Tous les articles par lenvolee

« Les peines auto-gérées ? »

Paru dans le N° 1 de l’Envolée, septembre 2001.

Un sujet sur lequel il serait intéressant d’avoir des témoignages de détenus concerne la longueur des peines. Les tribunaux, surtout les cours d’assises, distribuent à tour de bras des décennies de prison, des périodes incompressibles, de la réclusion à perpétuité, comme s’il s’agissait de sanctions anodines. Prenant référence les uns sur les autres, les procureurs et autres avocats généraux, souvent soutenus par les médias, appellent à l’inflation des verdicts. Se figurant, comme beaucoup de gens, que la détention est une partie de plaisir pour des prisonniers confortablement installés, disposant de l’eau chaude et passant leur temps au lit à regarder la télé, ils distribuent généreusement les années d’enfermement sans se rendre compte de ce que cela signifie en réalité. Bien entendu, magistrats et jurés assurent, la main sur le cœur, qu’il ne faut voir dans ces punitions démesurées aucune idée de représailles. La justice française, c’est bien connu, ne pratique en aucun cas la vengeance… Les peines de mort à petit feu, vous diront tous ces braves gens, n’ont d’autre but que de permettre aux condamnés de se ressaisir pour reprendre place dans la société. Il ne s’agit pas de punition, mais de thérapie. Il faut laisser au coupable sanctionné le temps de s’amender, de se soigner éventuellement, et de se refaire une personnalité acceptable. Admettons qu’en prétendant cela l’institution judiciaire ne soit pas hypocrite, et intéressons-nous au temps nécessaire à cette repentance-guérison-renaissance. Ne laissons pas le seul son de cloche des procureurs et des «experts» de tout poil se faire entendre à ce sujet. Il est plus logique de demander aux principaux intéressés, c’est-à-dire à ceux qui y sont passés ou qui y sont toujours, quelle durée ils estiment nécessaire de passer derrière les barreaux pour comprendre la faute qui les y a amenés, se prémunir contre la récidive et préparer leur réadaptation sociale.Ce serait intéressant que les détenus disent combien d’années il leur paraît nécessaire de passer en prison avant de se sentir prêts à reprendre place dans la société des hommes libres sans présenter pour elle un danger. Beaucoup de gens estiment que l’écrou, en tant que mise à l’écart, est une mesure indispensable pour protéger la société et pour éviter le pire chez de mauvais sujets engagés dans une spirale infernale de délinquance ou de criminalité impunie, devenue parfois incontrôlable. Certains détenus reconnaissent eux-mêmes que le fait d’avoir été incarcérés les a empêchés d’accumuler des infractions de plus en plus radicales, ou bien que cela leur a permis de se ressaisir après un acte qu’ils ne se savaient pas capables de commettre, acte qu’ils ont donc du mal à accepter ou à justifier. L’enfermement est alors le moyen de stopper la dérive, de réfléchir sur son propre comportement et d’en reprendre le contrôle afin de se rendre acceptable pour soi-même et pour la société.

Commentaire de la rédaction

Le point de vue de Jean-Pierre est largement partagé à l’intérieur ; il nous paraît important de le mettre en discussion. Quant à nous, nous n’imaginons pas que les peines, courtes ou longues, puissent être prononcées par les prévenus eux-mêmes: ce point de vue est utopique, seules quelques sociétés dites «primitives» imaginaient de régler un différend après un débat collectif à l’issue duquel le fautif décidait lui-même de son châtiment. Cela implique que la faute appartienne à la communauté et ne soit pas conçue comme un écart individuel. Notre monde ne tourne pas autour d’une conception communautaire mais autour de l’idée de l’exploitation de l’homme par l’homme au profit d’une minorité.Tout le vocabulaire, toute la logique de la police, de la justice, du droit sont des armes qui appartiennent aux possédants : participer avec le pouvoir à la sanction reviendrait à légitimer son existence. Si aujourd’hui l’urgence est de réduire les peines pour limiter le programme de destruction des détenus, il ne nous appartient pas de proposer une échelle de peines qui, aussi clémente soit-elle, ne pourra jamais être acceptable.

