« Nous sommes traités comme des chiens : ils nous amènent dans des cages au tribunal » Lettre collective du centre de rétention de Vincennes, mars 2019

Suite à la grève de l’infirmerie, de l’association, et de la cantine, qui a commencé jeudi 21 mars à la prison pour étrangers de Vincennes et au cours de laquelle les prisonniers ont dormi tous ensemble dans la cour pour éviter d’être de nouveau divisés dans les chambres, nous relayons ici une lettre collective écrite par un groupe des prisonniers en lutte :

Salutations,

Nous, les retenus du centre administratif de Vincennes CRA 1,  nous permettons de vous écrire afin de vous parler de notre galère physique et psychique.

Nous commençons par parler de la maltraitance des policiers,  agression physique à chaque fois que nous parlons avec eux  de nos droits humains : des retenus blessés et il y a aucun traitement pour les soigner.

Des insultes chaque jour même avec un mot que nous ne comprenons pas et des actes de discriminations et du racisme qui accentuent notre souffrance (“sale arabe”, “fils de pute”, …).

Quant  à la nourriture,  elle est vraiment  inconsommable : nauséabonde qui donne envie de vomir.  La majorité  des retenus souffrent de la malnutrition et des effets des produits emballées (gale, problèmes digestifs).

Il y a parmi nous des retenus malades qui souffrent de problèmes mentaux, d’autres qui ont la tuberculose, la gale. Nous  avons l’impression qu’ils nous préparent un  lieu favorable par la contagion. Le médecin du centre ne  croit pas qu’il y ait vraiment des retenus malades. Il fait que  leur donner des calmants, sans aucun traitement avec aucune intention de les soigner.

Les chambres ne sont pas stérilisés. Donc plusieurs maladies se répandent rapidement dans le centre. Humainement, c’est injuste d’emprisonner les étrangers pendant trois mois pour décider leur déportation ou pas. Nous ne sommes pas des criminels pourtant nous sommes traités comme des chiens: imaginez, ils nous amènent dans des cages au tribunal.

Merci

Lettre collective de prisonniers du CRA 1 de Vincennes

Laisser un commentaire