Archives par mot-clé : conditions de détention

Visite guidée au centre de détention pour hommes de Réau

en compagnie d’AC/DC, prisonnier longue peine en attente d’une libération conditionnelle…

Le descriptif très détaillé et très informatif qui suit est paru dans le numéro d’hiver du journal ; le courrier datant d’octobre 2013. Ecrit par AC/DC, « prisonnier longue peine en attente de libération conditionnelle », ce texte constitue un rapport précieux sur la très moderne prison de Réau. Les amis et correspondants du journal qui y sont passés ou qui y passent ne se comptent plus : Christine Ribailly, y a séjourné récemment avant d’être transférée à Rennes (où sa détention est, semble-t’il, un peu moins dure) ; Kaoutar Chtourou n’en peut plus d’y attendre la réponse pour sa demande de conditionnelle (elle ne quitte plus le régime fermé depuis des mois et enchaîne les période de « confinement » en cellule ; on peut d’ailleurs lire Solidaires de notre amie Kaoutar, une combattante dont l’AP se venge) ; quand à Philippe Lalouel, il est actuellemnt dans les mains des experts en blouse blanche du CNO (Centre national d’observation) situé à Réau aussi, pour qu’ils statuent sur sa « dangerosité » afin de l’orienter vers une affectation..(il espère sanstrop y croire un rapprochement familial). Avant de publier des courriers plus récents de tout le monde (sur le site et dans le numéro 39 du journal qui paraîtra en juin), nous pouvons lire ou relire, cette visite guidée par AC/DC, de cette « prison moderne de merde », pour reprendre la classification établie par Philippe.

Lire la suite

4 lettres depuis le CP de Mont-de-Marsan, prison moderne de merde…

DEPUIS LE CENTRE PÉNITENTIAIRE DE MONT-DE-MARSAN

« Prisons modernes de merde »

Le centre pénitentiaire Pémégnan de Mont-de-Marsan a été inauguré en novembre 2008 par Dati. C’est la taule « pilote » du plan 13200 lancé en 2002. Avec 300 places à la maison d’arrêt (MA), 360 au centre de détention (CD) et un quartier arrivant de 30 places, il permet d’enfermer dix fois plus que l’ancienne prison de Mont-de-Marsan. Lire la suite

Mouvement de protestation des prisonniers de Bourg en Bresse … des nouvelles ?

Divers médias rapportent que le jeudi 1er août, de 20 à 30 prisonniers du centre de détention de Bourg-En-Bresse se seraient retranchés dans une aile du bâtiment et auraient détruit du mobilier, des appareils de vidéo-surveillance, etc. Comme la plupart du temps, les syndicats, la préfecture et l’administration pénitentiaire ont eu le monopole de la parole dans les médias. Lire la suite

Depuis le Quartier d’isolement de Neuvic

Le texte qui suit est un communiqué tout juste sorti du centre de détention de Neuvic, par des prisonniers qui sont à l’isolement. Malgré la condition insupportable qui leur est faite, ils parviennent à rester solidaires, et sont en lutte au quotidien contre l’administration pénitentiaire. On les salue, ça demande un grand courage de faire sortir des communiqués comme celui-là, alors qu’ils sont à la merci de matons sadiques et de l’administration qui les couvre. Ils souhaitent que ces informations circulent, et appellent à la solidarité à l’extérieur. Le moins qu’on puisse faire est de faire connaître leur combat, alors n’hésitez pas à faire tourner ce texte, que L’AP sache qu’on la regarde avec vigilance et détermination. Lire la suite

Combats et répression en détention, extraits de lettres de Christine

…depuis les prisons de La Talaudière, Corbas, Joux-La-Ville et Bapaume

Début novembre 2012, suite à une altercation avec les matons en allant visiter son compagnon au parloir à la taule de Corbas, Christine a été emmenée en garde à vue. Puis, en attendant un procès qui a eu lieu le 13 février, elle a été placée en détention à la Maison d’arrêt de La Talaudière à Saint-Etienne. Elle reste incarcérée depuis, et purge la somme de différentes peines écopées ces dernières années suite à de multiples insoumissions à l’autorité de différentes institutions (flics, administration pénitentiaire, institution psychiatrique,…).
Christine est bergère. Elle a notamment eu des soucis avec les institutions répressives lors de sa participation à des luttes contre la loppsi 2, contre le puçage des moutons.

Depuis son incarcération, Christine a eu de multiples embrouilles en détention. Elle a été placée au mitard (QD ou Quartier Disciplinaire) et au QI (Quartier d’isolement). Elle a été transférée de La Talaudière à Corbas (Lyon) puis à Joux-La-Ville. Aux dernières nouvelles, elle est maintenant à Bapaume, vers Lille (alors que ses proches sont dans le sud !) L’accumulation d’altercations en détention risque d’alourdir sa peine, voire de la mener à nouveau devant les tribunaux.
Dans différentes lettres qu’elle a pu faire sortir de prison, elle raconte ses combats en détention et la répression féroce. Elle souhaite que ces lettres (que nous avons récupéré un peu tardivement) soient diffusées auprès des groupes qui se préoccupent de ce qui se passe en prison, et publiquement. Nous vous en proposons ci-dessous de larges extraits.
Christine se bat et revendique au quotidien. Elle crie qu’elle refuse l’enfermement. Et se bat pour que, au minimum, ses droits soient respectés. Elle a entamé de nombreux recours administratifs et plaintes. Son avocat est Guy Nagel (Lyon), elle est en contact avec l’OIP (Obseravtoire International des Prisons).

