Archives par mot-clé : Etat d’Urgence

EMISSION DE L’ENVOLÉE DU 10 JUIN 2016

  • Téléphone : Nadia, la tante d’Ibrahim, donne des nouvelles de son neveu et dénonce les saletés commises à la prison de Poitier-Vivonne
  • Lettre : Thierry Coppola (Lannemezan 2017)
  • Brèves
  • Sur le Mouvement

–> Defcol, K d’école, la radio, tout le monde déteste la police…

–> Cantine et Concert de soutien aux manifestants inculpés : 17 juin au Condensateur, 43 rue de Staligrad, Montreuil

  • Bernard Ripert

Musiques : La Rumeur – Tous ces mômes vont grandir ; Soso maness x Jhonson – Emmenez moi ; Swift Guad – Narvalo


Téléchargement  (clic droit –> « télécharger le fichier lié »)

Et si tout le monde détestait la justice ?

AFFICHE AMNISTIE 2 WP

 

Amnistie pour tous les prisonniers
et toutes les prisonnières du mouvement social

 

Il y a ce lycéen de Nantes accusé de « complicité de tentative d’homicide » sur un commandant de CRS. Il y a ces quatre manifestants parisiens accusés d’avoir mis le feu à un véhicule de police et poursuivis pour « tentative d’homicide ». Il y a ces dix-neuf rennais accusés de « participation à une association de malfaiteurs » pour des dégradations dans le métro. Il y a ces dizaines de manifestants accusés de violences – sur des biens ou sur les défenseurs de ces biens – qui passent en comparution immédiate et se prennent des peines de prison ferme ou avec sursis. Il y a celles et ceux qui seront cueillis et enfermés dans les semaines à venir au fur et à mesure de l’avancée des procédures…

A chaque fois, nous nous laissons prendre par le fait divers. Nous passons des heures à examiner des vidéos, lire des articles pour reconstituer chaque épisode de ce qu’il s’est vraiment passé : qui a jeté le projectile ? Qui à tapé et quand ? Qui a mis le feu ? Qu’on ait besoin de comprendre, envie d’innocenter, qu’on soit porté par la curiosité ou par l’enthousiasme, ça ne change rien : nous épousons – qu’on le veuille ou non – la logique médiatique, policière et judiciaire qui, elle, a pour but de fabriquer des coupables et de transformer un mouvement social en succession de faits divers.

Nous devons simplement rappeler que des professionnels du maintien de l’ordre caparaçonnés, entrainés militairement, équipés d’armes létales et d’autres dites non-létales (Flash-Ball, bombes lacrymogènes, grenades de désencerclement) traumatisent, étouffent, assourdissent, blessent, éborgnent… et tuent aussi. Ces femmes et ces hommes en armes sont les pions plus ou moins féroces d’un pouvoir politique qui joue sa survie à brève échéance en donnant des consignes strictes pour ne pas lâcher son os. Les syndicats de policiers peuvent bien manifester à leur tour et occuper les plateaux de télé pour dénoncer la « haine » dont ils feraient l’objet, nous ne devons pas les laisser jouer les victimes du mouvement social. Les photos et vidéos qui se multiplient sur Internet montrent simplement qu’il n’y a pas de « bavure » : ce qu’on voit, c’est bien une stratégie qui vise à faire plier la rue en terrorisant tout le monde.

Nous devons aussi dire que la brutalité virile de ces troupes armées n’est que l’expression la plus visible du Droit. D’autres professionnels du droit – ceux qui sévissent en robe noire – prennent immédiatement le relais dans le travail d’éradication de la contestation. C’est la phase judiciaire de la répression. Cette phase est moins spectaculaire, elle produit moins d’images révoltantes, mais sa violence n’est pas moins grande. Comme celle de la police, cette violence des cours de justice s’abat tous les jours, tranquillement, sur les classes les plus pauvres et les plus stigmatisées des quartiers populaires. En ce moment, elle s’attaque aussi à d’autres cibles. Un lycéen qui manifeste peut ainsi se voir accuser d’avoir tenté de tuer un fonctionnaire de police, crime entre tous les crimes, qui peut entraîner la condamnation à la perpétuité réelle. Un chef d’inculpation qui veut dire que l’uniforme de certains – les agents de la défense de l’état – vaut plus que la vie d’un simple quidam, et qui précipite des gens en prison pour toute leur vie, le plus souvent dans l’indifférence générale.

