Archives par mot-clé : brimades

Quand la justice fait obstacle à l’exécution d’une décision… de justice

A.  passe devant le juge le 13 octobre à 9 heures, au palais de justice de Valence. Elle risque d’être ré-incarcérée : on lui reproche de ne pas avoir exécuté un TIG (travail d’intérêt général)… alors même qu’elle a tout fait pour ! Petit retour sur cette ubuesque histoire. Pour ne pas la laisser seule face à cette drôle de machine, à la fois bureaucratique et vengeresse.

labyrinthe« Voici une histoire parmi d’autres qui montre comment la justice cherche à piétiner celles et ceux qui ne baissent pas la tête.

En 2014, A. est condamnée à 8 mois de prison, pour une récidive de conduite sans permis. Incarcérée à la maison d’arrêt de Valence, elle y subit des violences de la part de certains surveillants. De l’intérieur, elle décide de porter plainte contre eux et de dénoncer leurs agissements. Mais cette plainte est, aujourd’hui, classée sans suite. À sa sortie, elle participe à des rassemblements devant la maison d’arrêt de Valence, ce qui lui vaut un rappel à la loi, des menaces, et des pressions de la part de sa conseillère du Spip Nathalie PERRIN (Service pénitentiaire d’insertion et de probation) en rapport à son contrôle judiciaire.

En juin dernier (2015), A. est condamnée pour un autre délit antérieur à son enfermement. Elle écope de 105 heures de TIG (Travail d’intérêt général) à faire dans un délai de douze mois. En septembre, elle prend contact avec la conseillère Spip chargée de la mise en place de son TIG. Mais au goût de Mme Perrin, A. n’est pas assez disponible (alors que ça n’empêche pas l’exécution de sa peine), et surtout son attitude n’est pas docile et ça lui déplaît fortement. Elle rédige un rapport négatif à son sujet, puis refuse de la rencontrer à nouveau. Durant l’hiver, le Juge d’Application des Peines, F.Dumas, couvre le comportement de sa subalterne, et menace A. de l’incarcérer – en révoquant le sursis correspondant à la non exécution de la peine, soit 6 mois de prison – au prétexte qu’elle ferait preuve de « mauvaise volonté ».

Depuis lors, A. a effectué d’innombrables démarches : cherché elle-même des structures qui acceptent de la prendre en TIG (l’attestent pas écrit), interpellé la direction du SPIP, écrit plusieurs courriers à son juge pour lui expliquer la situation, demandé à changer de conseillère SPIP puisque Mme Perrin refuse de la laisser faire son TIG dans les structures qui acceptent de la prendre, demandé au juge de convertir les heures de TIG en jour amende, interpellé des médiateurs afin que cette situation trouve une issue…

Mais le temps passe et elle n’a aucune réponse de la part du juge. Celui-ci attendait-il que le délai soit écoulé pour lui reprocher de ne pas avoir exécuté sa peine ? Et ainsi, tenter de l’incarcérer ? Pour cela, A. a l’obligation de se rendre à un débat contradictoire au palais de justice de Valence le 13/10/16, le juge voulant mettre à exécution la peine de 6 mois d’emprisonnement.

On utilise malheureusement le même mot : « justice » pour parler d’une valeur idéaliste, pour laquelle on se bat parfois ; et cette institution qui a pour but principal d’apprendre la soumission et de briser celles et ceux qui passent devant les magistrats. Le juge Dumas fera, comme depuis des mois à son sujet et des années au sujet de centaines d’autres personnes, ce qu’il veut de la liberté et de la vie d’A. ; mais cela ne se fera pas dans l’indifférence générale !

Soyons présent/es au palais de justice de Valence

Le 13 octobre dès 9 heures

Des proches de A.

 

 

Un étonnant « cambriolage » chez Bernard Ripert le 25 mai au soir

 

Le bureau du Maître…
Le bureau du Maître…

Hier soir, Bernard Ripert est sorti de l’hôpital psychiatrique de Bassens, suite à la levée d’internement d’office.  Après avoir diné avec des proches, il est rentré chez lui.

A son arrivée, il a immédiatement constaté que son logement avait été « visité ». « Un acte d’intimidation », déclare, ce jeudi matin, Me Ripert qui précise que « très peu de choses ont été volées ». « Il est possible que l’on ait fouillé dans mes dossiers », confie-t-il. Lire la suite

Une lettre pour Karim Tahir

Lors de l’émission du vendredi 10 octobre sur FPP, Sylvie, nous a joint à l’antenne pour nous informer sur le sort de Karim Tahir.
Karim se trouve depuis un mois à l’UHSA de Rennes (Unité hospitalière spécialement aménagée).
Il a été extrait de la prison de Condé-sur-Sarthe et a été hospitalisé d’office dans cet hôpital-prison.
La psychiatre qui s’en occupe a désormais la tâche de le faire plier, là où l’AP n’avait pas réussi. En déclarant « il est entre nos mains », elle a dors-et-déjà reconduit son enfermement en psychiatrie pour quinze jours. Cela peut durer ainsi des mois et des mois.
Il y est attaché en permanence et subit un traitement chimique dur. En plus de la camisole chimique, on lui injecte un produit qui le constipe pour ne pas à avoir à l’emmener aux toilettes ! Lire la suite

