Tous les articles par lenvolee

ÉMISSION DE L’ENVOLÉE DU 10 FÉVRIER 2017

 

  • Courriers : Damien (MA de Fleury Mérogis)/ Des nouvelles de Georg Huß, toujours en grève de la faim à la MA de Mulhouse
  • Brèves : A propos du CPIP de Villeneuve-les-Maguelones qui n’apprécie qu’on critique sa drôle de manière d’aider une famille à la recherche d’un prisonnier disparu / L’avocat Bernard Ripert obtient au bout de 7 mois l’annulation de sa suspension d’exercice censée durer 3 ans… on est ravi / Procès de trois prisonniers qui ont pris en otage un maton à Réau en avril 2016 : 8 ans requis par le procureur. Ils prennent 5 ans après avoir dénoncé l’isolement et le QMC de Réau à la barre devant une salle remplie de matons de tous grades.
  • Procès : Retour sur les procès qui ont eu lieu toute la semaine au TGI de Bobigny. Depuis une semaine, toutes les nuits des affrontements ont lieu en Seine-Saint-Denis et notamment à Aulnay, la ville de Théo, violé par une matraque policière. Sur les plus de 80 interpellés, 9 passent en procès, 2 prennent du ferme et 6 du sursis.
  • Invitées : Discussion avec Florence, Johanne et Cloé Rasemont-Villain de l’association « jardins des T » qui visibilise et soutien les personnes trans, notamment en prison. Elles décrivent la réalité des suicides et du harcèlement subi par les personnes trans en prison. (numéro d’urgence : 0800 600 608)

  • Annonces : manifestation samedi 11 devant le TGi de Bobigny contre les violences policières / Annonce d’une nouvelle arrestation dans le cadre de l’enquête sur la voiture de flics brûlée pendant le mouvement social.

Zics : El-P – Interlude / NWA – Fuck the police / Loubna – Je reste hardcore


Téléchargement  (clic droit –> « télécharger le fichier lié »)

ÉMISSION DE L’ENVOLÉE DU 03 FÉVRIER 2017

 

  • Courriers : Gaëtan (CP de Lannemezan) / Fabrice (CP de Lannemezan) / Communiqué des prisonniers sur les mutineries qui ont lieu en 2016 à Valence.
  • Tel direct : Avec Cherifa, la femme de Mehdi, mort suite au « parchoquage » de son scooter par la police le 11 septembre 2016. Elle raconte, entre autre, ce que la police lui fait subir alors qu’elle vient reconnaître le corps de son mari, les difficultés rencontrées pour porter plainte, la manifestation organisée par les proches le 28 janvier à Vénissieux. Et plus d’infos sur le facebook : Vérité et justice pour Medhi.
  • Chronique de Steph : A propos de la législation sur l’extension de la « légitime défense » des flics.
  • Tel direct : Benoît David, avocat de Fabrice Boromée détaille sa situation à la centrale de Lannemezan.
  • Brèves : Des condés, encore des condés…  et leur droit de tirer / Résultat du procès des flics contre le « collectif du 8 juillet » / Flic jugé pour viol avec sa matraque (une peine de six mois avec sursis et un an d’interdiction d’exercer a été requise, le délibéré devant être rendu le 20 février) / « Prison à points » : la grande gagnante Condé-sur-Sarthe avec 78 points  /  Concert pour « la vérité pour Adama ».
  • Annonce : Procès d’Emmaüs lundi 6 février, RDV 13h place du Châtelet , procès à 13h30 au TGI, pôle 8, chambre 1.

Zics : La Resistencia D’ Mexico – Suversion / Gommard – Which side are you on ? / La Minor – Je vivais dans la haute ville d’Odessa


Téléchargement  (clic droit –> « télécharger le fichier lié »)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

« Tout ça commence à aller trop loin » Fabrice Boromée en grève de la faim au quartier d’isolement de Lannemezan

Solidarité avec Fabrice Boromée
Solidarité avec Fabrice Boromée

Comme plus de cinq cent prisonniers ultra-marins, Fabrice Boromée purge une peine en métropole, loin de ses proches. Depuis 2011, il réclame son transfert en Guadeloupe. L’administration pénitentiaire (AP) fait la sourde oreille et ne lui permet pas de se rendre à l’enterrement de son père en septembre 2012.