N’hésitez pas à lui écrire à la prison de Bapaume, et tout soutien sera certainement le bienvenu !
Christine Ribailly – Centre de détention – Chemin des Anzacs – 62451 Bapaume Cedex.

Extraits des lettres de Christine :

Jeudi 31 janvier, QD de Corbas.

Ne reculant devant aucun défi pour vous fournir des infos fraîches et diverses, votre envoyée spéciale au pénitencier est maintenant au mitard à Corbas.
Je suis passée au prétoire (à la Talaudière) et j’ai pris quinze jours (de mitard) ferme et 8 jours avec sursis. Je ne croyais pas que six mois allaient s’écouler sans que ça me tombe dessus, même si l’idée était séduisante. J’ai donc appris que je serai transférée ce lundi 28 [ndlr : il n’y a pas de mitard au quartier femmes de la talaud].
(…) Dimanche 27 janvier, à la promenade, je me suis engueulée avec une fille pour la deuxième fois. Cette fois on a échangé des coups (J’en ai pris plus car elles étaient à 2 contre moi). Bien sûr c’est moi que les bleus ont remonté en cellule, menottée dans le dos. Après m’être calmée, j’ai demandé à téléphoner, comme j’y ai droit. En fait, la surveillante ne voulait pas m’ouvrir sans un surnombre de matons comme ils me le font souvent, malgré l’accord du 15 novembre avec la direction. (…) L’auxi peut témoigner que j’étais calme. Mais les matons m’ont foutue au sol le temps de mettre en cellule le repas dans une barquette en plastique. J’ai dit : « Je veux juste téléphoner, j’y ai droit, de quoi avez-vous peur ? Je ne me débats même pas ». Mais ils m’ont refoutue en cellule et je n’ai pas pu bloquer la porte. J’étais furax et j’ai glissé du papier journal sous la porte pour l’enflammer, comme je l’ai souvent pratiqué.(…) Ils ont ouvert la porte, l’un d’eux avait un extincteur. Il ne s’est pas contenté d’asperger la porte mais m’a délibérément aspergée. J’étais en train de respirer à la fenêtre. Je suis allée vers eux en gueulant : « Tu t’amuses bien ? » Ils ont essayé de la refermer mais je l’ai bloquée avec le genou. Ils se sont alors énervé et m’ont foutu au sol, dans la neige carbonique. Ils m’ont menottée dans le dos en me faisant vraiment mal à l’épaule et en serrant très fort. Depuis leurs cellules des filles criaient : « Salauds ! Lâchez la !On t’a entendu dire que tu allais lui casser le bras ! » Il m’a demandé de dire aux filles de se calmer mais j’ai refusé, demandant juste à ce qu’il lâche l’épaule. Je suis restée au sol sous ce mec le temps qu’ils vident entièrement la cellule (fringues, bouquins, poubelle, table…) puis ils m’y ont refoutue en laissant un doliprane sur l’évier. La cellule était trempée et noire de papiers brûlés, moi j’étais trempée et mal en point. (…)
A 7h du matin, (quand ils ont ouvert), je suis allée vers la cabine. Mais ils m’ont dit que je téléphonerai après la douche. J’ai accepté car j’en avais vraiment besoin. Quand je suis [retournée dans la cellule], ils en ont profité pour claquer la porte. (…) J’ai gueulé « Vous aviez dit que je téléphonerai après ! » et ils ont répondu « Ben ouais, après, tu téléphoneras après… Aller, bon QD ! » Et un de ces s… rigolait en disant : « Ben quoi, tu chiales Ribailly ? », alors que je répétais, à bout de nerfs : « T’avais dit ! ».
Entre 7 et 9h, toutes les filles qui sont passées ont vu mon bordel dans le couloir et la crasse sous la porte. Beaucoup ont été choquées et m’ont gueulé quelques mots de solidarité. J’ai aussi eu un yoyo de mon propre tabac qu’elles ont pris dans ma veste, sur le tas de mes affaires. (…)
[ndlr : Puis Christine a été transférée vers Corbas]
Hier j’ai vu le toubib dans le cadre de l’accueil arrivante au mitard. Elle m’a fait un certificat médical avec 3 jours d’ITT. J’aimerais déposer plainte pour abus de pouvoir et violences. Pensez-vous que c’est possible ? Voulez-vous m’y aider ?
Bon, après ça j’étais remontée à bloc pour faire face au mitard. Ils ont du le comprendre car ils ont eu une toute autre position qu’il y a deux ans. Au greffe, ils se sont contenté d’un « Non ! » quand ils m’ont demandé la biométrie. J’ai pu avoir mon tabac à la porte de la cellule. J’ai vite eu des bouquins et de quoi écrire. Grâce à la réforme, j’ai même une petite radio. (…) Du coup, libérée de la peur qu’ils me psychiatrisent, je vis bien mieux le mitard que je ne le craignais. (…) J’écris beaucoup (vous voyez), je fais des séries de pompes et abdos. Je dors bien. (…)
Qu’est-ce que vous ne savez pas sur le QD de la MAF (Maison d’arrêt pour femmes) ? Il y a trois cellules, 2 cours goudronnées de 6x8m cernées de murs ou grilles de 3 ou 4 mètres de haut, et au plafond tellement tapissé de barreaux, grillage serré et rouleaux de barbelés que j’imagine que la neige ne passe pas (En tous cas le soleil, c’est sûr, n’atteint jamais le sol). (…)

Mardi 5 février, QD de Corbas.