"La liberté sans conditions"

Paru dans le N°1 de l'Envolée, septembre 2001.

Voilà donc la pensée d’un perpète, je dis pas d’un homme car fiché, catalogué, mis dans des cases puis une cage; l’Etat te laissera animal figé dans un passé qui sera ton présent jusqu’à une hypothétique conditionnelle. Et après… qui s’en soucie!? Les politiques, ces égocentriques qui n’ont d’autre pôle d’intérêt que leur carrière qu’ils construisent sur les tas de cailloux qu’amassent les taulards dans ces Cayenne modernes!!! Ces esclaves dits «détenu(e)s» payés à coups de centimes, ils les gratifieront peut-être d’un gage sérieux de réinsertion, en somme«sois esclave pour retrouver une liberté enchaînée, car elle sera conditionnelle, bien sûr!». C’est l’offre faite aux perpètes. Quoi d’autre? Plus de sécurité, non pas pour les bagnards mais bien pour les bourreaux, qui de leur mission ne connaissent que le côté répressif. De quoi on nous parle!? Une nouvelle loi pénitentiaire où les plus concernés ne sont pas consultés, et pour quelles avancées? J’ai de sérieux doutes quant à un réel bénéfice pour nous et, quand bien même il y en aurait, ce ne sera toujours que cacher la misère avec des réformes qui ne seront pas applicables dans un proche avenir pour X ou Y raisons. Pour une douche supplémentaire par semaine, il aura fallu près d’un an pour que ce soit appliqué, alors une réforme aussi vaste qu’ils le prétendent va droit dans le mur, sans l’abattre malheureusement. Tous autant que l’on est, ce n’est pas de leur pitié ou de vains espoirs dont nous avons besoin, mais bien de ne plus subir le fascisme ambiant, de retrouver une liberté sans conditions et surtout de ne plus subir ces peines de mort déguisées en perpétuité. Je n’oublie pas les autres qui ont pris dix ou vingt piges, même un mois ne répond à aucune logique, si ce n’est celle d’un Etat totalitaire tout comme l’est sa justice. Cette pauvre France se glorifie encore d’une révolution que l’on fête sans doute pour nous faire croire en ces trois mots qui n’ont plus que le sens d’une vaste hypocrisie, car qu’est la prison, si ce n’est un lieu qui voudrait nous faire croire que dehors nous sommes libres? Quant à la fraternité et à l’égalité, demandons à un sans-papier, un SDF et bien d’autres ce qu’ils en pensent. Ne me demandez pas de conclusion, car la fin ne pourrait se trouver que dans la conscientisation de tout pays qui condamne des hommes et des femmes à errer sans fin.

zp8497586rq

Contacts

N’hésitez pas à nous écrire par email, par voie postale, ou par formulaire de contact (ci-dessous) pour nous faire parvenir lettres de l’intérieur, récits ou autres informations :

contact@lenvolee.net

L’Envolée, 43 rue de Stalingrad, 93100 Montreuil

Vous pouvez aussi joindre l’une des émissions de radios en fonction de l’endroit où vous êtes enfermés / où vous vivez :

Région parisienne (prisons couvertes MA de Bois d’Arcy, MA de Nanterre, MA de Fresnes, MA de Fleury-Mérogis, MA de la Santé, MA de versailles, Centrale de Poissy, MA d’Osny)

Les collectifs l’Envolée et  Sans papiers ni frontières, animent une émission tous les vendredi de 19h à 20h30 sur la radio Frequence Paris Plurielle (106,3 FM), rediffusion le mardi à 8h. Vous pouvez appelez en direct le 0140050610 ou écrire au 43 rue de Stalingrad, 93100 Montreuil.

