Y a que la vérité qui blesse !

Communiqué du journal L’Envolée suite à la censure du n°52 dans toutes les prisons françaises. Les pages mises en cause et visées par des plaintes de l’administration pénitentiaire reviennent sur plusieurs morts en détention.

Encore un « suicide » au mitard de Seysses : « trop de frangins sont morts »

Jules est mort au mitard de la maison d’arrêt de Seysses dans la nuit du 5 au 6 décembre. Il avait 20 ans. L’administration pénitentiaire prétend qu’il s’est pendu, mais les prisonniers sont formels : Jules ne s’est pas suicidé. Ils sont très nombreux à témoigner, et c’est toujours la même équipe qui est mise en cause ; ce sont…