(…) Tout ce que je vous raconte est fait pour être diffusé. (…)
Ici j’ai découvert une cellule encore plus flippante que le mitard. Voilà ce qui s’est passé. Avec le lieutenant, toute la semaine, ça s’était pas mal passé. Mais l’équipe de ce week-end a voulu changer la donne. (…) Dimanche, ça a été encore plus tendu : ils m’ont mis à la promenade dès 8 heures du matin, alors qu’il faisait encore presque nuit. Puis ils m’ont refusé la douche alors qu’ils me l’avaient proposée le matin. A midi, ils n’ont pas ouvert la grille pour me passer la gamelle. Alors le soir, quand j’ai vu qu’ils n’ouvriraient pas plus, je leur ai dit : « Si, vous allez ouvrir ! » et j’ai enflammé une feuille de papier journal. Ils ont refermé la porte en laissant la gamelle dans le sas, hors accès. (…) Puis est venu un lieutenant pour calmer le jeu. Je lui ai expliqué que je refusais d’être servie comme un clebs au chenil et que je lui donnerai le briquet en échange du repas quand il aurait ouvert la grille. (…) Il m’a dit que je grillais mes chances d’avoir le parloir interne que je réclamais, alors que la direction avait émis un avis favorable. Je me doutais bien qu’il mentait, mais je ne voulais pas prendre de risque, alors je lui ai donné le briquet. Il est parti aussitôt, sans ouvrir le sas, et sans même me donner la gamelle. Dix minutes après, ils étaient 6, avec casques et boucliers, pour me menotter. Cassée en deux, ils m’ont menée à travers toute la MA. Je n’ai pas bien compris où on allait mais on a repris le souterrain. Ils m’ont accroupie au fond d’un cellule pour me démenotter après m’avoir pris lunettes et baskets. J’ai demandé où on était et ils m’ont dit « aux arrivants ». Mais la cellule n’avait rien d’une cellule d’arrivants. Je sentais la patte de l’architecte pervers de la chambre de l’UHSA [la prison hôpital]. Lit, table, tabouret, tout était en béton. La télé était protégée par un plexiglass, tout comme la fenêtre, impossible d’accès. Il n’y avait pas de draps, juste deux couvertures en tissu. Même la télécommande était incrustée dans le mur (et ne marchait pas). Une grande surface était prise par la douche et le chiotte. L’évier en alu comme au mitard, sauf qu’il n’y avait pas de robinet, juste un jet d’eau pour boire. Tout était super propre, lisse. J’ai vu un petit sac sur la table : il y avait une affichette. « Vous êtes en souffrance. Il est nécessaire de vous aider. Ce kit fait partie du protocole d’aide. Le pyjama est aéré pour un plus grand confort. En cas de détresse, faites appel au surveillant, votre premier interlocuteur ». Et un pyjama bleu, comme en HP. J’ai eu peur, j’ai pensé qu’ils m’avaient hospitalisée au SMPR, que j’étais en HO (hospitalisation d’office) sans avoir vu de toubib. J’ai appelé mais personne n’a répondu. Une demi heure plus tard, comme j’avais bouché le judas avec l’affichette, ils ont cogné à la porte, joué avec la lumière et appelé à l’interphone. J’ai décidé de ne pas répondre, comme eux. (…) Ils ne voulaient pas rentrer, juste mater. (…)
A 9h le lendemain, j’avais faim et envie de fumer. J’ai fureté dans la cellule pour faire quelque chose. On ne pouvait rien casser, pas appeler. La fenêtre donnait sur une cour intérieure, un toit en fait, où jamais un humain n’est allé. Tout était arrondi, lisse, aseptisé, c’était franchement flippant. Au plafond il y avait une demi-sphère en alu poli pour faire miroir depuis le judas et ne laisser aucun espace sans vue (même collé à la porte). C’était vraiment de l’incitation au suicide, par sa volonté affichée de le rendre impossible. La frustration, même pour moi qui ne veux pas crever, était à son comble. (…) Enfin vers 11h, j’ai entendu une surveillante me dire que j’allais voir un médecin. J’ai pris une grande inspiration et accepté. Ils étaient au moins douze dans le couloir !L’entretien a été assez court quand elles ont compris que j’étais en colère et pas suicidaire. Elles m’ont dit le sigle de la cellule, mais je ne m’en souviens plus, il y avait un P comme « protection » et elle est effectivement au quartier arrivant. [Puis Christine a été ramenée au QD]
J’imagine le pauvre gars, tout juste sorti de garde à vue et enfermé dans cette cellule d’incitation au suicide lors de sa première arrivée à la rate. La façon la plus ignoble de lutter contre la surpopulation ! Elles sont belles, les règles européennes. (…)

Dimanche 10 février, QD de Corbas.