Il tente alors de se faire entendre d’une autre manière : avec Rachide Boubala -un co-prisonnier qui exige un rapprochement lui aussi- ils prennent en otage un maton de Condé-sur Sarthe. Il réitère cette tentative de prise de parole à la centrale de Arles en 2014 – qualifiée de nouveau en « agression » et «  tentative de prise d’otage ». Alors qu’il fait le tour des QI des prisons françaises depuis trois ans et demi, en septembre 2015 le directeur de Vendin-le-Vieil lui fait miroiter une sortie de l’isolement. En revenant de vacances, ce dernier change d‘avis et envoie un subalterne lui annoncer la nouvelle. Fabrice retient le sous directeur pendant deux heures. Nous avions alors publié une lettre de Fabrice qui expliquait son geste quelques jours avant son procès.

A ces tentatives pour se faire entendre, la justice réponds systématiquement par des peines supplémentaires. Entré en prison pour une peine de 8 ans, il a maintenant plus de 30 ans à faire. L’administration pénitentiaire lui fait payer sa détermination en refusant de lui faire rejoindre la détention dite normale. Maintenu à l’isolement, transféré sans cesse (Fleury-Merogis, Clairvaux, Lannemezan pour la seule année 2016) , entravé dans tous ces déplacements en prison (y compris lors de la distribution des repas), objet d’insultes racistes voire de passage à tabac de la part des matons, Fabrice Boromée et continue de réclamer son transfert en Guadeloupe. Comme il le faisait déjà il y a des années, en témoigne cette interview à France 1.

Le premier courrier que nous publions nous est parvenu il y a une semaine. Il annonce qu’il a entamé une grève de la faim au mitard de la centrale de Lannemezan où il est actuellement . Dans la seconde lettre -écrite au QI de Fleury Mérogis en mars 2016-, il revient sur «sa vie de taulard ».

Mitard de Lannemezan

Le 17 Janvier 2017

Là, je suis au cachot parce que j’ai agressé un surveillant. Je passe au prétoire mardi pour cela et je sais que je prendrai 30 jours de cachot. Tout ça parce que je demande le papier du ministère de la justice où est écrit que je suis transféré de Lannemezan à Paris pour être plus près d’un ami qui vient me voir au parloir. Il habite à Lille et Lannemezan est trop loin pour lui. Je vois que le ministère n’en a rien à foutre et tout ça m’a énervé.

Je fais la grève de la faim, je ne mange pas au cachot. J’en ai marre de tous ces injustices. Maintenant, on est en 2017. Et toujours avec les matons casqués et les menottes au cachot pour tous mes mouvements. Tout ça commence à aller trop loin, je me demande jusqu’à quand cette souffrance va continuer. (…)

J’espère que, un jour, je rentrerai chez moi en Guadeloupe et voir mes proches. J’attends toujours le jugement de la centrale de Arles, cela fait deux ans et un mois maintenant et je trouve ça long. Mais que veux tu, c’est la vie qui veut ça. Je ne baisse pas les bras et je fais face à tous ces humiliations loin de chez moi.

Christine est libre, ça me fait très plaisir pour elle après tant d’année d’humiliation et souffrance qu’elle a subie et là elle est bien et s’occupe de ses brebis.

971 Guadeloupe à vie 100%

L ‘ami Fabrice

Vous pouvez écrire ou téléphoner au centre pénitentiaire de Lannemezan, ainsi qu’à la direction de l’administration pénitentiaire pour demander que cesse l’acharnement sur Fabrice Boromée, et appuyer ses demandes :

Fin de l’isolement, retour en détention normale, transfert en région parisienne de manière à pouvoir être visité, en attendant un transfert en Guadeloupe pour être rapproché de sa famille.

Centre Pénitentiaire de Lannemezan, rue des Saligues, 65300 Lannemezan,  Standard : 05.62.50.13.20.

Direction de l’administration pénitentiaire, 13 place Vendôme 75042 Paris Cedex 01

 

Maison d’arrêt de Fleury-Mérogis,

le 14 mars 2016

Ma vie de taulard

J’avais 16 ans la première fois que je suis tombé pour violence avec arme et vol à main armée, et vu que j’étais mineur j’ai pris huit mois de prison. En prison, j’ai été obligé de me battre pour ne pas me laisser marcher dessus et me faire racketter. Quand je suis sorti, je suis resté quatre mois dehors et j’ai repris trois ans pour vol à main armée et violence. J’en ai fait cinq parce que j’ai pris des peines intérieures pour des bagarres : ils m’ont envoyé avec les majeurs, et là c’était la jungle, la violence a été de plus en plus forte, et je me suis retrouvé au quartier d’isolement (QI).

