Sortie du numéro 36 de l’Envolée, aout 2013, éditorial, sommaire

C’est l’été, bronzez rayés…

Le numéro 36 du journal est enfin dans les bacs et entre les mains du vaguemestre. Concocté au mois de juillet il regroupe des courriers parvenus des prisons de Mont-de-Marsan, Laon, Rennes, Bapaume, Réau, Seysses, Neuvic…

Certains courriers datent de quelques mois mais nous avions pris du retard dans leur publication suite au numéro 35 spécial procès évasion… pour les prisonniers qui attendaient avec impatience la publication de leur lettre, c’est chose faite et on espère que ça vous plaira de vous lire même avec retard.

En plus des courriers, nous avons tenté une rapide analyse de ce qu’on a baptisé « le printemps français des matons », cette sempiternelle manière de faire pleurer Margot avec leurs conditions de travail pour obtenir plus de moyen pour réprimer… qui a trouvé cette année plus d’écoute de la part de cette chère Taubira.on vous laisse d’ailleurs avec elle dans l’édito, bonne lecture :

Christiane Taubira a inauguré une nouvelle taule le mardi 30 avril dans le département de l’Orne, en Normandie, à Condé – sur-Sarthe, près d’Alençon. Elle a fait le déplacement, sans la présence des médias, en catimini, histoire de ne
pas trop contredire son costume d’humaniste qu’elle aime tant porter en public. Pourtant cet te prison est emblématique des orientations prises
depuis quasiment quinze ans par l’administration pénitentiaire (AP).
Le centre pénitentiaire est composé de deux entités distinctes, précise l’APIJ (l’Agence pour l’immobilier de la justice). D’une part, une maison centrale qui peut abriter des « détenus dangereux destinés à de longues peines et dont la prise en charge requiert un dispositif de sécurité spécifique », d’autre part, un Quartier nouveau concept (QNC) bâti en dehors du mur d’enceinte de la maison centrale. Celui-là peut accueillir des détenus béné-
ficiant du régime de semi-liberté ou condamnés à de « courtes peines » (inférieures ou égales à un an), ou encore en fin d’exécution de peine. Au départ, à Alençon, les habitants étaient plutôt
réticents – ce qui est souvent le cas –, mais ils se sont finalement laissés convaincre par la création de 300 po s tes de surveillants et de nombreux
emplois connexes, dans une région touchée par les fermetures d’entreprises, comme Moulinex entre autres . Tiens donc, l’homme qui a porté ce projet,
c’est le maire d’Alençon et député socialiste de l’Orne, le sinistre Joaquim Pueyo, qui a longtemps dirigé les prisons de Fresnes , de Rennes, de Fleury-Mérogis ou de Bois d’Arc y. Les premiers prisonniers longues peines ont été transférés du Quartier maison centrale (QMC) de Réau durant le mois de juin.
Une autre prison, parfaite réplique de celle de Condé ouvrira d’ici peu : les travaux de construction du centre pénitentiaire de Vendin-le-Vieil sont
en cours et devraient être achevés fin 2014. Elle se trouve entre Lens et Vendin-le-Vieil, sur la zone de la Croisette, tout près de Cora Lens 2, de l’aérodrome de Bénifontaine, du crématorium ou encore
d’une unité de soins pour personnes handicapées… Le ministère de la justice avait annoncé ces deux constructions de prison hyper sécurisées dans les
années 2000 (cf. L’Envolée n°2), à un moment où les peines d’enfermement ont été multipliées, où les prisons, anciennes comme nouvelles, se sont remplies, et où la politique d’aménagement de peine s’est considérablement du rcie. L’AP a alors
considéré qu’il était plus facile de réunir en deux lieux distincts des effctifs réduits de détenus qu’elle estimait dangereux pour tenter de mieux circonscrire les incidents. C’est une nouvelle étape
vers l’enfermement perpétuel qui est franchie : d ’ abord la généralisation des quartiers d’isolement, puis l’ouverture des QMC comme à Annœullin et à Réau, et maintenant celle de ces quartiers de haute sécurité ultra technologique.
Tout ça sous l’égide de nouveaux cadres de l’AP, comme Aurélie Leclerc, véritables expérimentateurs de la faisabilité des peines jusqu’à la mort.
Tout cela se fait dans le silence, loin des effets d’annonce des colloques organisés par le ministère avec la complicité de diverses associations humanistes. Les prisonniers, surtout ceux pour qui ces
structures ont été conçues, le savent bien : la seule façon d’empêcher la mise en place de ce système carcéral est sa disparition pure et simple.

 

SOMMAIRE :

4/ UN SALUT FRATERNEL À TOUS NOS POTOS
5/« ILS SONT EN TRAIN DE TUER NOS PETITS FRÈRES »
ENTRETIEN AVEC MALIN MENDY EN DIRECT DU CENTRE DE DÉTENTION DE LAON
8/ « J’AI L’IMPRESSION QU’ILS NE ME LÂCHERONT JAMAIS »
LETTRES DE KAOUTAR ET SISSI DEPUIS LE CD DES FEMMES DE RÉAU
12/ COURRIERS D’UNE « ENVOYÉE SPÉCIALE » AU PÉNITENTIER, CHRISTINE SE BAT DE TAULE EN TAULE : LA TALAUDIÈRE, CORBAS, JOUX-LA-VILLE ET BAPAUME
14/ « MÊME LES ANIMAUX BÉNÉFICIENT D’UN CONFORT PLUS DOUILLET » LETTRES DE MANUE ET JO DEPUIS LE CD DES FEMMES DE RENNES
15/ « UNE VENGEANCE PERSONNELLE DE L’ADMINISTRATION PÉNITENTIAIRE » PROCÈS DE LAURENT ORSINI
16/ SOLIDARITÉS FACE AUX HUMILIATIONS DE LA MATONNERIE À LA MAISON D’ARRÊT DES FEMMES DE SEYSSES
Lettres de détenues de Seysses
Des prisonnières chroniquent d’un an d’acharnement
Lettre d’une ancienne détenue de Seysses
21/ QUAND LES MATONS FONT LEUR « PRINTEMPS FRANÇAIS »
24/ ÇA CLASHE ET ÇA CASSE
CENTRE DE DÉTENTION DE ROANNE
25/ ÇA CHAUFFE À NEUVIC-SUR-L’ISLE
Ça chauffe au mitard
Communiqué et appels à solidarité
27/ « L’AUDACE DE CROIRE EN DES JOURS MEILLEURS »
LETTRE DE XAVIER
28/ PRISONS MODERNES DE MERDE
DEPUIS LE CENTRE PÉNITENTIAIRE DE MONT-DE-MARSAN

Laisser un commentaire