Demain je dois retourner à la Talaud. (…)
Excédée par le refus de parloir interne [ndlr : avec son compagnon, incarcéré aussi à Corbas], j’ai essayé encore de revendiquer vendredi. Sanction immédiate : plus de lumière et plus d’allume-cigare (bien sûr, pas de briquet en cellule). (…) Voici la lettre que j’ai écrite à la direction :

« Quand on se targue d’apprendre aux autres à respecter la loi, il faut d’abord, par cohérence, à défaut d’honnêteté, la respecter soi-même. Or :
– J’ai été quinze jours au QD, trois lundis, et vous ne m’avez permis qu’un seul parloir.
– J’ai signalé dès l’arrivée au médecin que j’avais une ordonnance pour de la kiné hebdomadaire et il n’y a eu aucun suivi
– Je n’ai pas pu m’alimenter du dimanche 3 à midi au lundi 4 à midi (deux repas refusés).
– Malgré ma demande du 30 janvier, mon avocat n’a pas obtenu son permis de communiquer
– J’ai été jugée en mon absence le 5 à Aix en Provence, sans que soit organisée d’extraction ou de visioconférence.
– Je n’ai pu ni lire ni écrire ni fumer du vendredi 8 à midi au samedi 9 à 8h.
– L’évier de la cellule du QD est bouché.
– La télévision de la cellule d’incitation au suicide ne marche pas. Le flotteur des toilettes est coincé.
– La première semaine, je n’ai vu qu’une fois le médecin.
– Vous avez laissé nombre de mes courriers sans réponse et les gradés ont parfois refusé de répondre à mes questions.
– La cage de promenade est cernée de murs si hauts et fermée par un grillage si serré que ni la neige ni le soleil ne l’atteignent. Où est l’heure de promenade obligatoire « à l’air libre » ?
– Le courrier interne m’a toujours été remis en retard, ou pas remis du tout.
(…) Je continuerai à exiger le respect des lois (à défaut du respect humain qui vous est inaccessible). »

Dimanche 17 février, QD de Joux-La-Ville.

Je continue mon tourisme pénitentiaire. Je suis maintenant en CD, près d’Auxerre.
(…) (A mon arrivée) j’ai accepté la fouille à corps et répondu au topo du chef : « Si vous vous tenez bien, ça se passera bien » par « Si vous me touchez pas, je me tiendrai bien ». Ils n’ont pas insisté pour les empreintes et ont fait une photo tête baissée et yeux fermés pour la carte de circulation. Puis je suis allée au mitard. (…) Il fait super froid en cellule et ma voisine, une jeunette toute maigre, en chie beaucoup. Depuis trois jours on réclame qu’ils viennent prendre la température, mais ils ne font rien. (…) Je me souviens avoir lu qu’un mitard avait été fermé après qu’un huissier ait relevé 14°C. Je suis sûre qu’il ne fait pas plus ici.(…)
Il y a deux mois, deux filles ont pris en otage une surveillante. Après 30jours de mitard bien agités et une comparution immédiate (18 mois pour l’une, deux ans pour l’autre), elles ont eu le droit à un transfert disciplinaire, mais je ne sais pas où.

[Christine raconte ensuite comment elle a réclamé à maintes reprises que la température des cellules soit vérifié, qu’elle était entre 13 et 16°C alors que le médecin lui a dit que c’était entre 19 et 21°C pour une pièce d’habitation normale. Rien n’a changé, alors elle a revendiqué plus intensément -notamment en mettant le feu à sa cellule – et fait face à une répression sévère. Elle est alors placée au quartier d’isolement]

Le chef du quartier femmes, Dinan, m’a dit que le toubib avait eu un appel de l’OIP (ndlr : au sujet du chauffage en cellule) mais qu’il avait botté en touche. La technique, c’est pas lui, c’est Sodexo. Ce à quoi j’ai répondu. « Non, le respect de la loi, c’est vous. A vous de mettre la pression sur Sodexo ». Et là, pompon : « On le fait. Ils nous payent des amendes quand ils ne répondent pas à nos demandes ». En gros, merci les taulards de vous battre, vous enrichissez l’AP, et Sodexo l’a cool. Vive les Esquimaux !

[Christine a ensuite mené d’autres combats et eu d’autres altercations avec les surveillants, démarrant systématiquement sur des refus de réponses à ses demandes, ou quand elle réclame que ses droits soient appliqués sur des questions du quotidien. Certaines altercations dégénèrent et se finissent par des rapport d’incidents et passages au prétoire. Elle raconte aussi qu’elle est accusée d’avoir mordu un surveillant, ce qu’elle nie. Elle est passée pour cela au prétoire sans avoir pu être assistée d’un avocat, donc elle a refusé de comparaître, une nouvelle altercation avec les surveillants s’en est suivie, une sanction à trente jours de mitard a été prononcée en son absence, et elle risque un passage au tribunal correctionnel pour cette histoire. Elle raconte comment ses combats lui permettent parfois d’obtenir gain de cause et un apaisement de la situation, mais comment la répression, physique mais surtout psychique, la pousse parfois à bout. Elle raconte notamment que, en représailles, sa cellule a été plusieurs fois vidée de toutes ses affaires. Ou comment elle a craint d’être hospitalisée d’office pour la mater. Pour exemple, voilà sa retranscription d’un échange avec Monsieur Bacher, chef de détention :]

– Je veux mes affaires !
– Tu ne les auras pas et si t’es pas contente, t’as qu’à écrire à l’OIP.
– Et comment je leur écris sans stylo ?!
– Fais pas chier ! T’as mordu un collègue, t’es entre quatre murs et c’est bien fait pour ta petite gueule !
– De toutes façons, j’y suis entre quatre murs, que ce soit ici, en face, ou même en secteur ouvert !
– Et on va t’y faire triquarde si on veut. Tu vas apprendre que c’est pas toi qui décide. En 25 ans de pénitentiaire, j’en ai maté plus d’une, de petite conne comme toi ! (…)

Mardi 9 avril, Bapaume, quartier arrivants

Ce matin à 8h j’ai eu droit au transfert. Il y avait les ERIS, aussi nombreux et équipés que le 15 février. Mais cette fois j’ai eu le droit à un fourgon cellulaire. J’ai donc refusé d’entrer dans la cage avec les menottes (devant) et les entraves, mais je n’ai rien pu faire. L’arrivée ici a été un peu plus calme. Bizarrement, je ne suis ni au QI ni au QD. (…) J’ai déjà rencontré la nana qui a pris une matonne de Joux en otage il y a deux mois. Je vais pouvoir aller en sport et en promenade collective. Je vais commencer par fêter ça avec une sieste et un coca devant la télé, quel confort ! Je vous tiens au jus de l’évolution, à bientôt.

