"Mis à mort"

Paru dans le N°2 de l'Envolée, octobre 2001

Il est l’arpenteur du temps sans substance.
Emmuré dans son passé;
Immobile le royaume de l’absence en sourit ;
Infatigable compagnon d’un voyage,
Où l’horizon souvenir tend à s’évanouir;
Vapeurs nauséabondes d’une petite mort.
Perpétuel chemin d’inexistence macabre
De son être ne laissera qu’une silhouette d’acier qu’on ne plie;
Le briser : un espoir de bourreaux parés d’hermine
Trop lâches pour le sauver.
Nul rachat, une vie arrachée aux sens.
Laisser l’arpenteur échapper à cette torpeur,
Terrible tumeur de son existence qui tue son essence.

Toi, fossoyeur, vois le perpétuel arpenteur.

zp8497586rq