Archives par mot-clé : Christine Ribailly

DEUX LETTRES pour continuer une discussion : Le journal, le courrier, et Hafed …

Durant l’émission du 15 février, on répondait aux courriers qui nous demandent pourquoi il n’y a pas de nouveau journal depuis longtemps. On citait Hafed notamment, et on rappelait que le journal ne se nourrit que des paroles de l’intérieur. On a reçu depuis deux lettres qui prolongent un peu cette discussion. On les republie ici.

 

Le 25 février 2019

Salut Camarades,

Je m’appelle Christine. Je suis abonnée depuis longtemps. J’ai découvert l’Envolée en 2003. Je vous avais alors passé un texte écrit après la visite à mon compagnon enfermé à Valence qui a été publié sous le titre « Récit d’un parloir qui se passe mal » en une double page. Ensuite, je lisais le journal environ trois fois par an. En novembre 2012, c’est moi qui ai été enfermée. Je continuais à recevoir le journal et à le faire découvrir à mes voisines en promenade. De nombreux extraits de lettres, écrites à Elsa ou Anaïs en particulier ont été publiées durant 4 ans. Depuis ma sortie, il y a  un peu plus  de2 ans, l’abonnement n’a pas suivi à mon adresse dans la colline mais je trouvais l’envolée sur des lieux militants, notamment lors de la tournée de « Pisser dans l’herbe… » où on assurait la promotion et vente (si je ne me trompe pas, les 5 tournées vous ont permis de récolter près de 500 euros). J’ai aussi appris que je pouvais écouter l’émission de radio, que je n’avais jamais entendue en taule ou avant, via l’ordinateur.

Donc aujourd’hui, je branche l’ordi et vais sur le site. Je lis les résumés des émissions que je n’ai pas écoutées et me branche sur la dernière mise en ligne, celle du 15 février. Là, vous reconnaissiez ne pas avoir été foutu de sortir un journal depuis un an et, malhonnêtement, vous appeliez un mort à la rescousse pour vous dédouaner, nous accusant, nous, de ne pas écrire! C’est dégueulasse comme façon de faire!

A l’intérieur, on n’entend pas la radio, je vous l’ai déjà dit, même à Fleury ou à Réau, les taules de la région parisienne où j’ai été envoyée. Donc, vous arrêtez sans nous prévenir. L’honnêteté de base aurait été de faire un court journal, même qu’un 4 pages, pour expliquer votre flemme, vos dissenssions ou je ne sais quoi qui vous arrête, et de relancer l’appel à courrier. On est plusieurs à écrire dedans, mais l’AP connaît l’adresse et des lettres sont « perdues par la poste ». La solution c’est d’écrire à des proches potes qui relaient à l’Envolée. Pour ça c’est à vous de bosser, de ne laisser personne sans réponse, de relancer si une baisse de moral ou un transfert a coupé la communication. Bien sûr certains d’entre nous ont la flemme d’écrire, mais en général on aime recevoir du courrier et ça nous donne le courage d’y répondre (si vous mettez des timbres avec). Le journal tourne dans le cours de promenade et des demandes d’abonnement sont mal traitées par vous / ou / et censurées par l’AP). Merde, ce n’est pas nous les responsables ! Nous sommes isolés, ils nous séparent, nous transfèrent. Nous n’avons pas accès aux courriers des autres, c’est vous qui devez les centraliser et nous informer des transferts.

Nous n’avons pas accès à une imprimerie, c’est vous seuls qui pouvez vous coller à ce boulot. Le journal est un outil de lutte (rien que de le recevoir nous signale à l’AP comme un.e emmerdeur.se potentiel.le) que nous ne pouvons pas faire. Et c’est dégueulasse de nous en priver, surtout sans nous prévenir / expliquer !

J’en avais discuté un peu avec Floréal le 8 décembre mais il m’avait dit que vous aviez une réunion pour vous remotiver. Il semblerait que ça n’ait pas marché… Perso, je sais l’utilité de l’Envolée papier. Je sais le besoin d’avoir du courrier de camarades. Je sais le travail que ça a été pour que l’AP ne le censure presque plus. Il ne faut pas perdre ça.

J’ai maintenant un num de tel et toujours un stylo. Je veux bien aider à répondre aux courriers des enfermé.e.s, à relancer ceux qui n’écrivent plus (Fabrice, Rachide par exemple), à maintenir le lien avec ceux qui écrivent (Maite et Marina par exemple). Je peux même écrire moi-même : je réfléchis beaucoup en ce moment à la sortie à long terme, aux conséquences psy et physiques de ce qu’on a subi dedans …

Bref, relancez, relancez moi, assumez, mais ne lâchez pas, surtout comme des lâches!