Christine.

Prison de Nantes, témoignage d’un prisonnier

La nouvelle prison de nantes est ouverte depuis moins d’un an. Il s’agit d’un prison dite « full PPP », c’est à dire construite et gérée par Bouygues. Elle a, comme toutes les prisons modernes, été présentée et vendue pour « lutter contre la surpopulation » chronique de l’ancienne maison d’arrêt, rue Descartes, à Nantes, en promettant l’encellullement individuel et en augmentant les capacités d’enfermement.

En fait : en à peine un an, des dizaines de matelas ont été ajouté dans les cellules et posés à même le sol.

Au début du mois d’avril : trois prisonniers se « suicident » en moins de quinze jours. Un prisonnier nous livre son témoignage depuis l’intérieur sur ces trois suicides.

 

 

Centre pénitentiaire de Nantes, Avril 2013

 

 

«  Par rapport au deuxième détenu décédé à la maison d’arrêt, le jour même un détenu a parlé à un surveillant pour lui dire que c’était triste et celui-i lui a dit « j’en ai rien à foutre, un de moins ». D’autres détenus ont mis des fleurs sur la porte en signe de respect. Le surveillant les a jeté en disant « vous vous croyez où ? ». Le troisième prisonnier était déjà mort à la MA, j’ai vu les infirmiers courir et étaient éclatée de rire. J’étais indigné ce qui m’a donné envie de les insulter par la fenêtre. Ici c’est l’enfer, il n’y a aucun respect ni humanité. La direction ne fait rien à part dire qu’il n’y a pas de dysfonctionnement après trois suicides. Ici les gens souffrent. Pour eux nous sommes des choses. Franchement, je suis révolté »

 

 

Un prisonnier du centre pénitentiaire.

Rappelons que le collectif Natchav anime une émission pour les prisonniers tous les dimanches de 19h à 20h pour la région de Nantes  (CP de Nantes, MA de Nantes, EPM Orvault). C’est sur la radio Alternantes (98,1 FM à Nantes et 91 FM à Saint-Nazaire).

Vous pouvez laisser des messages au 0626558687. Vous pouvez écrire à Natchav, 56 bd des Poilus, 44300, Nantes.

 

Remarques sur l’état de la prison et de la Justice française au regard du « procès Khider »

Un article qui revient à chaud sur le troisième jour du procès de l’évasion de Moulins en février 2009. Nous l’avons lu sur le site internet Rebellyon le dimanche 7 avril. Pour un bref résumé de ce qui s’est passé lors de l’évasion voir l’article du journal l’Envolée à ce sujet. Vous pouvez aussi écouter trois comptes rendus audio où l’équipe de l’Envolée revient sur les quatre premiers jours du procès.

Fragilité d’un pouvoir

Ce qui frappe d’emblée quand on assiste aux « débats », mais surement serait-on plus proche de la vérité en parlant de l’emmurement programmé [1] de Christophe Khider et Omar Top El Hadj, tant le verdict est attendu d’un coté comme de l’autre, c’est la volonté judiciaire de calme et d’apaisement. La volonté que les débats se déroulent « dans la sérénité », comme ils disent, qu’on distribue certes plusieurs dizaines d’années de prison à tout va aux cinq inculpés, mais dans la quiétude. Et tout irait bien dans le meilleur des mondes, si ce n’est que la sérénité des débats, dans de telles circonstances, dans une enceinte judiciaire gardée par les hommes du GIPN, des tireurs d’élite et un hélicoptère avec une salle d’audience bondée de matons et de flics où n’entre que celui qui présente une pièce d’identité, ce n’est jamais que la politesse des bourreaux qui font mine de garder la face après l’événement.

Car il faut bien voir que la cavale de 36h de Christophe et Omar en février 2009 (qui s’est soldée par leur arrestation et une balle dans le poumon pour Christophe), couplée à leurs dénonciations récurrentes de l’univers carcéral [2], a quelque peu ébranlé la routine du système judiciaro-pénitentiaire. D’où une volonté palpable, quoiqu’un peu grossière, de la part du parquet et des avocats des 29 parties civiles, de se rassurer sur l’humanité de la prison. Et implicitement sur la bestialité, l’animalité des « preneurs d’otages ».

Il faut l’entendre cet ancien directeur de la Centrale de Moulins-Yzeure, dont nous tairons le nom par respect pour ses enfants – les pauvres, hélas !, ne sont pour rien dans la carrière pathétique de leur pater passé d’éducateur, à travailleur au SPIP puis au monde carcéral [3] – qui vient témoigner à la barre, et jurer que la prison n’est faite que d’actions éducatives et de projets pour les détenus, que les surveillants n’œuvrent qu’à leur réinsertion et n’ont pour seul objectif que le soucis de la dignité des prisonniers et de leurs familles, et qu’au milieu de tous ces surveillants pénitentiaires bienveillants et charitables, entre les salles de sport, la bibliothèque, les cours et la possibilité de travailler, les détenus ne savaient plus où donner de la tête [4].

