EMISSION DU 3 AVRIL 2020 : Les prisonnier.e.s face au confinement semaine 3

L’envolée – émission du 03 avril 2020
  • Clin d’œil à notre ami Olivier. Interrogé par Laurent Jacqua en octobre 2011, il présente l’Envolée et le rôle des émissions de radio dans les luttes contre les prisons.
  • Laurent Jacqua pousse un coup de gueule à propos de la situation actuelle. Lui qui a connu alors qu’il était en prison plusieurs épidémie – celle du Sida à la fin des années 1980 et celle du H1N1 en 2009- ; « Le monde a pris 90 jours de mitard (…) Les prisonniers et les vieux on s’en bat les couilles. Nos vieux on les laisse crever comme en cellule« .
  • Communiqué « Nous détenus de France« , initialement écrit par les prisonniers de Rennes puis repris par nombre de prisonnier.e.s partout en France.
  • Discussion sur la réouverture de certains ateliers pour de la fabrication de masque par des prisonniers… pour le personnel de la pénitentiaire.
  • Lettre de la compagne d’un prisonnier du Havre : les matons n’appellent pas les médecins et cachent les malades.
  • Lettre d’Heisenberg de Meaux-Chauconin: « J’aimerai savoir comment la Garde des sceaux choisit les personnes qui doivent sortir ? » et discussion à propos des annonces de libération des prisonnier.e.s : les malades ne sortent pas !
  • Quelques pistes juridiques pour essayer de sortir : demande de suspensions de peine et demande d’aménagement.
  • Lettre de Slim de Varenne-le-grand : la répression et la peur dans les prisons.
  • Les matons ont peur, alors les gars et les filles dedans, « grattez tout ce que vous avez à prendre, mais n’oubliez pas : y’a pas d’arrangement!« 
  • Retour sur la grève de la faim entamée en début de semaine au Centre de rétention administratif du Mesnil Amelot.

Lettre de la compagne d’un prisonnier de la MA du Havre, 01 avril 2020.

« Mon mari est actuellement à la prison du Havre. A savoir qu’ils sont trois détenus dans la cellule ! Il n’y a qu’un lit superposé… Donc il y en a un qui dort sur un matelas par terre et le matin il range le matelas sous le lit du bas. Dans la nuit d’hier (le 29 mars 2020) son co-détenu n’arrivait plus à respirer. Ils ont appelé les surveillants qui ne voulaient rien faire, pas se déplacer, rien ! Ils ont juste dit de mettre le détenu malade sur le lit du bas ! Ça faisait plusieurs jours que le détenu se sentait mal, qu’il avait tous les symptômes du Covid-19 : fièvre, fatigue, essoufflement, maux de tête. A la base, c’est un boxeur, donc bonnes conditions physiques, il fait du sport tous les jours en prison de base ! Et là, trois jours qu’il ne pouvait plus en faire, dû à sa fatigue et à l’essoufflement. Et là, cette nuit, à 2 heures du matin, son état s’est aggravé, il a demandé à mon mari de joindre les surveillants afin de leur expliquer la situation, mais rien. Les surveillants n’ont pas voulu se déplacer ! Le gars qui est donc malade a donné son téléphone à mon mari – oui, on le sait, c’est interdit en prison ! – et il a demandé à mon mari d’appeler le SAMU car il était en très mauvais état… C’est dire à quel point il était dans un mauvais état ! Le SAMU a alors contacté la prison et les surveillants, et un chef est enfin monté dans la cellule voir ce qu’il se passait. Avant même de s’occuper du détenu malade, le chef a immédiatement pris le téléphone portable et l’a cassé. Ce n’est que ensuite qu’ils ont pris le co-détenu malade ! Ils l’ont obligé à marcher et l’ont isolé aux arrivants (ce qui représente une longue distance : changement de bâtiment !). Le détenu malade est sorti avec une simple couverture, en short et tee-shirt avec ses baskets. Ils ne lui ont rien donné d’autre. A savoir aussi que l’infirmerie de la prison du Havre est fermée ! Mon mari a eu son rappel de vaccin dans un couloir de la prison, devant la porte de sa cellule, et debout ! Je ne vais pas vous faire un détail sur l’hygiène en prison… Mais l’heure est grave ! Les détenus ne sont plus respectés. »

Lettre de Slim, prisonnier à Varennes-Le-Grand, le 28 mars 2020.

« Depuis le commencement du coronavirus, il n’y a aucune mesure de sécurité qui est prise, plusieurs cas avérés par un surveillant en scrèd. Ils les isolent, font comme si de rien n’était, ils les cachent. On ne nous dit rien. Les mecs, ils les isolent et après, on ne les voit plus. Ils ont été testés mais on ne nous a pas dit le résultat. Ils les changent d’étage.

La moitié des surveillants n’utilise pas de gants, et les masques sont très peu utilisés, on dirait que c’est laissé au bon vouloir de chacun. Ils ne respectent pas le mètre de distance.

La seule activité autorisée c’est le sport, par groupe de 20, uniquement dehors sur le terrain de foot. Ils ont envoyé un malade avec nous au sport et après ils l’ont confiné.

Franchement, si on est malade, c’est mieux de ne pas le dire car ils ne veulent pas nous aider. Ils vont nous isoler c’est tout. De toute façon on n’a aucune info.

Il y a eu un blocage il y a une semaine, ça a duré un moment. Ils ont fait venir l’ERIS. Ils sont passés en comparution immédiate, ils ont pris 6 et 9 mois de peine.

Ils ne nettoient pas les coursives. Ils se protègent eux, on ne les voit pas trop. Il n’y a plus de fouilles au corps. On a un peu la trouille, on voit à la télé ce qui se passe dehors. On a du savon, mais on a un problème de cantine, là par exemple j’ai pas eu le pack de bouteilles d’eau que j’avais demandé en début de semaine. Si on n’a plus d’eau, qu’on peut plus avoir de savon, on fait comment?

Aucune précaution n’est prise pour la nourriture, ceux qui servent la gamelle, ils n’ont pas de masque. Nous on ne mange plus la gamelle du coup. On a des réserves, mais ça va pas durer éternellement si y’a plus de cantine. Plus de parloir du tout depuis le début du confinement. Ça va pour l’instant y’a encore du cannabis, mais d’ici une semaine ça va être le bordel. Ils nous ont donné des petits cadeaux pour nous calmer. Vingt balles par ci, vingt balles par là, ils nous achètent comme des p’tits ados. »

SLIM

Face à la gravité de la situation, à partir du lundi 23 mars, L’Envolée diffuse à 19h un flash info quotidien d’un quart d’heure sur FPP (106.3 Mhz sur la bande FM à Paris) sur ce qui se passe dans les prisons françaises. Nous y lisons les messages qui nous sont envoyés au 07.52.40.22.48. Nous maintenons par ailleurs l’émission du vendredi, entre 19 heures et 20 heures 30.


Podcast (clic droit –> « enregistrer la cible du lien sous »)


2 réflexions au sujet de « EMISSION DU 3 AVRIL 2020 : Les prisonnier.e.s face au confinement semaine 3 »

Laisser un commentaire