Salut

Christine

Et la deuxième …

23/02/19

L’envolée,

Faut en finir avec ces prisons

Je vous écris ce courrier, je m’appelle Bragonça de Almeida Julien, ma mère est présidente du syndicat PRP pour les détenus. Elle m’a ramené au parloir le livre d’Hafed Benotman « Ca ne valait pas la peine mais ça valait le coup ».

Donc moi j’ai 22 ans le 26 mai 2019 et le livre m’a ouvert encore plus les yeux. Ce qui se passait en 2000, 2001, 2002 se passe encore en 2019. Depuis mes 14 ans, je fais de la prison. Comme Hafed disait, je ne suis pas un voyou. Je suis un voleur. Et aujourd’hui j’aimerais écrire un ou des livres sur la prison, sur ma vie, etc. Pour que notre combat contre les prisons et la justice puisse se finir et qu’on sera gagnant. A l’âge de 13 ans, j’étais en CER (Centre Educatif Renforcé). A 14 ans rebelotte. A 15 ans ils me mettent en CEF (Centre Educatif Fermé), puis a 16 ans la prison a Bourges les Bondio (18), puis Tours (37). Après je suis reparti en CER sur un bateau pendant 4 jours et là on m’a envoyé en EPM (78) qui est une prison pour mineur. Je suis passé majeur et j’ai été incarcéré un an au Craquelin jusqu’en 2016. Puis je suis sorti 3 mois et on m’a renvoyé 4 ans et 8 mois. Avec toutes les petites peines je me retrouve à 8 ans.

Depuis ma peine, je suis resté 6 mois au Craquelin (36). On m’a transféré à Orléans Saran (45). Je suis resté 5 mois puis envoyé à Chateaudun (28) pendant 10 mois et là je suis à Doux la ville (89), ça fait 8 mois. 8 mois de mitard et d’isolement. Là je vous écris du mitard. J’ai pris 30 jours depuis le 30 janvier. Ma famille vient me voir en parloir hygiaphone sans raison.

Force à l’envolée et tous ceux qui nous aident. Force à vous. J’aimerais qu’on m’aide pour écrire un livre, s’il vous plaît. Si vous avez besoin de photos, témoignages, tout ce qui est de mon possible je vous aiderai. Et si je peux avoir l’abonnement à l’envolée, ce serait bien.

Je suis à l’intérieur mais je suis là pour l’extérieur, pour que le combat continue.

Et si on peut m’aider pour mon livre, ce serait sympas.

Merci à vous tous de votre compréhension.

On m’a graille la gamelle, ça m’a fait les dents.

Force à l’envolée

Et grosse pensée pour Hafed

Force à vous tous

Bragança

PS: la juge me juge, m’enferme mais je reste libre, libre d’être moi, libre de respirer et libre de les emmerder.

ÉMISSION DE L’ENVOLÉE DU 13 AVRIL 2018

 

      • Appel : Lydia nous lit une lettre et des poèmes de Julien ; matons et harcèlement de proches de détenu.e.s ; des nouvelles de Baptiste, ca glisse à St-Maur…
      • Appel : Christine Ribailly nous donne des nouvelles de son procès, et de Fabrice Boromée
      • Brèves : Appel de la Centrale d’Arles (2001) ; les évasions, des coups de poings judiciaires pour une petite balade ; Marylin la matonne

Zics : Regg’ Lyss- Mets de l’huile / Arsenik – Une saison blanche et sèche / Fonky Family – Nique tout / Soso Maness – Minuit c’est loin


Téléchargement (clic droit –> « enregistrer la cible du lien sous »)


 

 

ÉMISSION DE L’ENVOLÉE DU 26 MAI 2017

 

  • Présentation : l’émission anti-carcérale Papillon sur radio Dio à Saint-Etienne (89.5 FM) et sur Radio Canut à Lyon (102.2 FM)
  • Lettres Philippe Lalouel, à la centrale de Lannemezan
  • Appel Christine Ribailly, à propos de Fabrice Boromée à la centrale de Saint-Maur
  • Appel : Lydia, pour son fils en détention au CP de Châteauroux
  • Lecture de la nouvelle « Réquisitoire » de Cloé Mehdi

Zics : Clacy Eccles – Freedom / Etta James – I’d rather go blind / Public Ennemy – Bring the noise / Hartigan – Vérité