Il faut le voir ce parfait petit gestionnaire raconter comment, une fois le top départ donné, il a été complètement dépassé par les événements, obligé d’un coté de négocier dans le feu de l’action avec Khider et Top El Hadj, de l’autre de rassurer sa femme au téléphone tout en rendant compte de la situation en temps réel à « Paris » et en alertant la gendarmerie pour qu’ils envoient des renforts. Un poil fébrile, il décrit dans le détail la scène : un « état de guerre », le chaos, l’épaisse fumée qui accompagne les explosions des portes blindées, les autres détenus qui refusent de regagner leurs cellules, et le regard implorant des deux surveillants pris en otages, l’un avec un couteau sous la gorge. La sensation de perdre tout le contrôle en quelques instants, de n’avoir plus prise, de devoir subir, bref d’éprouver la condition de prisonnier. C’est d’avoir ressenti dans sa chair cette condition un court instant dont il ne s’est, au final, jamais complètement remis.

Et ouais mec, là y’a plus de schémas tout prêts pour agir. Une prise d’otage et une évasion à l’explosif au glock et au couteau, y’avait pas encore eu de précédent en France. On a pas de repères pour décider quoi faire. On peut pas se référer au manuel, à la « procédure dans ces cas-là », on traverse une sorte de mini-béance existentielle où les questions les plus pratiques deviennent les plus décisives. Le malheureux ne s’est d’ailleurs, à ses dires, pas complètement remis de cette épreuve. Sous anti-dépresseurs depuis quatre ans et avec des insomnies chroniques, il faut bien avouer que ce pauvre homme nous a fait un peu pitié à se lamenter sur son sort, même si on peut suspecter une certaine tendance à la victimisation. Il n’était sans doute pas préparé. Ce monsieur envisagerait dorénavant une reconversion dans l’Éducation Nationale ou même « une simple collectivité territoriale » assure-t-il. En un mot, la déchéance n’est pas finie pour ce fonctionnaire qui, comme il le dit lui-même, voulait simplement faire son travail le mieux possible.

Rapports de vérité

Il faut aussi savoir que ce dirlo a été moralement affecté par les critiques de sa hiérarchie. Un rapport de la direction de l’Administration Pénitentiaire après l’évasion l’a vertement critiqué pour sa « gestion de crise » calamiteuse, pour le manque de vigilance des matons à la fouille des parloirs et pour ne pas avoir tiré sur les fuyards, ce qui est tout de même la procédure standard en cas d’évasion dans le pays des Droits de l’Homme.

Il faut le reconnaître : nous ne sommes pas loin de partager les conclusions de M. Ripert, avocat de la défense, qui a hurlé pendant le procès que ce rapport de l’Administration Pénitentiaire était « un torchon, un tissu de mensonges doublé d’un appel au meurtre ». Ce rapport remettait en cause la prison de Moulins-Yzeure en tant que prison la plus sécurisée et la plus sûre d’Europe – et pour cause. En ce début d’année 2009, les dispositifs de sécurité carcéraux étaient bel et bien perméables (un peu du reste comme ceux de ce procès aux Assises du Rhône de 2013, contrairement à ce que disent les médias [5].)

Au final, c’était assez jouissif de les voir se tirer dans les pattes entre eux, entre la-fraction-modérée-qui-pense-avant-tout-à-la-vie-des-otages et la-fraction-radical-on-ne-fait-pas-d’omelettes-sans-casser-des-oeufs [6].

S’il ne pouvait manquer d’inspirer un sentiment de commisération à la salle quand il dépeignait les « violences psychologiques » qu’il n’a cessé de subir pendant et après l’évasion, l’ancien directeur de Moulins n’a pas su en revanche quoi répondre à M. Ripert, fin dialecticien s’il en est, quand celui-ci a remis le problème à l’endroit, c’est-à-dire sur ses pieds, en affirmant : « ils [Khider et Top El Hadj] ont été violent ce jour-là [le jour de la prise d’otages] pour fuir cette violence ». Et l’avocat de continuer en lui demandant si la violence causée par Khider et Top El Hadj n’est pas sans lien avec la violence omni-présente générée par l’univers carcéral. On aura bien compris, quand l’ancien directeur se décide à répondre, après un temps de réflexion, « ah mais oui c’est sûr qu’entre détenus, il y a de la violence, je ne le nie pas », qu’il n’a définitivement rien compris. Qu’il lui est impossible de s’envisager une seule seconde dans la peau d’un bourreau moderne. Il y a bien un monde qui les sépare, les accusés et lui. Comme il y a un monde qui sépare tout le temps les magistrats des mis en cause ; il faut voir la gueule de la vieille avocate générale attifée dans sa robe rouge à hermine. La vieille France dans toute sa décrépitude.

Comme l’essentiel de ces gens-là pensent très sincèrement être du coté du Bien luttant contre leMal, mais que devant les nombreuses dénégations et la parole accusatoire des accusés, il arrive qu’ils n’en soient plus tout à fait persuadés, ils ont alors besoin de se rassurer collectivement sur leur mission quasi-divine : protéger la société contre les criminels. Et comme ils n’assument pas du tout leur rôle de bourreaux, ils sont pris dans des contradictions/justifications interminables.

