Archives par mot-clé : Fabrice Boromée

ÉMISSION DE L’ENVOLÉE DU 23 JUIN 2017

 

      • Lettres : Aurore, Damien, Jean-Paul, Alexia et Nassira
      • Appel : Floréal, pour Fabrice
      • Brève : Prise de parole à la maison centrale d’Ensisheim
      • Présentation du dernier numéro du journal l’Envolée

Zics : Soklak – Inadapté / Thirstin Howl III – The Polorican / Trust – Instinct de mort / Monsieur Socrate – Le placard


Téléchargement (clic droit –> « enregistrer la cible du lien sous »)


Enregistrer

Enregistrer

DE PLUS EN PLUS CAUCHEMARDESQUE POUR FABRICE BOROMEE : EN GUISE DE REPONSE A SES DEMANDES DE TRANSFERT, L’ADMINISTRATION LUI JETTE UNE GRENADE ASSOURDISSANTE DANS SA DOUCHE

Depuis son refus de remonter de la douche le 21 mai dernier, Fabrice a reçu beaucoup de lettres de soutien à la fois d’autres prisonnières et prisonniers et de personnes extérieures. La directrice a été obligé de reconnaître qu’il y avait du monde pour le soutenir. Elle a cessé de lui répéter que c’était pas « ses petits copains de L’Envolée qui allaient le sortir de là… ». Elle a lâché un peu de lest en lui concédant l’accès à la salle de sport. L’entraîneur est néanmoins obligé de rester à l’extérieur de la salle et de lui parler à travers les barreaux…

Cette petite concession ne change pas grand-chose à la situation de Fabrice. Rappelons qu’il est entravé dans tous ses déplacements, qu’il est interdit de promenade, de douche le week-end et que la pénitentiaire a construit une cellule de mitard spécialement pour lui dans le quartier d’isolement, avec une grille à terre à travers laquelle les matons lui jettent la nourriture comme à un animal.

Vendredi dernier, il a donc de nouveau bloqué la douche, le seul moyen qu’il ait pour réclamer son transfert immédiat en région parisienne où habite un ami qui lui rend visite – son seul parloir.

Cette fois-ci, la directrice a utilisé les gros moyens pour le dégager : les Eris, avec casques, boucliers et autres armes de toutes sortes, sont arrivés et ont lancé une grenade assourdissante dans la douche ! Fabrice est au mitard pour 30 jours supplémentaires. Il n’entend plus d’une oreille, il est très inquiet. Il est écrasé de chaleur toute la journée avec des maux de tête violents et permanents. Le médecin refuse de l’examiner, passant juste la tête à travers les barreaux du mitard.

Nous renouvelons donc notre appel émis il y a quelques semaines :

L’administration pénitentiaire de Saint-Maur cherche méthodiquement à éliminer Fabrice Boromée, dont elle ne sait que faire : cette torture a pour but de le pousser à bout jusqu’à ce qu’advienne l’irréparable et que l’administration puisse le tuer en toute légalité ou l’envoyer à vie en hôpital psychiatrique.

Il est toujours aussi important de lui écrire pour le maintenir en vie : autant pour lui témoigner de la solidarité, lui donner du courage, que pour montrer à l’administration pénitentiaire qu’il n’est pas seul et qu’elle ne peut pas commettre l’irréparable. Une carte postale, quelques mots suffisent.