Nous sommes en ce moment des milliers : lycéens, étudiants, travailleurs, travailleuses – avec ou sans emploi – syndiqués ou non. Nous faisons grève, occupons, bloquons et manifestons contre une nouvelle loi et le capitalisme qu’elle sert. Au fil de se mouvement de plus en plus de gens se défendent dans la rue contre des policiers militarisés ou s’en prennent à des symboles de l’économie totalitaire. En cela, il n’y a pas plus de casseurs que de bons manifestants ; il n’y a ni innocents à sauver, ni coupables à condamner, ni martyr à honorer ni barbare à éradiquer. Les balles de lanceurs de 40, elles ne font pas le tri entre les yeux des uns et des autres, et la « tentative d’homicide » arme judiciaire s’utilise désormais contre des manifestants. Ce mouvement contre la « loi travail » permet au moins d’établir clairement que la police et la justice sont deux bras – armés l’un et l’autre – de l’Etat face à nous – qui ne le sommes pas. En cela, nous sommes tous et toutes face au Droit – qui enferme –face aux tuniques bleues et aux robes noires, face à la police et à la justice.

De même que nous avons été beaucoup à crier : « Tout le monde déteste la police », il nous faudra aussi crier : «Tout le monde déteste la justice. » Ce serait un moyen de trouver la force et la détermination nécessaires pour exiger l’amnistie de tous les inculpés, c’est-à-dire l’abandon des poursuites à leur encontre et leur libération immédiate. Porter un tel mot d’ordre serait un premier pas pour gripper la machine judiciaire qui, au delà du mouvement, enferme tous les jours depuis des dizaines d’années : les enfants de colonisés, les étrangers des quatre coins du monde arrivés ici et les pauvres des quartiers de France, qui n’en peuvent plus d’être stigmatisés, emprisonnés et pris pour cible. Si le mouvement se bat contre une « loi El Khomri » qui accentue un peu plus l’exploitation et la chasse aux pauvres, alors il doit se battre aussi contre la justice qui sert à enfermer d’abord et surtout celles et ceux qui subissent de plein fouet la violence économique.

AMNISTIE POUR TOUS LES INCULPÉS !

LIBERTÉ POUR TOUS ET TOUTES !

 

Pour télécharger, imprimer et diffuser cette affiche :

Version A3 couleur

Version A2 noir et blanc

Version Web

« Tout le monde (ou presque) déteste la police, car elle déteste tout le monde (ou presque) » 3/3 petite analyse et entretien avec un copwatcher

Jette pas qu’un œil sur la police, des USA à Pantin : des vidéos contre la violence policière, entretien avec un copwatcher

Il y a quelques mois encore, Taubira à leur tête, certains politiciens français adoraient encore se la jouer humaniste à bon compte en condamnant la violence, souvent raciste, des policiers aux États-Unis. C’était déjà bien sur, pour mieux honorer nos poulets label France. Aujourd’hui aucun d’entre eux n’ose même plus s’aventurer sur ce terrain glissant : l’heure est aux larmes des policiers ; aux prétendues tentatives d’homicides contre la police ; aux montages bidons de BFM… Lire la suite

EXIGEONS LA LIBERATION DU LYCEEN NANTAIS INCARCERE POUR « TENTATIVE D’HOMICIDE SUR PERSONNE DEPOSITAIRE DE L’AUTORITE PUBLIQUE »

serveimage-2

Ce samedi 14 mai, un lycéen nantais de 18 ans a été mis en examen pour « tentative d’homicide sur personne dépositaire de l’autorité publique » après une garde à vue de 48 heures. Il a été immédiatement incarcéré sur un mandat de dépôt criminel. Cette inculpation est très grave, sans aucune comparaison possible avec les habituels « outrages et rébellion » et autres « violences sur personne dépositaire de l’autorité publique » qui s’accumulent dans les audiences de comparutions immédiates. Elle inscrit les faits dans une procédure « criminelle » qui prévoit des peines pouvant aller jusqu’à la réclusion à perpétuité…

Les faits ont été relatés par la presse nationale comme étant d’une « violence » extrême. En fait, un commandant de police qui n’avait pas réussi à reculer assez vite après une charge de ses CRS a été pris à partie par un groupe de manifestants qui lui ont asséné plusieurs coups. Le gradé a visiblement eu le nez fracturé et on a dû lui faire une quinzaine de points de suture. Par ailleurs, il n’y a pas d’éléments précis qui peuvent attester de la participation du jeune inculpé aux coups donnés. Tout reste donc très flou.

