J’aurai passé 3 ans dans 3 maisons d’arrêt et là je vais atterrir dans une centrale où les conditions de détention ne seront pas les même mais j’espère inch’Allah que cela se passera bien. Je continuerai à vous écrire et à vous téléphoner, avec un pincement au cœur bien sûr de ne plus vous entendre. C’était comme un rituel le vendredi de 19h à 20h30, rituel qui me faisait imaginer tous les prisonniers qui veulent que ces prisons de merde ferment un jour. Isolée je me sentais comme entourée par d’autres comme moi qui étaient à l’affût en vous écoutant d’un témoignage, d’un courrier et cela fait chaud au cœur. Merci à M. Top Omar et à Malek Khider de penser à moi , cela prouve que les messages, les courriers que j’ai envoyé pour dénoncer toutes ces humiliations, ces brimades, ce quotidien morose, ont bien abouti en ce sens.

J’ai deux grands frères et un petit frère, trois soeurs et j’imagine toujours que ce pourrait être eux derrières les barreaux à notre place, c’est pourquoi je vous apporte tout mon soutien de tout petit bout de femme calme posée mais tellement enragée à l’intérieur de moi quand j’entends des mots comme QI, isolement, peine de sûreté, perpétuité, etc…

Je suis de tout coeur avec vous même si l’on ne se connait pas. J’adresse aussi un salut particulier à Sylvie Picciotti qui a Fleury ne nous entend pas mais j’espère qu’elle pourra lire le journal un jour et qu’elle pourra lire toute l’attention que je lui porte. Je vous remercie pour tout ce que vous faites , continuez dans ce sens, c’est un baume au cœur que de se savoir soutenue et entendue surtout. Ma dernière pensée sera pour M.Benchetouya, assassiné en prison par des détenus (Paix ait son âme). C’est par lui que j’ai pu vous rencontrer et commencer à m’intéresser à toute cette violence carcérale que personne ne voit. C’était le frère d’un ami au mien, je ne le connaissais pas mais je ne souhaite à personne de mourir en prison , mourir sans avoir pu voir tes proches et leur dire au-revoir. Je vous demanderai si c’est possible, et c’est un petit coucou à M.Top, et mon cadeau de départ des ondes, si c’était possible de passer des morceaux de Kenny Arkana, album entre ciment et belle étoile et si possible la 19, la dernière de l’album.

Je vous embrasse tous, en espérant un jour vous revoir sur le plateau comme Laurent Jaqqa et continuer à lutter pour l’abolition des prisons, des centres de détention et toute autre forme, de type d’enfermement. Je continuerai à prendre de vos nouvelles par le biais d’Olivier que je vois au parloir, d’ici là bon vent, force, courage, détermination et PATIENCE. Car la patience est une vertu. Pour finir y’a pas d’arrangement, ça c’est pour Nino, paix ait son âme.

 

Kaoutar, future-ex prisonnière de Fresnes.