Fabrice Boromée, Maison centrale Bel Air, 36 255 Saint-Maur cedex

ÉMISSION DE L’ENVOLÉE DU 2 JUIN 2017

 

      • Rappel des conditions de détention de Fabrice Boromée, lecture du communiqué, pour lui écrire : n°4920, MC Bel Air 36255 Saint-Maur Cedex
      • Brèves : revolte aux baumettes à Marseille, à Bapaume et à la MAF de Fleury
      • Appel : le collectif Anarchist Bure Cross, depuis Bure à propos du procès du 06.06.17 à Bar-le-Duc et d’un weekend contre la taule à Bure du 16 au 18 juin (aburcross@riseup.net)
      • Appel : Lydia, pour le procès de son fils et son transfert, et la création d’un « collectif de soutien aux détenus de France » sur facebook
      • Info : Suite aux émeutes à Vitry fin mai, création d’un « collectif de soutien Paris-Banlieue », tel : 07 58 52 33 88

Zics : Gavlyn, Blimes Brixton – Adios / Conway & the machine – Cooked in hell’s kitchen / Inna de Yard – Let the water run dry


Téléchargement (clic droit –> « enregistrer la cible du lien sous »)


Enregistrer

Enregistrer

ILS SONT EN TRAIN DE TUER FABRICE BOROMÉE

Solidarité avec Fabrice Boromée

L’administration pénitentiaire veut éliminer Fabrice Boromée alors qu’il ne fait que demander un transfert en Guadeloupe pour être rapproché des siens.

Comme plus de 500 prisonniers originaires des DOM-TOM, Fabrice Boromée purge une peine en métropole, loin de ses proches. Il réclame son transfert en Guadeloupe depuis 2011. L’administration pénitentiaire (AP) fait la sourde oreille, et l’empêche même de se rendre à l’enterrement de son père en septembre 2012. Il tente alors de se faire entendre en « prenant en otage » un maton de Condé-sur-Sarthe avec Rachide Boubala. Il réitère cette tentative de prise de parole à la centrale de Arles en 2014 : la justice qualifie de nouveau son acte d’« agression » et de « tentative de prise d’otage ». En septembre 2015, alors qu’il fait le tour des quartiers d’isolement (QI) des prisons françaises depuis trois ans et demi, le directeur de Vendin-le-Vieil lui fait miroiter sa sortie de l’isolement, mais il change d’avis à son retour de vacances et envoie son sous-directeur lui annoncer qu’il va y être maintenu : Fabrice retient le sous-fifre pendant deux heures. La justice répond systématiquement à toutes ses tentatives pour se faire entendre par des peines supplémentaires. Entré en prison pour une peine de huit ans, il en a maintenant plus de trente à faire. L’AP lui fait payer sa détermination en refusant de lui faire rejoindre la détention dite normale. Maintenu à l’isolement, sans cesse transféré (Fleury-Mérogis, Clairvaux, Lannemezan pour la seule année 2016, et maintenant St-Maur), entravé dans tous ses déplacements en prison (y compris lors de la distribution des repas), il fait l’objet d’insultes racistes et de passages à tabac de la part des matons.

Fabrice Boromée vient d’être transféré à la centrale de Saint-Maur, il est toujours à l’isolement, sauf que là l’administration pénitentiaire a transformé sa cellule en mitard en ajoutant une grille devant la porte. Il n’a pas de parloirs, les matons ont dissuadé l’aumônier de venir le voir en lui faisant croire qu’il était dangereux et qu’il s’en prendrait à lui en lui jetant de l’urine à travers la grille. La psychologue refuse d’intervenir au prétexte de conditions indignes et incompatibles avec l’exercice de ses fonctions. Le docteur, obligé de passer vérifier s’il est toujours vivant, se contente d’un « ça va » et repart. Son avocat se sent dépassé par la situation. Bref, au moment où tout ce petit monde devrait se réveiller, personne ne bouge.

Il est privé de toute activité, même de sport. Il est interdit de promenade le week-end sous prétexte que le chef de détention n’est pas là. Il est menotté et entravé, encadré par plusieurs surveillants armés de boucliers pour les rares mouvements qu’il fait en dehors de sa cellule, comme pour aller à la douche ; douche qui lui est aussi refusée le week-end. Les matons lui jettent sa gamelle à travers la grille comme à un chien.

Pour protester contre ces mesures, le 21 mai Fabrice a refusé de se laisser menotter et de remonter en cellule. Il a bloqué la douche de 9 heures à 15 heures pour demander son transfert immédiat en Ile-de-France.