Petits plaisirs

Plaisir de voir les accusés interrompre les témoins de la partie civile, les prendre à partie, dénoncer leurs mensonges : une cellule normale serait de même dimension que le mitard [7], à écouter l’ancien directeur du centre pénitentiaire de Moulins – encore lui ! – qui, lorsqu’il ne gémit pas en évoquant ses crises d’angoisse ponctuelles et les « flashs » qui lui reviennent de temps en temps, est aussi un menteur invétéré. Le bougre va même jusqu’à oser affirmer qu’il y aurait plus d’activités proposées aux détenus placés en isolement qu’à ceux en régime normal ! Heureusement, cette sale habitude de mentir impunément a pu trouver du répondant durant ces journées.

Vu qu’ils n’ont plus grand chose à perdre, les accusés peuvent gueuler, interrompre, dire véritablement ce qu’ils pensent. Chose impensable dans un procès en correctionnel classique où le mis en cause espère toujours s’en prendre le moins possible dans la gueule et sert d’ordinaire un discours de convenance, de regrets. Discours que le juge, en fonction de son humeur du moment, accepte en partie ou pas. Paradoxalement, c’est seulement dans des conditions où le mot de « liberté » ne peut plus rien signifier d’autre pour Khider et ses proches qu’un horizon, un horizon éloigné mais à atteindre by any means necessary, qu’ils peuvent se laisser aller à une certaine pratique de la liberté pendant leur procès, c’est-à-dire remettre en question les rapports de pouvoir ici et maintenant. C’est seulement dans ces conditions atypiques que du discours vrai, de la parrhèsia, peut filtrer dans ces enceintes du mensonge.

Réponse cinglante d’Omar Top El Hadj à une affabulation sur la nécessaire réforme de la prison et son humanisation : « on n’humanise pas un cimetière ».

Ces enceintes du mensonge et du vice. Il y a eu 29 constitutions de parties civiles. Des gens qui espèrent être reconnus comme victimes, vous comprenez, qui espèrent se reconstruire après le drame – et au passage être dédommagés du préjudice subi. Qui sont-ils ? Un peu tout le monde et n’importe qui. Beaucoup de matons et quelques flics, quelques automobilistes pris en otage pendant l’évasion, deux femmes de matons inquiètes pour leurs maris pendant l’évasion, et qui sur les conseils des débiles de l’UFAP (l’Union Fédérale Autonome Pénitentiaire) [8] sont venues gratter quelques euros, etc.

Question fulgurante de maître Ripert, magistral, à l’ouverture du procès pendant que les parties civiles se font connaître : « Connaissez-vous la différence entre la Française des Jeux et une Cour d’Assises ? Et bien le Loto, ça coûte deux euros et on est pas sûr de gagner. Se constituer partie civile, c’est gratuit et vous êtes sûrs de ramasser gros à la fin ». En face, les avocats des parties civiles s’étranglent.

Plaisir de voir les accusés se lancer dans des diatribes contre les mensonges éhontés proférés par les témoins et l’accusation.

Plaisir de voir ce cher Ripert avoir l’audace d’interrompre la représentante du parquet pendant ses questions au témoin. De l’entendre se foutre de la gueule de l’ancien directeur du centre pénitentiaire de Moulins en lui demandant si « il est un homme sensible ».

Plaisir surtout de voir qu’il y a toujours des élans de vie chez les accusés, même après des années en prison, en isolement.

Plaisir de voir qu’ils ne plieront jamais, que la prison est loin d’avoir gagnée.

[1] L’emmurement est une pratique qui remonte jusqu’aux tribunaux de l’Inquisition et qui consistait à enfermer vivant jusqu’à la fin de ses jours des hérétiques qui ne se reniaient pas.

[2] Omar Top El Hadj vient de publier Condamné à vivre.

[3] Assurément, il y a des gens qui ne sont pas fait pour certains métiers. Il y en a qui ont lapoisse : la prise d’otages et l’évasion de Moulins s’étaient produits deux mois après son arrivée, en 2009 ; c’est seulement deux semaines après avoir été muté à la Maison d’arrêt de Grasse en 2010 qu’intervient une prise d’otages à l’infirmerie. Belote et rebelote.

[4] Il va même jusqu’à évoquer l’hypothétique projet d’une piste d’athlétisme dans la centrale de Moulins !

[5] Un exemple parmi d’autres : une alarme incendie qui se déclenche et c’est toute une salle d’audience qui doit se lever et sortir .

[6] L’administration pénitentiaire est une grande famille qui sait prendre soin des siens : à la suite de la prise d’otages, tous les surveillants de Moulins-Yzeure ont reçu une prime, sauf les deux nuls qui s’étaient fait prendre en otage.

[7] Au moment de l’évasion de Christophe et Omar, la table, le tabouret et le lit dans les cellules du mitard de Moulins-Yzeure étaient constitués de moellons. Par exemple, Eugène Baed, également inculpé dans ce procès car suspecté de complicité a passé 48 jours au mitard peu avant la tentative d’évasion pour une embrouille avec un surveillant-stagiaire alors qu’il venait d’apprendre le décès de son père.

[8] D’ailleurs ce syndicat s’est lui aussi porté partie civile.

