L’envolée n° 35 téléchargeable en PDF (Procès de la belle de Moulins-Yzeure, editorial et sommaire)

Comme prévu, le numéro 35 du journal est entièrement consacré au réçit et à l’analyse du procès de l’évasion de Moulins.

Vous le trouverez dans les librairies dont la liste est consultable sur le liste (rubrique « le journal »). Si il n’y est pas, faites le nous savoir… et abonnez vous en nous envoyant un mail, voire un chèque de 15 euros.

Vous pouvez aussi le télécharger au format pdf

Edito : Vive la liberté !

Pendant le procès de l’évasion de la centrale de Moulins à la cour d’assises de Lyon, nous avons eu la joie d’apprendre qu’un prisonnier venait de se faire la belle. Le samedi 13 avril, Redoine Faïd s’est échappé de la prison de Séquedin. En beauté. Avec des explosifs, une arme de poing et une prise d’otages qui a duré moins d’une heure, tout ça sans aucune violence. Ça fait plaisir de savoir qu’on peut s’évader d’une de leurs prisons modernes, très sécurisées. Séquedin était la première ouverte, ouvrant la voie à celles d’Annoeullin et de Réau. Antonio Ferrara y a été enfermé plusieurs mois alors que c’est un des prisonniers les plus surveillés de France. C’est vrai que le quartier maison centrale, prison dans la prison, a été fermé il y a quelque temps pour se transformer en centre national d’évaluation, mais le niveau de sécurité reste très élevé: caméras, sas de sécurité dans toute la détention, mouvements de prisonniers parfaitement régulés, etc. Et pourtant, Redoine a réussi à se procurer tout ce dont il avait besoin. Comment, on s’en fiche. Mettons cela sur le compte d’une complicité intérieure, d’un nouveau Kroziz avide, désireux d’arrondir ses fins de mois. Quoi qu’il en soit, le matériel ne fait pas tout : il a fallu une sacrée dose de courage, une belle soif de liberté pour faire péter quatre portes, prendre trois ou quatre otages, rejoindre le parking assez rapidement pour ne pas laisser le temps aux flics d’intervenir et fuir en voiture avec des potos. Les polices européennes le recherchent activement, un mandat d’arrêt international a été lancé, Interpol est sur le coup, mais nada: il est introuvable. Pourvu que ça dure. Les premiers proches mis en garde à vue ont été libérés au bout de quelques heures sans qu’aucune charge ne puisse être retenue contre eux.

 

Quel camouflet pour la pénitentiaire, pour le ministère de la justice, pour l’Etat ! Ils n’aiment pas que des prisonnières ou des prisonniers leur faussent compagnie. Ils sont prêts à tout pour empêcher ce type de geste. Les évasions de ce genre d’établissement sont rares: les dernières en date sont celles de Nino Ferrara du mitard de Fresnes et celle de Christophe Khider et Omar Top depuis la centrale de Moulins. Il y a toujours des failles, soit dans l’architecture elle-même, soit du côté du personnel, et ce sont ces failles que les inconditionnels de la liberté étudient avant de préparer leur belle. Une belle évasion, ça met la pêche à tous ceux-là, à tous ceux qui ne se laissent pas prendre au piège du bâton et de la carotte. Evidemment, tous les syndicats pénitentiaires sans exception ont immédiatement vomi leurs griefs, parlant d’«acte de guerre»: «Nos vies sont quotidiennement en danger. » Ils exigent le rétablissement des fouilles à nu limitées par la loi pénitentiaire de 2009: pour la CGT, cette loi a eu pour effet de voir «la drogue, les téléphones portables et de nombreux objets prohibés» proliférer dans les lieux de détention. «Nous avons le couteau sous la gorge», déplore le syndicaliste, qui souhaite le maintien «des fouilles à corps jusqu’à ce que le gouvernement puisse mettre en place des appareils scanners». Le syndicat des directeurs rappelle qu’ils réclamaient «il y a moins d’un mois» le renforcement «du bureau EMS3, en charge du renseignement pénitentiaire». Créé il y a dix ans, ce service très secret a pour objectif «le suivi des profils des détenus les plus lourds». FO-Direction souhaite lui voir accorder plus de moyens, et qu’il soit présent dans tous les établissements.

 

De son côté, la Taubira a bien été obligée de quitter son masque de philosophe éclairée de la peine et de la détention. Devant l’interpellation de son administration, elle a vite oublié tout le baratin sur sa prétendue opposition au tout-carcéral. En quelques mots, elle a indiqué comment elle analy- sait cette évasion et comment elle considérait les prisonniers. Elle s’est précipitée à Sequedin pour assurer le personnel de sa solidarité. Bien loin de suggérer que les évasions sont la première marque du refus du tout-carcéral, elle a déclaré: «Il y a une réalité: les prisons, ce sont des établissements où il faut encadrer des détenus qui, évidemment, pour la plupart, passent l’essentiel de leur temps à essayer d’entrer en contact avec l’extérieur, de contourner les règlements, d’enfreindre les règles. » Puis elle a couvert d’avance les surveillants qui pourraient être inquiétés par l’enquête à venir: «L’administration étant confrontée à ça, les surveillants et les personnels sont confrontés à ça tous les jours, on ne peut pas dire qu’il y a une faille, parce que si on dit qu’il y a une faille, on dit que c’est la faute de qui, la faille?» Alors Christiane, on s’est fait rattraper par le premier fait divers?

 

Nous tenions à commencer ce numéro consacré à un procès pour évasion en saluant toutes les belles. L’évasion n’est pas le seul moyen de s’opposer au système carcéral et judiciaire, mais loin d’être un acte égoïste comme le prétendent certains à l’intérieur comme à l’extérieur, c’est un refus quasi instinctif, vital, de l’enfermement. Alors chapeau bas à ceux qui s’évadent des centres de rétention, des gardes à vue dans les commissariats, des maisons d’arrêt, des hôpitaux dans lesquels les prisonniers se font opérer, etc. Et bon vent à eux, car nous savons qu’une cavale est très difficile à tenir et demande quelques moyens; et quelques amis.

 

Sommaire :

p.6

Introduction « Le droit de tout homme enfermé c’est de s’évader »

p. 9

La mise en scène de La mise à mort

p. 10

Récit de l’évasion et de la cavale par les évadés

p. 12

Le box, pieds et poings liés

p. 13

Les victimes comme si il en pleurait

p. 17

Déposition des flics

p. 20

Construction d’identités justiciables

p. 22

Plaidoiries des parties civiles

p. 23

Réquisitoire des avocats généraux

p. 24

Plaidoiries de la défense

p. 25

Plaidoirie de Délphine Boesel

p. 26

Plaidoirie de Bernard Ripert

p. 28

L’amertume du soulagement

Plan de l’évasion

Laisser un commentaire