L’administration pénitentiaire l’a averti : rien ne changera d’ici son probable transfert pour Réau en novembre. Associations, contrôleur des lieux de privation de liberté, etc., tous sont informés, mais aucune réponse de leur part à ce jour.

L’administration pénitentiaire de Saint-Maur cherche méthodiquement à éliminer Fabrice Boromée, dont elle ne sait que faire : cette torture a pour but de le pousser à bout jusqu’à ce qu’advienne l’irréparable et que l’administration puisse le tuer en toute légalité ou l’envoyer à vie en hôpital psychiatrique.

Il est important de lui écrire pour le maintenir en vie : autant pour lui témoigner de la solidarité, lui donner du courage, que pour montrer à l’administration pénitentiaire qu’il n’est pas seul et qu’elle ne peut pas faire ce qu’elle veut. Une carte postale, quelques mots suffisent.

Adresse : Fabrice Boromée, Maison centrale Bel Air, 36 255 Saint-Maur cedex

ÉMISSION DE L’ENVOLÉE DU 26 MAI 2017

 

  • Présentation : l’émission anti-carcérale Papillon sur radio Dio à Saint-Etienne (89.5 FM) et sur Radio Canut à Lyon (102.2 FM)
  • Lettres Philippe Lalouel, à la centrale de Lannemezan
  • Appel Christine Ribailly, à propos de Fabrice Boromée à la centrale de Saint-Maur
  • Appel : Lydia, pour son fils en détention au CP de Châteauroux
  • Lecture de la nouvelle « Réquisitoire » de Cloé Mehdi

Zics : Clacy Eccles – Freedom / Etta James – I’d rather go blind / Public Ennemy – Bring the noise / Hartigan – Vérité


Téléchargement (clic droit –> « télécharger le fichier lié »)


Enregistrer

Enregistrer

ÉMISSION DE L’ENVOLÉE DU 21 AVRIL 2017

 

  • Lettre : Christine Ribailly, pour Fabrice Boromée
  • Appels : Christine, nous donne des nouvelles de Philippe Lalouel, Oier Gomez et Fabrice Boromée / Patricia, pour son fils malade en détention
  • Coup de gueule : La folle du CD H1 de Réau / Le directeur de Villefranche-sur-Saône, Eric Schots, tabasse un prisonnier
  • Retour : Sur la manif de dimanche dernier contre le FN
  • Annonce : Lundi 24 avril à l’EHESS, projection du film Sous surveillance

Zics : Seth Gueko – Dès Que / Héctor Lavoe – Calle luna calle sol / Enregistrement du Rassemblement devant Fleury-Mérogis


Téléchargement (clic droit –> « télécharger le fichier lié »)

Enregistrer

Enregistrer

Inonder l’AP de courrier, pour aider Fabrice Boromée, transféré à la centrale de Saint-Maur

Fabrice Boromée a quitté l’isolement à la centrale de Lannemezan, pour être transféré à la centrale de Saint-Maur (à côté de Châteauroux), toujours à l’isolement. Il y est déjà passé il y a quelques temps et redoutait ce transfert. Comme à son habitude, l’AP n’a pas même feint de prendre en compte les demandes de Fabrice : il se bat toujours pour son rapprochement familial en Guadeloupe, et sachant que l’attente peut être encore longue, il aimerait au moins être transféré en région parisienne de manière à être visité. Il a besoin de notre aide depuis dehors. Ecrire à l’AP est une des formes très concrètes que peut prendre notre solidarité à toutes et tous. Pour soutenir Fabrice, les animateurs et animatrices du collectif Prison par terre ont écrit un courrier type que nous publions ici. Vous pouvez vous en inspirer ou l’imprimer tel quel afin de l’envoyer aux différents échelons hiérarchiques de l’AP dont vous trouverez les adresse en fin de courrier. A vos imprimantes ou à vos stylos. Gageons que la direction de Saint-Maur sera au moins surprise par un afflux de courrier en soutien à un prisonnier à peine arrivé et qu’elle pense isolé.

