« Imaginez : un évadé retrouve la liberté après que la cour de cassation lui donne raison…»

Lettre de Michaël, maison d’arrêt d’Annoeulin (Lille)

Une fois qu’on est pris dans l’engrenage de la prison, commence le combat pour ne pas y laisser sa peau, que ce soit par le rapport de force avec l’administration pénitentiaire ou sur le terrain juridique, que ce soit par des actes individuels ou collectifs. Tout le monde espère sortir le plus tôt possible, mais obtenir des permissions de sortie et des aménagements de peine relève de procédures longues, complexes, et soumises à l’arbitraire des juges et de la matonnerie. Dans cette lettre envoyée à L’Envolée, Michaël raconte ce genre de parcours du combattant. Il évoque aussi des altercations avec les surveillants, le combat quotidien pour faire respecter les droits, la situation dans la prison récente d’Annoeulin, et les nombreux décès en détention.

« Centre pénitentiaire d’Annœullin*,

le 9 décembre 2013

 (Je suis) incarcéré depuis 2003 pour un homicide qui m’a valu treize ans de réclusion criminelle. Peu après mon arrivée en maison d’arrêt (MA), j’ai eu un souci avec le chef de détention de l’époque Monsieur Lamotte. Au tribunal, je me défends comme je peux en disant et soutenant que je n’avais fait que me défendre. Résultat : huit mois ferme pour agression, insultes et menaces. N’étant pas d’accord je fais appel. En attendant l’appel, j’informe la commission nationale de déontologie et de sécurité (CNDS) de mon problème et ceux d’autres détenus du centre pénitentiaire (CP) de Maubeuge. Je passe en appel le 11 décembre 2003 à Douai qui confirme le jugement. Le lendemain de cet appel, j’apprends par le journal « La Voix du Nord » que le chef de détention ainsi que certains bricards et surveillants sont inquiétés par la CNDS, malheureusement trop tard pour moi mais assez tôt pour d’autres. Ces fameux lascars sont inquiétés pour violence envers les détenus, harcèlement et harcèlement sexuel envers des surveillantes du CP de Maubeuge. Me voilà maintenant à la tête de treize ans et huit mois à faire. Suite à ce problème, je suis transféré d’établissement en établissement. Trois, avant de pouvoir revenir à Maubeuge, où j’ai mes enfants, ma famille et mes amis. Lire la suite

Communiqué des amis de Philippe Lalouel après le verdict

Le 1er février 2014

C’est avec une tristesse profonde et une rage indicible que nous, amis de Philippe Lalouel, nous adressons à vous pour la dernière fois.

Ce que nous annoncions sans illusion s’est réalisé sous nos yeux : une exécution publique.

Après 1h30 de délibéré seulement, les jurés sont revenus la tête haute, toute honte bue, et le verdict est tombé comme tombe le couperet d’une guillotine : dix-sept ans.

 Ces dix-sept ans s’ajoutent aux six qu’il lui reste à endurer. Sa date de sortie : 2037, à 73 ans.

Nous espérons que le fantôme de cet homme viendra hanter leurs nuits pendant les vingt-trois prochaines années. Lire la suite

APRES LE MOUVEMENT : neuf accusés massacrés par la justice pour le mouvement à la MA de Blois

Cet été ce fut Bourg-en-bresse, Chateaudun, Blois. Le 6 décembre, rebelote : cette fois au Centre pénitentiaire d’Argentan, et le lundi 17, à la toute nouvelle centrale ultra sécuritaire de Condé sur Sarthe. Début janvier ce sont des prises d’otages à Toul et aux Baumettes, et un refus de remonter à la centrale de Moulin… Les mouvements se multiplient dans les maison d’arrêt mais aussi dans les prisons pour longues peines, c’est indéniable et ça commence à faire tâche sur le dit « humanisme » de la période Taubira. Lire la suite

Contre « l’élimination sociale » de Philippe Lalouel à Montauban les 30 et 31 janvier

Depuis 1986 Philippe Lalouel a vécu en tout et pour tout 13 mois hors des murs… pour des vols.

Il sera à nouveau jugé par la cour d’appel de Montauban les 30 et 31 janvier 2014.