Téléchargement (clic droit –> « télécharger le fichier lié »)


Enregistrer

Enregistrer

ÉMISSION DE L’ENVOLÉE DU 21 AVRIL 2017

 

  • Lettre : Christine Ribailly, pour Fabrice Boromée
  • Appels : Christine, nous donne des nouvelles de Philippe Lalouel, Oier Gomez et Fabrice Boromée / Patricia, pour son fils malade en détention
  • Coup de gueule : La folle du CD H1 de Réau / Le directeur de Villefranche-sur-Saône, Eric Schots, tabasse un prisonnier
  • Retour : Sur la manif de dimanche dernier contre le FN
  • Annonce : Lundi 24 avril à l’EHESS, projection du film Sous surveillance

Zics : Seth Gueko – Dès Que / Héctor Lavoe – Calle luna calle sol / Enregistrement du Rassemblement devant Fleury-Mérogis


Téléchargement (clic droit –> « télécharger le fichier lié »)

Enregistrer

Enregistrer

ÉMISSION DE L’ENVOLÉE DU 06 JANVIER 2017

 

  • Courriers : Damien (MA de Fleury-Mérogis), Kamel (poème)
  • Invités : Les potes et frères d’Adama Traoré sont venus parler de leurs frères, des événements récents et de la mobilisation à Beaumont-sur-Oise.

marche-blanche-a-beaumont-sur-oise-en-hommage

  • Tel : Christine nous raconte un peu sa sortie depuis dix jours et sa « liberté » retrouvée après quatre années de prison et de bagarre au quotidien avec l’administration pénitentiaire.
  • Invitée : Loubna, sortie de prison depuis cinq mois, condamnée pour avoir défendu un gamin face à la police.

Zics : Demi Portion – Marre ; Dead Prez – Fuck the Law ; Berurier Noir – Manifeste ; Al & Casey – L’hiver est long


Téléchargement  (clic droit –> « télécharger le fichier lié »)

Christine est enfin sortie pisser dans l’herbe… yeah

mouton-punk

Dans l’océan de misère, d’indignité, de peines infinies, que charrie le système pénal, il arrive parfois qu’une bonne nouvelle  survienne. Eh bien c’est arrivé il y a quelques jours à peine !

Christine Ribailly, la – trop fameuse à son goût – bergère insoumise est enfin sortie  le 22 décembre, après quatre années de dédale pénitentiaire. Christine, était incarcérée depuis novembre 2012 pour diverses condamnations d’outrages et rébellions sur des flics et des matons. Rentrée pour quelques mois, elle est finalement restée plus de quatre ans en détention.

4 ans de détention dont plus de la moitié en quartier disciplinaire ou en isolement.

4 ans de détention dont 18 transferts disciplinaires et 15 taules différentes.

4 ans de détention dont 6 procès suites à des plaintes de matons à l’intérieur.

4 ans de détention et 4 demandes de libération conditionnelle…

Toutes refusées, sauf la dernière, bien sur…

Comme elle l’a souvent écrit elle-même, le sort qui a été fait à Christine est exemplaire de celui que subissent des milliers de prisonniers et prisonnières ; en particulier celles et ceux  qui refusent les intimidations, les traitements dégradants, les fouilles à nu, les transferts disciplinaires ou les refus de libération en conditionnelle. Celles et ceux qui s’insurgent aussi bien contre le sadisme des personnels que contre l’absurdité de règlements dont la violence est structurelle. Celles et ceux qui relèvent la tête malgré la prison et contre elle.

Après des dizaines de courriers de l’intérieur pour raconter ses luttes ou celles de ces co-enfermées, voici le premier message de Christine depuis l’extérieur:

Le 16 décembre c’était la réponse de la dernière demande de libération conditionnelle faite à Nantes.  Surprise! Le JAP est d’accord. Encore plus grosse surprise, le proc’ ne s’y oppose pas dans les 24 h.  Bref, le mardi 20 à 9h30, j’ai la confirmation que je sors le jeudi 22 !

Alors, voilà aujourd’hui c’est fini. Ouf !

Merci à ceux qui m’ont aidée à rester debout, qui ne m’ont pas lâchée, qui m’ont écrit, qui sont venus me voir aux parlus, qui ont aidé à diffuser les infos….

Bon vent à tous et VIVE LA LIBERTÉ !

Christine

Christine est donc libre depuis le jeudi 22 décembre mais sous un régime de liberté conditionnelle. C’était trop. C’est toujours trop. Et c’est pas trop tôt! Bonne suite à toi Christine! Tu vas pouvoir enfin pisser dans l’herbe, y courir, y revoir tes proches.