A L’ATTENTION DE LA DIRECTION DE L’ADMINISTRATION PÉNITENTIAIRE,

Madame, Monsieur,

Nous, collectif Prisons par terre, sommes particulièrement inquiets quant à la situation de Monsieur Fabrice Boromée, c’est pourquoi nous vous écrivons. Condamné à une peine de 34 ans, en ayant purgé 7 ans dont 6 en métropole, nous estimons que le parcours de Fabrice vous est parfaitement connu, depuis sa première incarcération à l’âge de 16 ans, jusqu’aux peines qui lui sont infligées encore aujourd’hui. Il nous semble ici inutile de vous résumer les faits, la justice et la direction de l’administration pénitentiaire se plaisent à les rappeler et à les communiquer lors de tous ses passages au tribunal.

Depuis ses 16 ans, il a passé moins de sept mois en liberté ; aujourd’hui, à 36 ans, il lui reste au minimum quinze années à purger.  Il dénonce depuis toujours les conditions de détention que vous lui imposez ; son combat a suffit pour enclencher et justifier un harcèlement permanent. Privations, isolement, gamelle jetée au sol « comme pour des chiens »… autant de violences qui laissent transparaître la volonté de l’isoler et le briser. Sa résistance a été réprimée par de nouvelles années d’enfermement. Ce que vous imposez à Fabrice n’est rien d’autre qu’une mise à mort sociale.

Aujourd’hui, et à la suite d’une grève de la faim, Fabrice appelle à ce que des solidarités s’expriment et soutiennent son combat. Il n’a qu’une seule demande : être transféré en Guadeloupe. En ne cessant de lui refuser ce droit, l’Etat crée les conditions de ce qu’elle qualifie d' »incidents », mais qui ne sont pourtant que de légitimes revendications. Ses décisions attisent les tensions et cherchent à casser les liens de solidarités créés avec Fabrice, en même temps qu’elles impactent sa famille et ses proches en Guadeloupe. Nous avons une pensée pour eux.

Face a cette situation, nous demandons:
– que Fabrice Boromée soit transféré en Guadeloupe près de sa famille et ses proches ;
– qu’il soit, d’ici là, immédiatement transféré en région parisienne, de manière à ce qu’il puisse avoir un parloir régulier avec son ami en métropole.

Notre solidairté avec Fabrice est sans faille ; vos barreaux n’y changeront rien.

Le collectif Prison Par Terre

Les trois adresses auxquelles vous pouvez adresser ce courrier :

Direction Interrégional des services pénitentiaire de Dijon Centre

72 a rue d’Auxonne

BP 13331

21033 Dijon Cedex

Tel : 0380725000 / Fax : 0380672055

Direction de la maison centrale de Saint-Maur

Bel Air

36255 Saint-Maur Cedex

Tel : 0254082900

Direction de l’Administration Pénitentiaire, Philippe GALLI , directeur de l’Administration Pénitentiaire

13 place Vendôme 75042 Paris Cedex 01

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

ÉMISSION DE L’ENVOLÉE DU 24 MARS 2017

 

  • Coup de gueule : Le maton nous guette
  • Courrier : Georg Huß (MA de Mulhouse)
  • News de Fabrice et d’Aurore
  • Brève : Les articles pro-matonerie dans la presse
  • Appel : L’avocat Harir Saïd pour Anis Bouazza
  • Publication du Rapport d’activité 2016 de la Contrôleure générale des lieux de privation de liberté, conclusion : walou

Zics : Etta James – Something’s got a hold on me / Blue Sky Black Death – Threats  / Nasme – Demain j’arrete / Héctor Lavoe – Que bien te ves


Téléchargement  (clic droit –> « télécharger le fichier lié »)

Enregistrer