Ce qui ne l’est pas en revanche, c’est l’acharnement violent et méthodique déployé par les forces de police contre les manifestants depuis le début du mouvement. Passages à tabac (particulièrement à Nantes et à Rennes), coups de matraque, utilisation de grenades « désencerclantes » qui blessent en cas d’impacts directs, tirs avec leurs nouveaux flash-ball à hauteur de visage pour crever des yeux, etc. Tout le monde aura déjà pu apprécier l’efficacité de ces armes sur des images et vidéos diffusées sur Internet.

On entend répéter en boucle, « un commandant de police blessé »… Si cela vaut plusieurs années de prison, comment « comptabiliser » les multiples yeux crevés par des flash-ball, comment « évaluer » la mort de Rémi Fraisse et celle d’Amine Bentousi abattus froidement par la police, pour ne citer que deux exemples… Et dans ces cas où ce ne sont pas des « tentatives » mais bien des « homicides », la justice prononce toujours des non-lieux ou des acquittements. Et là, l’Etat ne prend même plus la peine de faire croire que la justice en est une.

Oui, une bonne partie de la jeunesse n’a pas envie de se soumettre au pouvoir (qu’il soit financier, policier, militaire, politique) dont la règle est de voler les vies du plus grand nombre au profit de quelques-uns. Elle crie haut et fort depuis quelques semaines ce refus d’un monde d’exploitation. Et ils sont gentils ces manifestants de ne pas répondre plus violemment à cette déferlante d’uniformes qui vise à décourager la majorité des participants au mouvement en cours et à faire déserter manifestations et occupations.

Nous exigeons la libération immédiate de ce jeune homme. De toutes façons, il y a peu de chance qu’il échappe à un procès, mais au moins qu’il l’attende dehors et non pas emprisonné comme tant d’autres le sont déjà ; nous savons combien les peines sont plus sévères pour les accusés qui comparaissent menottés que pour celles et ceux qui comparaissent libres. Et qu’il ne serve pas de cadeau de la justice à des syndicats de police bien contents de se voir « aimés » par leurs collègues en robe noire. Qu’il ne serve pas non plus d’exemple repoussoir à une jeunesse qui refuse le monde qu’on lui prépare.

Il est partie prenante du mouvement actuel au même titre que tous les manifestants et grévistes qui y ont pris part. On ne le laissera pas tomber.

L’Envolée

Pour informations complémentaires dans les jours à venir : lenvolee.net

Pour nous écrire : contact@lenvolee.net

On peut lire un article de soutien aussi sur le blog de Patrick Gabriel :  https://blogs.mediapart.fr/patrick-gabriel/blog

 proxy2-1

EMISSION DE L’ENVOLÉE DU 8 AVRIL 2016

• Lettres des prisonnières basques sur la lutte à la MAF de Fleury-mérogis

• Lettre de Bernard Ripert adressée à ses confrères

  • Sur les nouveaux projets de loi

 

Téléchargement  (clic droit –> « télécharger le fichier lié »)

Vous reprendrez bien un peu de loi avec votre sidération ?!!

L'Envolée N°43 bientôt dans les boîtes
L’Envolée N°43 bientôt téléchargeable sur ce site et bientôt dans les boîtes. Abonnez-vous : chèque de 15 euros ou plus à l’ordre de L’Envolée, 43 rue de Stalingrad, 93100 Montreuil. Toujours gratuit pour les prisonniers et leurs proches.