On peut notamment lire certains épisodes de ces quatre longues années sur le site https://enfinpisserdanslherbe.noblogs.org/  ainsi que dans les articles et lettres publiés par nos soins par exemple : la lettre collective de revendication depuis la MAF de Poitiers Vivonne ; des courriers à propos d’une bagarre pour la réouverture de la salle de convivialité à la prison de Réau début 2014 ; ou encore des courriers depuis les prisons de La Talaudière, Corbas, Joux-La-Ville et Bapaume. On peut la lire aussi au fil des pages des dix derniers numéros, notamment, en discussion autour des possibilités de luttes collectives dans le numéro 40 en janvier 2015 ; ou sur la question des peines intérieures dans le numéro 43 de mars 2016.

« Pisser dans l’herbe… » / un spectacle proposé par le Théâtre du sable et Prison par terre

Mercredi 21 et jeudi 22 décembre 2016 à 20h30 à la Parole errante (Montreuil)

pisserdanslherbepiece

Nous vous proposons de découvrir la pièce de théâtre « Pisser dans l’herbe… », produite par le Théâtre du Sable, qui sera créée le 21 et 22 décembre prochain à la Parole Errante. Écrite en collaboration avec Christine Ribailly, bergère actuellement détenu-e, ce spectacle s’est aussi nourri de lettres de Philippe Lalouel, actuellement incarcéré à la centrale de Lannemezan, Émilie D. et du livre Pourquoi faudrait-il punir? de Catherine Baker.

« Pisser dans l’herbe… » est interprété par Philippe Giai-Miniet et mis en scène par Marie Paule Guillet. La pièce dresse un tableau qui interroge la justice, l’Administration Pénitentiaire et les modes répressifs préconisés depuis toujours.

Camille: Le maton me reproche de ne pas lui dire bonjour. Si je ne te dis pas bonjour, c’est une forme de respect. Et c’est aussi un refus de l’hypocrisie. Je n’ai aucune envie que tu passes une bonne journée et j’espère bien qu’il y aura des évasions et des mutineries…

Le Collectif Prison Par Terre qui travaille à développer des solidarités avec les prisonniers, assurera une table d’informations et proposera boisson et restauration dont la recette est destinée aux prisonnières et prisonniers.

Avec l’espoir que « Pisser dans l’herbe… » vous procure des émotions durables et nous offre matière à discuter.

Théâtre du Sable/ Prison Par Terre

Tarifs
Tarif: 10€
Soutien compagnie: 15€
RSA, chômeurs, étudiants … : Prix libre

Si possible, réservez vos places : melodieberger@riseup.net

Lieu
La Maison de l’Arbre / La Parole Errante
9 rue François Debergue
Montreuil (93)
Métro Croix de Chavaux

 

Enregistrer

Enregistrer

EMISSION DE L’ENVOLÉE DU 09 DECEMBRE 2016

 

  • Courrier : Erdoğan Çakir (CD de Villenauxe-la-Grande)  + extraits d’une interview parue dans Le Nouveau Jour J
  • News de Aurore coincée par sa JAP et condamnée pour ça…
  • Invité : Philippe nous présente sa pièce de théâtre « Pisser dans l’herbe »  adaptation de textes de Christine Ribailly et de Philippe Lalouel qu’il jouera en avant première en décembre à la Parole Errante à Montreuil.

  • Brèves : Communiqué de Defcol à propos des poursuites judiciaires suite au mouvement contre la loi travail ; Youssouf et Bagui Traoré incarcérés à la MA d’Osny pour museler la contestation des proches d’Adama ; Damien ; Lecture du communiqué d’appel à la « Prison Strike » débutées à l’automne dans les prisons américaines.

Zics : Singe des rues – Anomalie Parmi l’Espace ; Kyma – Morceau 9 ; Dead Prez – We Want Freedom


Téléchargement  (clic droit –> « télécharger le fichier lié »)

EMISSION DE L’ENVOLÉE DU 2 SEPTEMBRE 2016

  • Lettres : Kara (Fleury), Nicolas (Frênes), Laurent Orsini (Lannemezan), Alain (Château-Thierry)
  • Procès : Christine Ribailly – retour sur son procès du 27 juillet
  • Brèves : l’affaire Adama Traoré, blocage de promenade à Osny

Musiques : Esteban Delanoché Freestyle ; LIM Tout était calculé ; Roc Marciano – Three Sixty Five


Téléchargement  (clic droit –> « télécharger le fichier lié »)