Philippe Lalouel est entré en prison en 1986. Il avait alors 20 ans. lors de son arrestation, il est blessé par la police, mené à l’hôpital, transfusé… avec du sang contaminé. Il prend huit ans et apprend en même temps qu’il est séropositif. Pour tenter de ne pas mourir du sida  en prison il tente de s’évader plusieurs fois et y parvient à deux reprises au début des années 1990. Pendant ces courtes cavales, il vole pour survivre en clandestinité. Pour ces faits commis sans violence, il écope au milieu des années 1990 de dizaines d’années de prison qui seront confusionées à… 25 ans. Lire la suite

Le numéro 37 du journal est sorti !

 

Le numéro 37 vient de sortir des presses. Nouveau format, nouveau papier, 36 pages de lettres de l’intérieur et d’analyse des carottes en cours. Au sommaire, des nouvelles des mutineries de l’été, une visite guidée de Réau par le poto AC/DC, des lettres de Philippe qui attend son appel (cf N°34) qui se tiendra à Montauban les 30 et 31 janvier, les suites des luttes au QD et au QI de Neuvic, le récit d’un procès sans baveux, la lettre de Christophe à Taubira refusée par le sinistre JDD… Enfin, un dossier spécial sur la réforme pénale, qu’on a pris la peine de lire et de comprendre, pour ne pas se laisser endormir par les effets d’annonce sur le supposé laxisme de la garde des sceaux. Nous vous rappelons qu’il est possible d’abonner gratuitement vos proches incarcérés. Le numéro est également téléchargeable en bas de la page. Bonne lecture !

Lire la suite

Des nouvelles de Christine Ribailly…

Dans le dernier numéro du journal vous trouverez des
lettres envoyées par Christine depuis les dernières 
prisons où elle est passée... Mais au moment où nous
mettions sous presse le verdict de son dernier 
procès -qui s'était tenu le 19 septembre dernier- 
n'était pas encore tombé. 

Depuis il est tombé et...bien tombé malheureusement. Lire la suite 

Procès de la mutinerie de la maison d’arrêt de Blois

Des prisonniers se sont révoltés le 19 août dans cette maison d’arrêt. Neuf d’entre eux passent en procès le lundi 9 décembre 2013 à 13h30, au tribunal de grande instance de Blois (place de la république).
Ils sont accusé « d’incitation à la rébellion, de rébellion en réunion, de dégradation en réunion de biens publics, de violences volontaires sans incapacité totale de travail (ITT ) et de port d’un objet prohibé » en l’occurrence le téléphone qui a servi à communiquer avec l’extérieur pendant l’émeute.

Nous serons à Blois pour rendre compte du procès et témoigner de notre solidarité envers les prisonniers jugés ce jour-là. Lire la suite

L’acharnement continue contre Kaoutar

Ce lundi 02 décembre, nous venons d’apprendre que la permission de huit heures demandée par Kaoutar lui a été refusée.
Elle devait rencontrer un employeur par l’intermédiaire -on ne peut plus officiel- de la CIFA, organisme qui travaille en partenariat avec l’Administration pénitentiaire à la réinsertion par le travail des prisonniers (stages conventionnés, formation en alternance, bilan individuel, mise en contact avec des employeurs)…

Encore une fois, ce qui devait être une simple formalité administrative se transforme avec ce refus en outil de la vengeance que l’AP exerce sur Kaoutar.

L’AP continue à rendre impossible à Kaoutar l’obtention d’une libération conditionnelle.

a suivre…

et d’ici là n’hésitez pas à continuer à faire pression sur les services responsables à la prison de Réau.

Le combat sans fin de Chloé, transsexuelle incarcérée

Chloé est incarcérée au centre de détention (CD) de Caen ; depuis 2004, elle se bat pour se faire reconnaître en tant que transsexuelle. Ce combat pour exister en tant que femme se situe à tous les niveaux, vis-à-vis de l’administration pénitentiaire (AP), du corps médical, des prisonniers et de la société en général. Lire la suite

« Chemin de croix ou parcours du combattant? » une lettre de Patricia depuis le CD de Rennes

Rennes le 14 Novembre 2013

Chemin de croix ou parcours du combattant ?

C’est hélas notre triste destinée quand nous avons une longue peine. Tu as un jugement qui est déjà dur à traverser et ensuite on te colle une peine de sûreté alors que cette dernière n’a pas été prononcé à la barre. C’est un sacré coup dans les dents lorsque tu l’apprends plusieurs mois après ton jugement. Moi depuis que j’ai appris ça, je suis tombée dans une profonde dépression et chaque jour est devenu un calvaire à vivre.

Lire la suite

Pour en finir avec toutes les prisons