Quand j’ai été libéré, au bout de deux mois dehors, mon frère Eddy a eu un problème avec un gars et la police l’a arrêté. Ils ont commencé à le frapper à coups de pied alors qu’il était à terre avec les menottes, et ça je ne l’ai pas accepté. J’avais un couteau, j’ai foncé sur la police, dans le fourgon, et j’ai blessé un policier. Là, j’ai pris une balle à l’épaule gauche et ils nous ont mis en prison pour tentative de meurtre sur la police et violence en réunion. Moi, ils m’ont mis en isolement direct, alors que j’étais blessé par balle, et ils ont mis mon frère au quartier normal. Pour cela, au total, j’ai pris onze ans et mon frère a fait six mois tout seul. Je suis sorti en 2010 et j’ai fait dix jours dehors avant de tomber pour vol à main armée et violence avec arme parce que j’ai tiré sur un docteur psychiatre du CHU de Pointe-à-Pitre. J’ai pris huit ans pour cela, et après un mois, suite à une bagarre avec un détenu, le directeur m’a placé à l’isolement.

En 2011, le 8 août, ils m’ont transféré de force en France, à Fresnes, loin de ma famille, et par la suite à la centrale de Saint-Maur. Là, mon calvaire a commencé, avec le racisme… Alors que j’étais aux arrivants, j’ai demandé à un surveillant de regarder sur l’ordinateur si un mandat que mon père m’avait envoyé était arrivé. Ils m’ont envoyé balader en me disant qu’ils n’avaient pas le temps : c’est parti en bagarre, ils m’ont roué de coups de poing et de pied, puis jeté au mitard comme un chien en me traitant de sale nègre, de sale macaque, et en me disant qu’ils allaient me tuer. Pour cela, j’ai pris deux ans de prison, et j’ai été jeté au QI dans une cellule sans armoire et sans chaise. Dans la cellule, il y a une trappe par laquelle on me donnait à manger sur le sol comme à un chien, et pour tous mes déplacements, ils étaient casqués et avaient des boucliers.

J’ai commencé le tour des QI et j’ai atterri à la centrale de Clairvaux où le directeur m’a mis au QI et au mitard sans raison. Le 17 septembre 2012, alors que j’étais au mitard, ils sont venus me dire avec un grand sourire que mon père était mort. Je leur ai demandé si je pouvais aller à l’enterrement, et comme ils m’ont dit non, j’ai frappé avec une grande rage, et j’ai pris quinze mois. Et j’ai recommencé les tours de QI pour atterrir au QMC (quartier maison centrale) de Réau. Quand j’ai eu un contact avec une détenue, on a demandé un parloir interne que le directeur a refusé, alors qu’il l’avait accepté pour un autre détenu : j’ai pété les plombs sur un surveillant avec qui j’avais déjà eu un problème et j’ai pris un an de prison. Et j’ai recommencé les tours des QI…

J’ai atterri à Lannemezan : il y avait une trappe à la porte de ma cellule, les matons étaient casqués et avaient des boucliers, et pendant quatre mois, j’ai été menotté pendant tous mes déplacements et traité comme un chien. Après, ils m’ont transféré à Condé-sur-Sarthe dans un QHS (quartier haute sécurité) où j’ai rencontré Rachide Boubala. Nos conditions de détention ne nous plaisaient pas : pas d’activité, pas de travail, les matons qui parlaient mal aux détenus… On a donc décidé le 30 décembre 2013 de faire une prise d’otage dans la salle d’école qui se trouvait au socio. On a pris le surveillant en otage pendant près de cinq heures, et à 1h30 du matin, les cagoulés nous ont transférés, moi à Rennes et Rachide à Rouen, au QI.

Quand je suis arrivé, il n’y avait rien dans la cellule, pas de matelas, pas de produits d’hygiène, pas de télé; rien, quoi. A 8 heures du matin, les matons ouvrent la porte, je leur demande de quoi me brosser les dents, et ils me répondent : « Tu vas payer pour la prise d’otage du collègue à Condé » ; c’est parti en bagarre; ils m’ont roué de coups de poing et de pied, et, avec les casques et les boucliers ils m’ont jeté au mitard pendant trois mois, menotté. Je ne pouvais même pas aller au téléphone pour appeler mon frère en Guadeloupe, et j’étais traité comme un chien lors des repas qui étaient jetés à terre par la trappe. Par la suite, j’ai recommencé les tours des QI pour atterrir à la centrale d’Arles où j’ai encore subi le racisme, et où tout ce que je demandais était refusé par la directrice : le sport, les activités comme le cheval, le travail. J’avais un régime spécial pour mon repas: à chaque fois, il manquait ma barquette. Ca a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase : le matin du 2 décembre 2014, j’ai tenté une prise d’otage…

J’attends mon procès pour tentative de prise d’otage et agression avec arme. Le tour des QI a recommencé, et j’ai atterri au QI de Vendin-le-Vieil. Au bout de quatre mois, le directeur me dit : « Comme vous êtes arrivé au mois de mars 2015, vous sortirez le 15 septembre 2015. » Le 8 septembre au soir, le sous-directeur me dit que je ne sors plus le 15 septembre mais le 15 novembre, vu ma dangerosité. Je n’ai pas dormi de la nuit et j’ai décidé que le 9 septembre au matin, je prendrais le directeur en otage pendant quatre heures dans la salle d’audience, parce ce qu’on m’a pris pour un con et un rigolo; j’ai donc pris six ans de prison.