Saint-Etienne  (prisons couvertes : MA La talaudière, MA Corbas, EPM Mezieux)

Le collectif Papillon,  qui diffuse une émission le 1er et 3eme jeudi du mois de 20h à 21h sur Radio Dio (89,5 FM). Rediffusion à Lyon sur Radio Canuts 102.2 FM et sur internet www.radiodio.org. Vous pouvez écrire à  : émission papillon, 16 rue du mont, 42100 st-étienne. Et/ou par mail.

Toulouse (prisons couvertes MA de Seysses, CD de Muret, MA de Montauban)

Les collectifs L’Envolée, Bruits de tôle et YO-YO, animent une émission de messages en direct les 1er et 3eme jeudis du mois de 19h à 20h. Et une émission sur la prison tous les jeudis de 19h à 20h sur Radio Canal sud (92,2 FM) et sur internet www.canalsud.net. Vous pouvez passer des messages au 0561533695. Vous pouvez écrire à ces collectifs à l’adresse de la radio : 40 rue Alfred-Duméril, 31400 Toulouse.

Nantes (prisons couvertes CP de Nantes, MA de Nantes, EPM Orvault).

Le collectif Natchav anime une émission tous les dimanches de 19h à 20h. sur la radio Alternantes (98,1 FM à Nantes et 91 FM à Saint-Nazaire). Vous pouvez laisser des messages au 0626558687. Vous ouvez écrire à Natchav, 56 bd des Poilus, 44300, Nantes.

Webmaster

Où trouver l’Envolée ?

journal

Vous pouvez vous abonnez ou abonner des prisonniers en nous écrivant à l’Envolée, 43 rue de Stalingrad, 93100, Montreuil. L’abonnement de soutien est à 15 euros par an (ou plus en fonction des bourses ; chèque à l’ordre de l’Envolée). En vous abonnant dehors, vous nous permettez d’abonner plus de prisonniers et de prisonnières à l’intérieur puisque l’abonnement est gratuit pour toutes les personnes enfermées.

Le journal est par ailleurs disponible au prix de 2 euros dans de nombreuses librairies en France et en Belgique. En voici la liste -forcément incomplète. Nous remercions d’avance ceux et celles qui nous communiqueront d’autres lieux (librairies, infoshops, bars, magasins, accueils familles) pour déposer le journal. N’hésitez pas à nous demander le journal en plusieurs exemplaires si vous voulez, vous aussi, le distribuer dans votre région  : contact@lenvolee.net

ANGERS : Les nuits bleues

AUCH : Le merle moqueur – Le migou

AVIGNON : La mémoire du monde

BAYONNE : Elkar

BAGNOLET : Le remouleur

BESANÇON : L’autodidacte

BORDEAUX : La librairie du muguet

BREST : D.Roignant – La petite librairie

CHALON-SUR-SAONE : ?

CLERMONT-FERRAND : local de la CNT-AIT 63

DIJON : Black Market

DOUARNENEZ : L’ivraie

GRENOBLE : Le local autogéré – Antigone – La BAF

LILLE : Centre culturel libertaire – L’nsoumise

LIMOGES : Undersound

LYON : Buffet froid- La fourmi rouge – La GryffeLa luttine – Le bal des ardents – Ouvrir l’œil – Terre des livres – La tasse livre – Un Petit noir

MARSEILLE : L’Odeur du temps – L’équitable café – Le seul problème – Monnaie de singe – Le molotov – CQFD – La friche – Manifesten – Article 13

MONTPELLIER : Scrupules

MONTREUIL SOUS BOIS : Michèle Firk (La parole errante)

NANTES : Vents d’ouest – Café la perle – B17

PARIS III : Comme un roman

PARIS V : La galerie de la Sorbonne – Le Tiers-mythe – Le point du jour

PARIS XI : Entropie – Lady long solo – PublicoQuilombo – Libralibre – Page 189 – Manoeuvre  – La friche – Libre ère – Libralire

