TRANSPARENCE PLUS QUE TOTALE, sur les morts en prison

Paru dans l’Envolee numéro 26 – octobre 2009  

TRANSPARENCE PLUS QUE TOTALE, sur les morts en prison

Le 18 août, la nouvelle garde des Sceaux s’est vu remettre le rapport demandé à l’administration pénitentiaire (AP) sur les morts en prison depuis le début de l’année, dont le contenu n’a pas été rendu public. Par contre, ce même jour, le fameux rapport Albrand, jusque-là confidentiel, a été mis en ligne sur le site du ministère de la justice. S’agit-il de la version revue et corrigée par la précédente tenancière de la Chancellerie ? Le bon Dr Albrand vous répond :

« La ministre ressort la version édulcorée du rapport… La version light, pas celle que j’avais remise en décembre au ministère. »

Cela n’a pas empêché Alliot-Marie de déclarer :

« La première des choses que j’ai décidé de faire, là aussi par ce que je souhaite que l’on agisse dans la transparence, c’est de publier ce rapport ».

La transparence, selon la ministre de la pénitentiaire, est à opacité variable. En l’occurrence il s’agit que tout le monde voie ce document,

« ce qui permet ensuite de juger de ce qui est fait et de ce qui reste à faire. Il y a vingt préconisations dans ce rapport, j’ai décidé de suivre ces vingt préconisations. » a-t-elle ajouté.

Pure démagogie, car seule une commission de contrôle, indépendante de la pénitentiaire et dotée de moyens conséquents, pourrait produire une estimation sérieuse. Cela dit, quel sens y aurait-il à faire une estimation sérieuse de recommandations qualifiées d’« idiotes » par Albrand lui-même ? Il pourrait y en avoir 50 ou 100, de ces mesurettes d’opérette, que cela ne changerait rien à la réalité du problème…

Citons, à titre d’exemple, le fameux « kit de protection » à « expérimenter » pour les « personnes détenues en urgence suicidaire élevée » comprenant « draps et vêtements déchirables [en papier] ou/et couvertures indéchirables ne pouvant être transformés en liens », « des cellules sécurisées avec interphone et absence de points d’arrimage (support TV, canalisation, barreaux de fenêtre…) » à « expérimenter », toujours, ainsi qu’une meilleure formation des personnels pénitentiaires. Le dernier point de la préconisation n°11 va jusqu’à vouloir  « sensibiliser les codétenus […] en expérimentant [encore] une action de formation au soutien d’une personne en souffrance »,

Les transformant donc en agents pénitentiaires psycho-médicaux. Pour mettre fin à la « sur-suicidalité carcérale », comme ils disent, l’AP semble surtout prête à renforcer les contrôles et la surveillance, dans la mesure de ses moyens c’est-à-dire qu’il faut que cela ne (sur)coûte rien ou presque.

S’il ne s’agit que de ramener le chiffre des suicides ou morts suspectes, en très forte augmentation en 2009, à des proportions moindres acceptables par tous les pouvoirs… Une fois retrouvé le taux de « suicidalité » des années précédentes, qui osera prétendre que le problème n’est pas résolu ?

 

 

 

Laisser un commentaire