Je ne crois plus à aucune parole d’aucun directeur de l’administration pénitentiaire.

Je suis rentré pour une peine de huit ans et je me retrouve à devoir faire trente-quatre ans de prison parce que je veux rentrer chez moi en Guadeloupe, voir ma famille et surtout mon frère Eddy, pour ne plus subir le racisme, la méchanceté et la persécution des matons… La preuve, c’est que cela fait cinq mois que je suis au QI de Fleury-Mérogis en MAH (maison d’arrêt des hommes), alors que j’ai une peine de centrale.

Je tiens à remercier l’Envolée pour le travail qu’ils font pour les détenus. Courage et force,

Boromée Fabrice

 

Solidarité

avec Fabrice Boromée

 

Enregistrer

Enregistrer

ÉMISSION DE L’ENVOLÉE DU 20 JANVIER 2017

 

  • Courriers : Mohamed (CP de Condé-sur-Sarthe) ; une lettre du  Mexique (prison de Santa Martha Acatitla) ; une lettre du Genepi en soutien à un prisonnier autrichien qui a entamé une grève de la faim (MA de Mulhouse) et les revendications de ce prisonnier ; une lettre du frère de Nono (CP de Réau) -> demande de soutien pour son procès au tribunal de Melun le 24 février à 9h
  • Tel : La compagne d’un prisonnier inculpé lors de la deuxième série des mouvements de prisonniers à la prison de Valence en novembre 2017, revient sur ce qui a précédé de mouvement.
  • Invités : Gaetano et Severino, raconte le procès de leur compagnon Damien Camelio (MA de Fleury-Mérogis)

Zics : Piloophaz – Le sommet du Rap Francophone / Sav Killz feat. Planet Asia, Frank Knight and King Marvey X – Goin In / Ballata del Anarchico Pinelli


Téléchargement  (clic droit –> « télécharger le fichier lié »)

« J’invite tous les prisonniers à s’unir », communiqué de Georg Huß en grève de la faim à la maison d’arrêt de Mulhouse

soli

Un prisonnier allemand, Georg Huß enfermé à la MA de Mulhouse nous a fait parvenir une liste de revendications liées à la situation particulière dans laquelle il se trouve et  pour dénoncer l’état dans laquelle se trouve la MA de Mulhouse.

Pour appuyer ses revendications, il a entamé une grève de la faim depuis le 1er janvier. Depuis fin janvier, il a également entamé une grève de la soif.

Georg est l’un des trois membres fondateurs de la branche autrichienne d’un  syndicat de prisonniers allemands, le Gefangenen-Gewerkschaft / Bundesweite-Organisation. Avant son transfert en France il avait déjà longuement lutté dans les prisons autrichiennes pour l’amélioration des conditions de détention. A cause de la barrière de la langue il est particulièrement isolé, mais a décidé de se battre. Nous devons faire circuler le plus largement possible ses revendications pour tenter de faire réagir la direction de cette MA particulièrement indigne et immonde.

Pour lui témoigner votre solidarité, vous pouvez écrire à Georg Hüss (en Allemand ou en Espagnol de préférence) :

Georg Huß
Numéro d’écrou 42048
Maison d’Arrêt de Mulhouse
59 Avenue Robert Schuman
68100 Mulhouse

Pour faire pression sur la MA, prendre des nouvelles de Georg vous pouvez écrire ou téléphoner à :

Maison d’Arrêt de Mulhouse, Direction
59 Avenue Robert Schuman
68100 Mulhouse

TEL : 0389363400

J’ai commencé ma grève de faim le 1er janvier 2017

Voici une liste des demandes à ce moment :

  1. Fermeture de la Maison d’Arrêt de Mulhouse (MA) dans trois mois.

  2. Observations immédiates et détaillées de la Maison d’Arrêt de Mulhouse par :

    1. des organismes gouvernementaux ;
    2. des agents non étatiques ;
    3. des consulats responsables pour les étrangers dans la MA de Mulhouse ;
    4. des syndicats des gardiens de la MA de Mulhouse.
  3. Amélioration immédiate des conditions matérielles et des insuffisances en matière d’hygiène (moisissure noire, etc.).