Edito du numéro 34, « La gauche revient…et alors?!! »

Numéro 34, janvier 2013

Dernier scandale en date, la vétusté de la prison des Baumettes. Partout, on a pu voir des images de cellules délabrées, de sanitaires hors d’usage, de tas d’immondices, de rats, de douches dégueulasses… V’là le scoop ! Taubira elle-même a convenu publiquement qu’on faisait semblant de découvrir une réalité connue de tous. Un collectif d’avocats marseillais a réclamé la libération des prisonniers des Baumettes ; le tribunal administratif a ordonné une opération de dératisation.

Comme d’hab’, ils nous la font à l’envers.

La politique pénale entretient la surpopulation des maisons d’arrêt ? Ils construisent toujours plus de nouvelles cellules. La dernière tranche du plan des 13 200 de 2002 à peine achevée, la garde des sceaux signe déjà un nouveau partenariat public-privé (PPP) avec Spie-Batignolles pour les futures prisons de Valence, Riom et Beauvais. C’est à la lumière de ces faits qu’il faut relire les grandes envolées lyriques de la ministre de la justice contre le tout-carcéral et les partenariats avec le privé : ce mode de financement n’est « pas acceptable », déclarait-elle dans Les Echos en juin 2012. Toujours des mots, rien que des mots. Face à Laurent Jacqua, ancien prisonnier longue peine qui l’avait apostrophée sur la situation des longues peines et des prisonniers malades : « il y a les mots, et il y a la réalité », elle avait répondu : « l’enfermement est une détresse, je crois qu’on peut en faire une perspective » ¹. La gauche a toujours tenu à « donner du sens à la peine » – les prisonniers peuvent en témoigner ! Taubira s’inscrit dans la lignée des Badinter et compagnie qui ont su faire accepter l’existence et la généralisation des quartiers de haute sécurité (QHS) par l’opinion en les renommant quartiers d’isolement (QI), et ont remplacé la peine de mort par l’enfermement jusqu’à la mort. Ce sont des prestidigitateurs qui jonglent avec les mots, changent le nom pour garder la chose…

Cette ministre dit se préoccuper des conditions de détention et du sort des prisonniers ? Mais alors, comment expliquer qu’elle n’ait pas répondu aux pétitions et plates-formes de revendications des prisonniers de Roanne, Annœullin, Argentan, Ducos, dont nous nous sommes fait l’écho au numéro précédent ² ? Pour celles et ceux qui auraient encore quelques illusions sur ce gouvernement, rappelons-leur ces revendications et leur traitement. Aménagements de peine ? Nada. Demandons – entre autres – à Mounir ce qu’il pense

de la révocation de sa conditionnelle, ou bien à Kaoutar de ses refus de permission, ou encore à Philippe el Shennawy du maintien de sa période de sûreté. Quant à l’abolition du mitard et des QI, Laurent Orsini devrait sans doute remercier le pouvoir socialiste pour les longues périodes de solitude qui lui ont été accordées. Et l’ensemble des prisonniers devraient aussi se réjouir des régimes différenciés dans les centres de détention, et du retour du régime portes fermées. Quant aux parloirs, tout est à la sécurité et on se dirige partout vers le régime strict des maisons d’arrêt. Et les cantines ?

Les prisonniers de Réau, Annœullin et Nantes sont sûrement très heureux d’être rackettés par la société Themis, filiale de Bouygues. Le travail ? L’idée d’un salaire au moins aligné sur les misérables paies de l’extérieur n’est pas prête de sortir des oubliettes.

Les «locataires»³ des nouvelles prisons regrettent leurs anciennes maisons d’arrêt vétustes. Ils dénoncent le développement massif du sécuritaire et de l’isolement, même si les cellules sont toutes neuves et équipées de douches individuelles. Ceux qui sont revenus de Cayenne après la fermeture du bagne et ont fini leur peine dans les prisons de la métropole se plaignaient déjà régulièrement de leurs nouvelles conditions de détention, et regrettaient la Guyane. Comme disait feu Jacques Mesrine : « Une cage dorée reste toujours une cage. » C’est à l’aune de cette évidence que se mesure le fossé entre l’intérieur et l’extérieur. Quand le pouvoir s’occupe des conditions de détention, c’est pour sophistiquer l’enfermement ; quand les prisonniers dénoncent leurs conditions de détention, c’est pour arracher un peu de liberté. Plus on améliore les conditions de détention, plus on enferme de gens.

Le problème, ce n’est pas les conditions de détention, c’est la détention elle-même. Poser le problème de la détention, de l’enfermement, c’est poser la question de son existence et de son utilité sociale. A quoi sert-il ? A qui ? La prison ne peut se comprendre hors de la société qui l’engendre. On ne peut pas comprendre le procès de Philippe – qui a pris vingt ans pour 20 000 euros – sans avoir en tête le rôle de l’argent dans notre société. On ne peut pas comprendre ce qui ce passe à Annœullin si on ne comprend pas que dedans comme dehors, une des priorités de ce système est la gestion de ceux qu’il traite comme des déchets. On ne peut pas comprendre la mort de Gordana et Papi sans penser à la place assignée aux prisonniers et aux pauvres en général dans la hiérarchie sociale.

Notes :

¹ Cet échange a eu lieu lors de la journée Prison-justice du Genepi. On peut voir la vidéo sur : www.dailymotion.com/video/xvq850#

² Alors Christiane, tu lis pas l’Envolée ?

³ Dans les nouvelles taules, un pourcentage est prélevé sur les mandats et les salaires des prisonniers pour « participer aux frais de fonctionnement ».