A propos  de l’état d’urgence et du projet de loi « renforçant la lutte contre la criminalité organisée, le terrorisme… »

Il ne chôme pas, le nouveau ministre des tribunaux et des prisons ! À peine la Taubira avait enfourché son « m’as-tu-vu » à deux roues que l’Urvoas présentait déjà un nouveau projet de loi avec ses amis Valls et Cazeneuve. Projet de loi « renforçant la lutte contre le crime organisé, le terrorisme et leur financement, et améliorant l’efficacité et les garanties de la procédure pénale ». Gonflé à bloc par les attentats et l’instauration de l’état d’urgence, Valls a rappelé que « la loi n° 2015-912 du 24 juillet 2015 relative au renseignement a accru et encadré les possibilités de recueil du renseignement », et souligné que « cet arsenal de prévention doit être complété par un volet judiciaire ». Pour écrire cet énième « volet judiciaire », le lé-gislateur comme on dit, va piocher, étendre et aggraver des mesures qui existaient déjà depuis longtemps, notamment dans la loi du 9 mars 2004. Mesures qui étaient à l’époque réservées à la lutte contre « la criminalité organisée » (voir Envolée n° 11) – c’est à dire contre l’économie parallèle – mais parfois encore un peu trop compliquées d’usage pour les condés. C’est le moment de se simplifier la vie, pourquoi se priver quand « guerre au terrorisme » et état d’urgence permettent de tout faire passer ? Lire la suite

EMISSION DE L’ENVOLÉE DU 19 FEVRIER 2016

Deux parties dans cette émission qui discute à mort :
-Des considérations sur cet « état d’urgence » qui a tendance à ressembler à l’Etat tout court… Un premier défrichage de la loi censée pérenniser l’état d’urgence. Une loi en cours de discussion dans la plus totale indifférence, cachée par le pseudo-débat sur la déchéance de nationalité. Et si c’était ça l’état d’urgence : que tout continue comme avant mais en pire et que tout le monde s’en foute ?
-Et puis dans un deuxième temps, une discussion autour de Rachide Boubala qui, de transfert en transfert, mène l’administration pénitentiaire dans une impasse : l’AP ne sait plus comment gérer Rachide. Il gagne la partie d’échec qu’il mène avec ses propres techniques. Autour de l’Analyse rapide du contenu d’un rapport du Centre national d’évaluation de Réau.

Téléchargement  (clic droit –> « télécharger le fichier lié »)

EMISSION DE L’ENVOLÉE DU 29 JANVIER 2016

  • Lettres : Gaëtan (Centre pénitentiaire de Lannemezan)

Daniel (Maison centrale d’Ensisheim)

Hugues (Centre de Détention de Nantes)

  • Téléphone : Amal Bentounsi (Retour sur le procès du flic dans l’affaire d’Amine Bentounsi à la Cour d’assise de Bobigny)
  • L’Etat d’Urgence + Taubira
  • Nouvelles de Calais (Manifestation de soutien aux migrants du 23-01-2016)

Musiques : C.Sen – Trafic ; O.P.A. – La police veille au grain ; Nedoua – Un jour de plus ; Busta Rhymes – Christo Redentor


Téléchargement  (clic droit –> « télécharger le fichier lié »)

EMISSION DE L’ENVOLÉE DU 22 JANVIER 2016

  • Lettres : Yann Tenière (refus de rentré de permission pour un aménagement de peine)

Mobilisation des prisonniers corses (à la suite d’une mise au mitard abusive le 12 janvier 2016 des trois prisonniers corses Cédric Courbet, Xavier Ceccaldi et Nicolas Battini)

  • Invité : Damien,  sorti récemment (correspondant de l’Envolée et prisonnier politique anarchiste)
  • Retour sur le procès du flic dans l’affaire d’Amine Bentounsi  (Cour d’assise de Bobigny)
  • Retour sur le procès de Fabrice Boromée (Cour d’appel de Douai)

Musiques : Big Mama Thornton – Ball And Chain ; Hugo TSR – Old Boy ;  Jeff le nerf – 36 Quai des horreurs


Téléchargement  (clic droit –> « télécharger le fichier lié »)

EMISSION DE L’ENVOLÉE DU 8 JANVIER 2016

 

  • Lettres : Zehra (MAF de Fleury, 19-12-2015)
    Christian Robert (Casabianda)
  • Nouvelles de Erdoğan Çakir (arrêt de sa grève de la faim contre les fouilles à corps)
  • Les conneries du pouvoir (Etat d’Urgence)
  • Annonce du procès d’un flic pour l’affaire d’Amine Bentounsi  (du 11 au 15 janvier 2015 à la Cour d’assise de Bobigny)
  • Nouvelles des sans-papiers (Calais, Seuta 25-12-2015)
  • Invitée : Lucile (témoignage de la MAF de Fleury)

Téléchargement  (clic droit –> « télécharger le fichier lié »)