  4. Investigations immédiates et collecte de preuves par le procureur.

  5. Consultations et soins médicaux spécialisés par des spécialistes extérieurs pour les prisonniers, s’il l’en faut.

  6. Autorisation de recevoir de l’argent par courrier et versement des mandats déjà versés et retenus pour l’instant.

  7. Mise à disposition d’interprètes, délivrances de tous les formulaires, documents, dossiers et annonces dans les langues adaptées à la population prisonnière.

  8. Égalité du traitement de tous les prisonniers – sur le niveau national, européen et mondial.

Concernant ma sécurité personnelle :

  1. Pas de transfert de la Maison d’Arrêt de Mulhouse contre ma volonté.

  2. Ordonnance des mesures seulement en présence de mon avocat choisi et d’un interprète.

  3. Liberté de communication avec des représentants des Syndicats des prisonniers allemands et autrichiens, avec l’ambassade allemande, Amnesty International Frankfurt, Mag. Dr. Ernst Pöschl et avec les représentants des médias.

  4. Visite immédiate d’un membre du clergé germanophone à mon choix.

  5. Visite dans les meilleurs délais de mon psychothérapeute.

J’invite tous les prisonniers à s’unir, à créer des syndicats et à exprimer leur solidarité – surtout en France, mais aussi globalement !

Solidarité dans la lutte pour les droits des prisonniers et respect des droits des prisonniers !

 

Pour mémoire, après un passage du Contrôleur général des lieux de privation de liberté en 2010, un article de Europe 1  – qui, fait rarissime laissait la parole à des prisonniers- dénonçait déjà en ces termes la situation à la MA de Mulhouse :

« Un rapport dénonce les conditions de vie « indignes » des prisonniers dans un bâtiment de 1865. Dans son rapport, le contrôleur général des lieux de privation de liberté indique qu’il n’a jamais été confronté à une situation aussi dégradée, depuis le début de sa mission. Jean-Marie Delarue a dénoncé mardi les conditions de vie indigne dans lesquelles les détenus de la prison de Mulhouse sont obligés de vivre. L’édifice, d’une capacité de 280 places, compte actuellement un peu plus de 300 détenus avec parfois des pointes pouvant dépasser les 400 personnes. Les bâtiments on été construits en 1865 et certaines cellules sont encore en terre battue. A l’intérieur, les toilettes sont si exigües qu’il est impossible de s’y asseoir correctement. « C’est sale, il y a des puanteurs épouvantables. Vous rentrez là-dedans, vous vous demandez ce que vous faites là. Quand vous avez un détenu qui est malade, qui a des coliques, avec les WC au milieu, bonjour… », raconte cet ancien détenu, sorti récemment. « Les douches, c’est pareil, champignons, moisissures. Il y avait des soucis de chaudière, bien sûr. Des fois il n’y avait pas d’eau chaude. On avait l’eau froide en plein hiver », ajoute un autre prisonnier récemment libéré.

Rien n’a changé.

La-prison-de-Mulhouse-epinglee

ÉMISSION DE L’ENVOLÉE DU 13 JANVIER 2017

 

  • Courriers : Kamel (poème), Mohamed (CP de Condé-sur-Sarthe), Michel (MA de Châlons-en-Champagne)
  • Tel : Christian, le père de Geoffrey Tidjani, mutilé au visage par un tir de LBD en 2010 lors du mouvement des retraites, nous parle du procès en appel qui s’est tenu cette semaine
  • Brèves : Manif de surveillants du CP de  Condé-sur-Sarthe en soutien à leur collègue maton en garde-à-vue pour avoir fait une balayette à un prisonnier / Mutinerie à la MA de Saintes : un des « meneurs » de 21 ans transféré au CP de Gradignan est retrouvé pendu dans sa cellule avec sa couverture…
  • Tel : Nadia nous parle de son neveu Ibrahim et ce qu’il subit au CP de Gradignan

Zics : Calavera – Casse-muraille / Adam Reverie – Detroit Muscle / Skalpel – Mémoires Des Lutte


Téléchargement  (clic droit –> « télécharger le fichier lié »)

ÉMISSION DE L’ENVOLÉE DU 06 JANVIER 2017

 

  • Courriers : Damien (MA de Fleury-Mérogis), Kamel (poème)
  • Invités : Les potes et frères d’Adama Traoré sont venus parler de leurs frères, des événements récents et de la mobilisation à Beaumont-sur-Oise.

marche-blanche-a-beaumont-sur-oise-en-hommage

  • Tel : Christine nous raconte un peu sa sortie depuis dix jours et sa « liberté » retrouvée après quatre années de prison et de bagarre au quotidien avec l’administration pénitentiaire.
  • Invitée : Loubna, sortie de prison depuis cinq mois, condamnée pour avoir défendu un gamin face à la police.

