QUAND UN DETENU ARRIVE ICI, C’EST LE « TERMINUS »

Centre pénitentiaire de Vendin-le-Vieil,
Le 11 août 2020, 4h20 du mat’

Coucou les loulous,

Eh ouais, l’Infâme est de retour ! coucou ! salut l’équipe ! j’vous écris car comme vous le savez, j’ai été transféré à Vendin-le-Vieil, au motif qu’il fallait, soit-disant, « faire de la place » au QD de Lannemezan ! j’étais normalement prévu pour intégrer initialement la centrale de Poissy qui, sous peu, va devenir un centre de détention. Mais … à Lannemezan, ils m’ont dégagé de là-bas pour m’envoyer dans ce mouroir à ciel ouvert où nous sommes traités comme des bêtes sauvages ! Ce que je ne peux accepter ! Car, en plus, ça me prive de tout espoir de réinsertion ! Si j’avais intégré Poissy, pour faire court, j’aurais pu sortir en conditionnelle entre 2021 et 2022. Sauf qu’en étant détenu en centrale, et restant sous le statut de détenu en centrale, tout ceci s’évapore d’un claquement de doigts ! Vu que les reliquats ne sont plus les mêmes ! Et donc, en restant détenu centrale, je ne peux pas espérer sortir en conditionnelle avant 2027 voire 2028.

C’est fou, c’est pourquoi je pousse un coup de gueule contre ces enfoirés qui m’ont niqué mon projet de sortie et de réinsertion, et je crie par la même haut et fort que Vendin est une prison où règne l’hypocrisie et la provoc’ ; ainsi que le sentiment que quand un détenu arrive ici, c’est le « terminus ». Ce qui ne présage donc rien de positif ! Je le ressens, ça ! Je vous le confirme ! C’est la merde ici, de fou ! Le week-end dernier, en deux jours on m’a privé trois fois de repas ! Gratuitement, par pure méchanceté. On a accès à la téléphonie en cellule, à Vendin. En détention ordinaire, les détenus ont accès à la téléphonie en cellule 24h/24, 7 jours sur 7 et à 365 jours par an. Mais ici, à l’isolement (je suis encore isolé vu que je suis isolé ministériel), l’ensemble des détenus au QI (peu importe leur statut, DPS ou non, calmes ou non)  est privé de la téléphonie dans les termes qui devraient être les mêmes partout. On a des heures qui nous sont imposées, et des coupures entre midi et 14 heures et le soir à partir de 18 heures. c’est inadmissible ! en faisant ainsi, vu que c’est une mesure qu’a prise M. Vernet, le chef d’établissement, on peut très facilement dire, que le directeur, sans motif qui le justifie, viole un des plus fondamentaux de nos droits : le maintien des liens familiaux. Je ne peux pas accepter ça ! C’est illégal, ce qu’il nous fait !

Chacun de nos mouvements doit se faire menottés ; même à Lannemezan, j’ai jamais eu de mesure de gestion menotté. Même pour un truc basique : la prise des repas. Si, au moment du repas, on ne veut pas être menottés (pour ne pas, tout simplement, ressentir ce sentiment d’être rabaissé au rang de bête sauvage), eh bien, ils ne nous ouvrent pas la porte, ni ne nous donnent notre repas à travers la trappe passe-menottes. Tout simplement, ils n’ouvrent pas la cellule, referment la trappe passe-menotte, et ils se cassent ! Te privant ainsi de repas ! Une telle gestion m’est insupportable, elle est révoltante ! Mais à croire que ça ne révolte que moi ici ! et … C’est donc pour toutes ces choses mises bout à bout que depuis lundi, je me suis mis en grève de la faim ! Pour contester, et advienne que pourra. Je conteste dans le calme. Mais bon, je ne me fais pas d’illusions, je suis quasi certain que rien ne va changer. C’est l’impression que j’en ai. On verra bien. Dans le calme … pour le moment. On verra ensuite. Sinon, hormis tout ça, ça va ! j’essaie de tenir le coup … mais c’est dur dans un tel contexte ! mais, pour le moment, je tiens, c’est le principal. C’était donc mon coup de gueule face à toute cette injustice qui m’est faite gratuitement.

Je termine cet écrit, comme d’habitude, en ayant une pensée pour toutes les nanas incarcérées, donc enfermées. Tenez le coup, les filles. Force et courage à vous toutes, vous êtes des lionnes. Tenez bon ! Tout comme j’adresse une pensée à tous les gros, les bonhommes enfermés, et qui ne se laissent pas faire face à l’injustice et à l’adversité ! Courage, tenez bon les gars ! On les aura … à l’usure, mais on les aura quand même.

Force et courage à vous

Enfin, merci à l’équipe de l’Envolée de faire entendre nos voix et ma voix. Continuez à nous soutenir, on a besoin de gens tels que vous. Big-up à vous aussi, et courage à tous et toutes les détenus !

L’infâme

Laisser un commentaire