Communiqué du comité de soutien à Bernard Ripert, le 25 mai 2016

Bernard tire la gueule
Bernard tire la gueule

« Depuis hier matin, Me Ripert vit l’enfer. Cet enfer sans droit ni loi, que l’on réserve à tous ceux que la police, la justice arrêtent dans un cadre légal ou pas.

Les persécutions et le harcèlement contre Me Ripert ont franchi une étape supplémentaire. Me Ripert le savait, dès la semaine dernière il annonçait à ses proches cette étape : c’était la prison ou l’hôpital psychiatrique : l’enfermement.

Lundi, ils ont tenté la case prison, ils n’ont pas réussi à gagner en jouant cette carte, nous imaginons qu’ils n’ont pas réussi à trouver les magistrats qui accepteraient de se livrer à telle vilénie. Tous les magistrats ne sont pas de la mouture de ceux qui persécutent Me Ripert, il faut le dire.

Alors ils ont joué la carte hôpital psychiatrique et pour cela ils ont trouvé une psychiatre complaisante, qui a écrit des mensonges, des inepties, des absurdités sur son certificat médical. Ils ont utilisé l’HP comme au pire moment du communisme en URSS, eux qui dénonçaient, eux qui fustigeaient tant ces pratiques odieuses et inadmissibles d’internement arbitraire en psychiatrie d’innocents opposants.

Vingt-six ans plus tard, ce sont les juges et les préfets du gouvernement Hollande qui ressuscitent de telles pratiques aussi liberticides qu’odieuses.

Nous dirions à ces individus que « les cons osent tout, c’est à cela qu’on les reconnaît » : s’ils prennent cette phrase pour eux, c’est qu’ils se reconnaissent dans cette citation.

Bien sûr que ce qu’ils font subir à Me Ripert est odieux et inacceptable, dégueulasse, mais il résiste. Qu’ils sachent qu’il ne cèdera pas, jamais, qu’il ne se taira pas, jamais !

Lucie Aubrac avait dit : « Le verbe résister doit toujours se conjuguer au présent. » Mr Ripert a retenu de cette grande résistante ce message. Il résiste et continuera à résister.

Tout ce qu’ils invoquent contre lui est faux. Il ne souffre d’aucun trouble mental, il est seulement un avocat rigoureux, combattant mais aussi combatif, c’est ce qu’ils ne supportent pas, c’est pour cela qu’ils veulent le détruire : ne les laissons pas faire. Soutenons Me Ripert jusqu’à sa libération, soutenons-le jusqu’à ce que la justice le laisse tranquille.

Soyons tous présents à son procès le 2 juin 2016 à Grenoble por le soutenir.

Merci à tous.

Le comité de soutien à Me Ripert, le 25 mai 2016

Quelques images de l’arrestation  sur lesquelles on peut constater que Bernard n’a pas l’air particulièrement « agité »…

Les policiers prétendent qu'il se débat
Les policiers prétendent qu’il se débat
Tout en délicatesse, comme d'habitude
Tout en délicatesse, comme d’habitude

Laisser un commentaire