Zics : Demi Portion – Marre ; Dead Prez – Fuck the Law ; Berurier Noir – Manifeste ; Al & Casey – L’hiver est long


Téléchargement  (clic droit –> « télécharger le fichier lié »)

Un non-compte-rendu du procès de la mutinerie qui a eu lieu le 25 septembre au QMC de la prison de Valence

 

tagvalence

Vendredi 6 janvier 2017 s’est tenu le procès de trois personnes accusées d’avoir mené une mutinerie le 25 septembre à la nouvelle prison de Valence, au sein du Quartier Maison Centrale (QMC). Impossible d’accéder à l’audience, pourtant censée être publique. Plus que jamais, rappelons qu’il est important d’écouter et de relayer la parole des prisonniers et prisonnières en luttes et de se solidariser avec eux.

          Un procès à huis-clos qui ne dit pas son nom

Nous ne vous ferons pas de compte-rendu de ce procès, car l’accès au tribunal était interdit à tout le monde. Sauf peut-être aux surveillants, à leurs amis, et à des journalistes qui, cette fois encore, se contenteront de relayer la parole de la matonnerie et de l’AP… Un jugement à huis-clos, donc, mais tout à fait officieusement. Nous pensons aux trois prisonniers-accusés, Omar Top El Hadj, Aziz Bouzida et Joseph Marino, qui semblent avoir comparu sans aucune figure amicale dans la salle, sans aucune oreille amie qui s’intéresse à ce qu’ils ont bien pu dire à ce tribunal.

Mise en scène caricaturale de la « dangerosité » des accusés 

Sous prétexte que l’un des accusés s’est évadé en 2009 -et probablement grâce aux moyens conférés par l’état d’urgence ?-  un dispositif de sécurité impressionnant, voire grotesque, avait été mis en place. Mise en scène caricaturale de la « dangerosité » des accusés afin d’éluder toutes les questions importantes à nos yeux. Plein de flics partout dedans et autour, surarmés et cagoulés, contrôle systématique de l’identité des personnes voulant entrer dans le tribunal, quasiment tout le monde se trouvant refoulé. Quelques personnes seront même embarquées au poste pour une énigmatique vérification d’on ne sait pas trop quoi avant d’être relâchées quelques temps plus tard. Sans aucune explication évidemment. Histoire d’empêcher toute autre parole que celle de l’institution judiciaire et carcérale de sortir.

          Face à l’isolement : solidarités !

La réaction de la pénitentiaire est toujours d’isoler les prisonniers et de les maintenir dans le silence. Mais répétons le encore une fois : nous savons qu’ils ont toujours des raisons -individuelles et collectives- de se rebeller. Particulièrement dans un QMC, ces nouvelles unités ultra sécuritaires que des prisonniers ont rebaptisé « QHS tombeaux secrets » et dont nous avons souvent décrit et dénoncé le fonctionnement sur le site internet de l’Envolée, ou dans le journal du même nom.

Lorsque des prisonniers se révoltent, manifestent, revendiquent, se mutinent… ils prennent des risques énormes. Tout le monde peut exprimer son intérêt ou sa solidarité, briser l’isolement, notamment en tentant de prendre contact avec eux ou leurs proches, en recueillant des informations et points de vue directement auprès d’eux. Pour cette mutinerie comme pour d’autres, toutes informations, points de vue et contacts directs de l’intérieur sont donc les bienvenus. Ecrivez-nous ! Faites circuler !

          Le peu que l’on a appris

Et puisque nous n’avons pas eu accès à l’audience, voici au moins quelques « infos » glanées pour le moment dans les médias « autorisés » comme on devrait dire :

L’avocat de l’un des accusés affirme que s’il s’est révolté ce jour là, c’est parce qu’il avait formulé maintes demandes pour accéder à un régime alimentaire adapté à ses graves soucis de santé. Demandes restées sans suite.

Omar Top El Hadj, Aziz Bouzida et Joseph Marino étaient accusés de dégradation par moyens dangereux (pour avoir mis le feu à un matelas), « violence aggravée » et « vol avec violence », et d’avoir commis des dégradations de matériel pour 70000 ou 90000euros. Cinq ans de prison ont été requis à l’encontre de Omar Top El Hadj, quatre ans à l’encontre de Aziz Bouzida et Joseph Marino. (verdict à venir)

Ces prisonniers seraient actuellement incarcérés à Corbas, Villefranche-sur-Saône et aux Baumettes à Marseille.