Rachide Boubala, parcours d’un longue peine de Condé

 Nous avons récemment publié des nouvelles de Rachide Boubala, 37 ans, initialement libérable en 2000 mais devenu un prisonnier longue peine: sortie prévue en 2038. Pas de peine d’assises mais une série de condamnations en correctionnelle non compressibles accumulées du fait même de son incarcération. Elles lui valent «ce CDI avec l’AP et la moitié de l’année passée au cachot», explique Catherine, sa compagne. Rachide peine à faire entendre publiquement les raisons de ses luttes. Les journalistes embarqués préfèrent de loin recracher la soupe des syndicats pénitentiaires : «La population détenue est de plus en plus vindicative»(Corse-Matin), «les matons sont lassés de venir travailler la boule au ventre»(Europe 1), «les transferts peuvent être obtenus sans prise d’otages, en faisant des demandes par courrier»(un maton de Clairvaux sur FranceinfoTV). Lire la suite

L’acharnement continue contre Kaoutar

Ce lundi 02 décembre, nous venons d’apprendre que la permission de huit heures demandée par Kaoutar lui a été refusée.
Elle devait rencontrer un employeur par l’intermédiaire -on ne peut plus officiel- de la CIFA, organisme qui travaille en partenariat avec l’Administration pénitentiaire à la réinsertion par le travail des prisonniers (stages conventionnés, formation en alternance, bilan individuel, mise en contact avec des employeurs)…

Encore une fois, ce qui devait être une simple formalité administrative se transforme avec ce refus en outil de la vengeance que l’AP exerce sur Kaoutar.

L’AP continue à rendre impossible à Kaoutar l’obtention d’une libération conditionnelle.

a suivre…

et d’ici là n’hésitez pas à continuer à faire pression sur les services responsables à la prison de Réau.

Lettre du collectif Papillon à l’attention de la direction de Réau

A l’attention de la direction du CP de Réau
du SPIP de Réau
de la Garde des sceaux
de la DISP Paris-Ile-de-France

OBJET : situation préoccupante de Madame Kaoutar Chtourou, détenue au CP de Réau

Saint-Étienne, le 5 novembre 2013,

Mesdames, Messieurs,

Nous sommes un collectif d’information sur la prison et de solidarité avec les prisonniers. Nous avons eu par les medias internet des nouvelles de Madame Kaoutar Chtourou, actuellement incarcérée au CP de Réau. Nous suivons sa situation depuis quelques années déjà. A force, nous connaissons bien le fonctionnement de la détention, les multiples manières de torturer psychiquement (voire physiquement) les prisonniers et prisonnières. Et surtout, de se venger des récalcitrant-e-s et des éléments perturbateurs. Lire la suite

Solidaires de notre amie Kaoutar, une combattante dont l’AP se venge

Kaoutar Chtourou, une combattante dont l’AP se venge au quotidien

Ceux et celles qui lisent le journal connaissent Kaoutar Chtourou depuis des années maintenant. Depuis son incarcération en 2008 elle n’a cessé d’écrire pour témoigner de son quotidien, de celui des autres prisonnières, pour dénoncer l’administration pénitentiaire et raconter les combats qu’elle a menés avec d’autres. On se souvient notamment de sa dénonciation du système moyenâgeux de pouvoir parallèle que le directeur de la Maison d’arrêt des femmes de Versailles avait mis en place. Le sieur Goncalves avait, après intervention du contrôleur des lieux de privation de liberté, été remplacé et gentillement mis au placard (pas plus faut pas exagérer toute de même!). Lire la suite

Depuis le Quartier d’isolement de Neuvic

Le texte qui suit est un communiqué tout juste sorti du centre de détention de Neuvic, par des prisonniers qui sont à l’isolement. Malgré la condition insupportable qui leur est faite, ils parviennent à rester solidaires, et sont en lutte au quotidien contre l’administration pénitentiaire. On les salue, ça demande un grand courage de faire sortir des communiqués comme celui-là, alors qu’ils sont à la merci de matons sadiques et de l’administration qui les couvre. Ils souhaitent que ces informations circulent, et appellent à la solidarité à l’extérieur. Le moins qu’on puisse faire est de faire connaître leur combat, alors n’hésitez pas à faire tourner ce texte, que L’AP sache qu’on la regarde avec vigilance et détermination. Lire la suite

Centre de détention de Neuvic (Dordogne) : ça chauffe au mitard

Voilà quelques informations qui nous sont parvenues du centre de détention de Neuvic sur l’Isle (Dordogne) et témoignent du climat tendu qui  règne au mitard (QD ou quartier disciplinaire) et au QI (quartier d’isolement). Le ton monte entre certains prisonniers de Neuvic et la matonnerie, qui ne répond que par l’intensification de la répression. Mais ces prisonniers, poussés à bout, ne se laissent pas faire. Ils réclament leur transfert afin de poursuivre leur peine dans d’autres conditions. Lire la suite

Encore un témoignage sur la MA de Seysses, cette fois c’est une ex-prisonnière

Le représentant régional de FO pénitentiaire, Philippe Campagne, fait justement campagne (repris dans un article documenté du site carré rouge) pour redorer le blason de ces collègues de Seysses : les déclarations dans les lettres des prisonnières  de la MA de Seysses ne seraient que des affabulations, la preuve FO a fait sa petite enquête interne et donc, FO envisage de porter plainte pour diffamation.  Lire la suite