PARIS XIX : Texture

PARIS XX : L’atelier – Le monte-en-l’air – Le Genre urbain

REIMS : Le Cri du peuple

ROMANS-SUR-ISERE : Librairie des cordeliers

ROUEN : L’insoumise

SAINT-DENIS : Folies d’encre

SAINT-ETIENNE : L’étrange rendez-vousLa gueule noireLe Little SobaL’une et l’autre

SAINT-JEAN-PIED-DE-PORT : Librairie ancienne

SAINT-GIRONS : La Mousson

STRASBOURG : Quai des brumes

TOULOUSE : Le kiosk – Ombres blanches – Terra nova

VALENCE : Notre temps – Le laboratoire anarchiste

BRUXELLES : Acrata – La Borgne agasse – Joli mai – Tropismes – Maelström – Librairie Volders

LIEGE : Entre-temps

Qui sommes-nous ?

prisonnierdanslatete

L’Envolée est un journal qui parait quatre fois par an. Il publie les lettres de prisonniers que nous recevons, des compte rendus de procès auxquels nous assistons, et des analyses sur la société et ses lois.

Le journal prolonge le travail mené par des émissions de radio indépendantes qui maintiennent un lien entre l’intérieur et l’extérieur des prisons, en dehors du contrôle de l’administration pénitentiaire.

Le journal est réalisé par des ex-prisonniers et des ex-prisonnières ou des proches de prisonniers qui pensent qu’il est primordial de publier des textes venus des prisons et des textes contre les prisons. Prisonniers et prisonnières décrivent leur quotidien, dénoncent leurs conditions de détention, se battent contre l’enfermement. Ils et elles le feront toujours mieux que tous ceux qui veulent parler à leur place (journalistes, sociologues, experts, militants).

Une parole de prisonnier qui sort et attaque l’administration pénitentiaire ou la justice, qui plus est quand cette parole est collective, constitue un acte politique qui dérange  l’ordre des choses. L’Envolée se veut porte voix des prisonniers et prisonnières qui luttent contre le sort qui leur est fait ; mais nous ne sommes ni les porte parole, ni un syndicat de prisonniers. Cela ne nous empêche pas, bien sur, de soutenir et d’aider des prisonniers qui sont proches de nous ou qui nous demandent d’être solidaires.

Nous espérons toujours que les mots inspirent des luttes contre la justice et l’enfermement. Pour nous, la liberté est un rapport entre les gens qui se battent ensemble pour la gagner.

Le journal s’inscrit dans l’histoire de la critique sociale abordée sous l’angle du droit et de la justice. La prison est le ciment nécessaire à l’Etat pour permettre au  capitalisme de se développer. Prisons et Justice servent principalement à enfermer la misère. L’enfermement carcéral joue un rôle social de repoussoir : il produit une peur nécessaire au maintien de cette société.

Ainsi la prison sert aussi à enfermer dehors. Les familles et les proches de prisonniers et de prisonnières le savent bien.

Ce journal survit maintenant depuis plus de 15 ans malgré les censures de l’administration pénitentiaire, malgré les poursuites récurrentes pour diffamation, malgré nos faibles moyens. Nous ne comptons que sur l’argent des abonnements et des évènements que nous organisons pour financer la sortie régulière du journal. Donc n’hésitez pas à écrire, à vous abonnez et à abonner des prisonniers en faisant parvenir leur numéro d’écrou (l’abonnement est gratuit pour les prisonniers).

Si vous souhaitez écrire à un prisonnier ou une prisonnière dont vous aurez lu un courrier dans le journal ou sur ce site, nous pouvons vous faire parvenir son numéro d’écrou – si la personne nous a donné son accord pour le faire.

A bas les prisons, toutes les prisons… soyons solidaires des enfermés qui refusent de se résigner, solidaires des familles et des amis qui se démènent tous les jours pour ne pas lâcher face à une administration oppressante.