Enfin, selon le Dauphiné du 6 janvier :

« Un faux tract portant les logos du syndicat pénitentiaire Ufap-Unsa Justice a été distribué ces dernières heures dans les boîtes aux lettres de Valentinois. Dans ce document, le secrétaire local du syndicat est directement visé ainsi que la profession de surveillant, en général. Cette distribution intervient quelques heures avant l’ouverture du procès des trois auteurs présumés de la mutinerie du 25 septembre au centre pénitentiaire de Valence . Une plainte pour diffamation a été immédiatement déposée par le syndicat. Par ailleurs des tags anti surveillants auraient été inscrits à proximité du palais de Justice. » (voir photo)

* Pour toutes personnes intéressées, nous participons à les relayer .

Pour la libération des prisonnier-e-s gravement malades

Lettre des prisonniers politiques basques de Moulins-Yzeure

Nous publions ci-dessous une lettre que des prisonniers de la centrale (prison pour longues peines) de Moulins nous ont demandé de faire circuler. Ils annonçaient des initiatives du Collectif de  Prisonnier-e-s Politiques Basques pour demander la libération des prisonnier-e-s gravement malades. La « loi Kouchner » de 2002 prévoit des suspensions de peine pour raisons médicales, mais elles ne sont que très rarement accordées, même lorsque des experts affirment que la situation d’une personne est incompatible avec la détention, même lorsqu’elle ne peut pas être soignée correctement en prison, même lorsqu’elle est sur le point de mourir. Ainsi, beaucoup de prisonnier-e-s meurent encore en prison, isolés. Et souvent mal soignés. Contrairement à ce qu’estiment souvent les politiques ou JAP (juge d’application des peines), ceux et celles qui sont passés par là savent très bien qu’on est souvent très mal soigné en prison, et qu’on y meurt parfois par manque de soins. Des services de soins palliatifs ont même été créés au sein d’unités hospitalières pénitentiaires afin de justifier les décisions de ne pas laisser sortir de prison des malades sur le point de mourir.

Cette mobilisation des Basques rappelle deux tristes histoires – parmi tant d’autres !- que nous avons relayées récemment : celle de Béa, décédée d’un cancer à la prison de Rennes et celle de Rachid, décédé à la centrale de Lannemezan. Tous deux étaient dans des états de santé très graves et demandaient depuis longtemps une suspension de peine, un codétenu de Rachid avait tenté d’alerter l’opinion et de lancer une pétition*.

Liberté pour les prisonnier-e-s gravement malades !

Liberté pour tous et toutes !

afitxa_bagoaz_ibon-208x300

« Depuis la prison de Moulins-Yzeure, le 14 novembre 2016,

Il y a 370 prisonnier(e)s politiques basques incarcéré(e)s en France et en Espagne. Dix d’entre eux sont très gravement malades : Josetxo Arizkuren, Garikoitz Arruarte, Inaki Etxebarria, Aitzol Gorgotza Otaegi, Ibon Iparragirre Burgoa, Jose Ramon Lopez de Abetxuko, Txus Martin, Gorka Fraile, Jagoba Codo et Ibon Fernandez Iradi.

Ce dernier incarcéré en France depuis 13 ans se trouve actuellement à la maison centrale de Lannemezan (65). Il a été condamné à 30 ans d’emprisonnement (assortis d’une peine de sûreté de 20 ans). Atteint d’une sclérose en plaques, il a fait une demande de suspension de peine en Janvier 2013. La lenteur de la procédure est à souligner. Les premiers symptômes de la maladie remontent à fin 2010, mais le diagnostic n’a été fait qu’en janvier 2013. Ibon Fernandez Iradi a dû attendre juin 2014 pour que le Tribunal d’Application des Peines se prononce contre sa sortie, malgré que durant la procédure deux médecins experts sur trois se soient prononcés sur la non compatibilité de son état de santé avec son maintien en détention. Son maintien en détention a pour conséquence une évolution plus rapide de sa maladie. Maladie qui ne peut être efficacement combattue que s’il est libéré et bénéficie de tous les soins et attention que nécessite son état de santé.

Finalement, la cour de cassation a cassé le jugement de Juin 2014. La procédure de demande de suspension de peine est ainsi relancée. Et l’espoir renaît. Une audience est prévue le 24 novembre 2016.

La volonté de la société civile au Pays Basque et de ses élu(e)s est claire. Au-delà des différences d’approches des uns et des autres, il est demandé et attendu de l’État français qu’il s’engage en faveur du processus de paix. Un jugement qui irait à l’encontre de la demande d’Ibon, non seulement irait à l’encontre des exigences humanitaires les plus élémentaires, mais encore viendrait en opposition à la demande massivement exprimée en Pays basque. Nous attendons une décision qui permette la libération immédiate d’Ibon, de façon qu’il puisse bénéficier des soins médicaux appropriés à son état de santé.

