Retour sur la mort d’Adil Taychi à Séquedin en février 2016 avec Anne [+ redif. de 2017]

Emission de l’Envolée du Vendredi 17décembre 2021

  • Retour sur la mort d’Adil Taychi à la prison de Séquedin le 12 février 2016.
  • Lecture d’un texte écrit par Anne, la femme d’Adil : elle revient sur le procès du médecin présent le jour de sa mort, seul mis en cause dans cette affaire. Encore une fois, la prison a tué par manque de soin, ou plutôt par refus de soigner.
  • Rediffusion d’un long entretien avec Anne, réalisé à cette antenne en 2017. Force et courage à elle et tou.te.s les proches de victimes de violences pénitentiaires.

Il aura fallu attendre presque 6 ans pour arriver au procès de ce médecin.
Ça a été une journée compliquée. Mélange de sentiments : colère, haine et tristesse.
Colère parce que je me suis pris en pleine tête le mépris et l’indifférence de ce « médecin ». Il n’a cessé de se défendre en insistant qu’il était un détenu particulièrement surveillé (DPS), qu’il fallait le GIPN pour l’escorte. Mais peu importe le poids de ses erreurs passées, quand Adil le suppliait de l’aider, de le soigner, en bref, de faire son métier, il ne pesait plus que 53 kg pour 1m80. Il était à bout de force et sûrement pas dangereux. La procureure à insister sur le fait que ce drame était dû à l’égo démesuré de ce monstre !
Précision : le mardi avant son décès, Adil a fait un malaise. En discutant avec un surveillant, le régulateur du Samu à suspecté ce qui sera la cause du décès d’Adil 3 jours plus tard ! Malheureusement le médecin de Séquedin a pris la communication et a réaffirmé au médecin régulateur qu’Adil était un simulateur…

Haine : parce qu’au travers des différents témoignages j’ai pu une nouvelle fois imaginer la douleur, le désespoir qu’Adil a du subir des jours, des semaines entières . J’aurai voulu lui crier ma haine, lui dire tout ce que j’ai perdu. Ma vie s’est arrêtée ce 12 février, nos projets envolés. Il me prive d’un homme aimant, protecteur, respectueux. Voilà ce qu’était Adil pour moi.

Tristesse : parce que rien ne pansera cette plaie au cœur que j’ai depuis le 12 février 2016.
Je suis triste, écœurer parce que oui il aurait pu être sauver. Et l’ensemble des avocats ont souligné ma présence sans faille à chaque parloir. Je n’en tire aucune fierté. A l’ombre du pénitencier, Adil était mon soleil et nos projets nous faisait croire en des jours meilleurs ! Même s’il avait pris perpet’, je serais resté. C’était comme ça, on était unis.
Il n’a pas pris perpet’, il a été condamné à mort !
Chaque soir, quand je ferme les yeux, je revois Adil, allongé sans vie sur le sol de cette cellule. Il a fermé les yeux a tout jamais dans cet endroit .

J’aurais voulu lui dire plein de choses. Mais quand je suis arrivée a la barre, j’ai été incapable de dire quoi que soit. Je n’ai fait que pleurer.

12 mois de prison avec sursis ont été requis contre lui, 12 mois… 12 mois pour la vie d’un homme. Il n’a pas fait exprès ? Mais il na rien fait pour l’éviter .
Ma victoire sera d’avoir réussi à l’amener devant ce tribunal.
Lors de ma dernière visite a la morgue j’ai promis à Adil d’aller jusqu’au bout, de lui rendre justice. Et même si j’ai fait cette promesse à un corps froid, immobile, je me devais de la tenir.
Délibéré le 9 février 2022.

Anne, compagne d’Adil Taychi

L’Envolée est une émission pour en finir avec toutes les prisons. Elle donne la parole aux prisonniers, prisonnières et leurs proches & entretient un dialogue entre l’intérieur et l’extérieur des prisons. L’Envolée est aussi un journal d’opinion de prisonniers, de prisonnières et de proches.

Direct chaque vendredi de 19h à 20h30 sur FPP 106.3 en région parisienne et MNE 107.5 à Mulhouse, RKB 106.5 en centre-Bretagne lundi à 22h, Radio Galère 88.4 à Marseille le lundi soir à 23h, PFM à Arras et alentours 99.9 mardi à 21h30, Canal Sud 92.2 jeudi à 17h30 à Toulouse, L’Eko des Garrigues 88.5 à 12h le dimanche à Montpellier, Radio U 101.1 le dimanche à 16h30 à Brest, Radio d’Ici 106.6 à Annonay mardi à 21h30 et 105.7 FM & 97.0, à Saint-Julien-Molin-Molette dimanche à 20h et sur les webradios Pikez (dimanche à 11h) et Station Station (lundi à 13h). Podcasts disponibles sur toutes les plateformes !

Pour nous joindre : 07.53.10.31.95 (whatsApp, telegram, signal, appels et textos). Pour écrire : Radio FPP – L’Envolée, 1 rue de la solidarité, 75019 Paris, ou encore à contact@lenvolee.net et sur instagram, twitter, facebook & snapchat.

L’abonnement au journal est gratuit pour les prisonniers et les prisonnières. Les abonnements du dehors permettent ça. La censure qui frappe le numéro 52 ne concerne « que » ce numéro en détention. Contactez-nous !

Notre bouquin pour troubler la fête du quarantième anniversaire de la prétendue abolition de la peine de mort est sorti ! Une manière parmi d’autres, que nous espérons nombreuses, de faire entendre quelques voix dissonantes dans l’écœurante auto-célébration du pouvoir.

Ce livre réunit des paroles de prisonniers, de prisonnières et de proches publiées dans le journal depuis sa création en 2001 qui nous rappellent avec force qu’en réalité c’est seulement la guillotine qui a été supprimée en octobre 1981.

Il est disponible dans toutes les bonnes librairies et sur la boutique de nos ami.e.s des éditions du bout de la ville.

Il est gratuit pour toutes les personnes enfermées : écrivez-nous à contact@lenvolee.net pour que nous puissions le faire parvenir à vos proches emprisonné.e.s !

Communiqué du collectif clandestin de la centrale d’Arles, octobre 2001

« Comme toujours, la parole n’a pas été accordée aux principaux intéressés, à ceux et celles pour qui le quotidien est l’infamie carcérale, c’est à dire les détenus eux-mêmes !
La parole ne nous est pas donnée. Jamais . C’est pourquoi nous avons décidé de la prendre, ici et maintenant.
C’est particulièrement au nom des détenus « longues peines » que nous nous exprimons, nous, les laissés pour compte, ceux pour qui l’horizon n’est que désespoir et haine.
Nous sommes là, face à vous, pour exiger que nous soient appliquées des mesures justes, équitables, qui nous permettent de croire que nous n’avons pas été condamnés à la mort lente, à des peines qui ne sont qu’un substitut à la peine de mort. »


Commentaires

Laisser un commentaire