Nous demandons par ailleurs la libération immédiate de tous les prisonnier(e)s basques gravement malades. Ainsi une manifestation est prévue pour le samedi 19 novembre à Bayonne. De notre part, le collectif des Prisonnier-e-s Politiques Basques EPPK va entamer une série de mobilisations durant cette semaine, du 14 au 19 novembre, dans toutes les prisons espagnoles, françaises, portugaises, ou suisses où nous nous trouvons dispersés et prises en otage. Ici au CP de Moulins-Yzeure, nous allons refuser le repas de la prison durant cette période.

Pour avoir plus d’informations sur la situation précise de tous nos camarades gravement malades vous pouvez consulter le rapport de l’association d’aide médicale aux prisonnier-e-s JAIKI HADI que vous trouverez normalement sur internet ou bien à la page web de l’association Bagoaz ou Etxerat. »

 

Post- scriptum de la rédaction :

Après une grande manifestation ayant réuni 2000-2500 personnes à Bayonne le 19 novembre et réclament la libération des prisonnier-e-s basques gravement malades, et plus particulièrement de Ibon, après un appel de 180 personnes du corps médical qui réclament une suspension de peine à son égard, la commission qui examinait son cas a refusé , mi-décembre, de lui accorder une suspension de peine (Voir ici).

* Pour en savoir plus :

Christine est enfin sortie pisser dans l’herbe… yeah

mouton-punk

Dans l’océan de misère, d’indignité, de peines infinies, que charrie le système pénal, il arrive parfois qu’une bonne nouvelle  survienne. Eh bien c’est arrivé il y a quelques jours à peine !

Christine Ribailly, la – trop fameuse à son goût – bergère insoumise est enfin sortie  le 22 décembre, après quatre années de dédale pénitentiaire. Christine, était incarcérée depuis novembre 2012 pour diverses condamnations d’outrages et rébellions sur des flics et des matons. Rentrée pour quelques mois, elle est finalement restée plus de quatre ans en détention.

4 ans de détention dont plus de la moitié en quartier disciplinaire ou en isolement.

4 ans de détention dont 18 transferts disciplinaires et 15 taules différentes.

4 ans de détention dont 6 procès suites à des plaintes de matons à l’intérieur.

4 ans de détention et 4 demandes de libération conditionnelle…

Toutes refusées, sauf la dernière, bien sur…

Comme elle l’a souvent écrit elle-même, le sort qui a été fait à Christine est exemplaire de celui que subissent des milliers de prisonniers et prisonnières ; en particulier celles et ceux  qui refusent les intimidations, les traitements dégradants, les fouilles à nu, les transferts disciplinaires ou les refus de libération en conditionnelle. Celles et ceux qui s’insurgent aussi bien contre le sadisme des personnels que contre l’absurdité de règlements dont la violence est structurelle. Celles et ceux qui relèvent la tête malgré la prison et contre elle.

Après des dizaines de courriers de l’intérieur pour raconter ses luttes ou celles de ces co-enfermées, voici le premier message de Christine depuis l’extérieur:

Le 16 décembre c’était la réponse de la dernière demande de libération conditionnelle faite à Nantes.  Surprise! Le JAP est d’accord. Encore plus grosse surprise, le proc’ ne s’y oppose pas dans les 24 h.  Bref, le mardi 20 à 9h30, j’ai la confirmation que je sors le jeudi 22 !

Alors, voilà aujourd’hui c’est fini. Ouf !

Merci à ceux qui m’ont aidée à rester debout, qui ne m’ont pas lâchée, qui m’ont écrit, qui sont venus me voir aux parlus, qui ont aidé à diffuser les infos….

Bon vent à tous et VIVE LA LIBERTÉ !

Christine

Christine est donc libre depuis le jeudi 22 décembre mais sous un régime de liberté conditionnelle. C’était trop. C’est toujours trop. Et c’est pas trop tôt! Bonne suite à toi Christine! Tu vas pouvoir enfin pisser dans l’herbe, y courir, y revoir tes proches.

On peut notamment lire certains épisodes de ces quatre longues années sur le site https://enfinpisserdanslherbe.noblogs.org/  ainsi que dans les articles et lettres publiés par nos soins par exemple : la lettre collective de revendication depuis la MAF de Poitiers Vivonne ; des courriers à propos d’une bagarre pour la réouverture de la salle de convivialité à la prison de Réau début 2014 ; ou encore des courriers depuis les prisons de La Talaudière, Corbas, Joux-La-Ville et Bapaume. On peut la lire aussi au fil des pages des dix derniers numéros, notamment, en discussion autour des possibilités de luttes collectives dans le numéro 40 en janvier 2015 ; ou sur la question des peines intérieures dans le numéro 43 de mars 2016.