EMISSION DU 25 OCTOBRE 2019

 

      • Point : sur la nouvelle circulaire pour faciliter les expulsions dès la sortie de prison
      • Appel : de Fresnes pour parler de la personne morte à la Santé cette semaine et des médicaments en détention
      • Appel : de prisonniers du CRA de Vincennes pour parler des violences policières

Zik : Remy ft. Leto – Alibi / Niska – La zone est minée / Non Phixion – Black Helicopter




Podcast (clic droit –> « enregistrer la cible du lien sous »)


 

 

EMISSION DU 4 OCTOBRE 2019

 

      • Lettre : de Serge et un slam de Caro
      • Invité : Serge qui parle de son incarcération à Fresnes
      • Invité : B. et Adeline au téléphone, pour parler de Réau et de la mort de Fofana

 




Podcast (clic droit –> « enregistrer la cible du lien sous »)


 

 

EMISSION DU 18 OCTOBRE 2019

 

      • Lettre : de Nordine
      • Enregistrement : d’Oliv sur Rachide
      • Appel : d’un prisonnier de Palaiseau
      • Appel : de Fresnes
      • Brèves …

Zik : Dicidens – De Larmes et de sang / NessBeal – ça ira mieux demain / 113 – Face à la Police (feat. Faya Dem)




Podcast (clic droit –> « enregistrer la cible du lien sous »)


 

 

EMISSION DU 27 SEPTEMBRE 2019

 

      • Lettre : de Kryz
      • Appel : d’Oliv sur le PRP (suite et fin)
      • Discussion : sur la situation  Condé sur Sarthe
      • Communiqué : des prisonniers du CRA de Palaiseau
      • Appel : d‘un prisonnier du CRA de Mesnil, récemment transféré de Plaisir



Podcast (clic droit –> « enregistrer la cible du lien sous »)


 

 

EMISSION DU 20 SEPTEMBRE 2019

 

      • Lettres : un Slam de la MAF de Bapaume, lettre de Mikael de Condé qui parle du dernier numéro du journal
      • Appel : d’un copain qui sort de Condé et revient sur ses années d’incarcération là bas
      • Discussion : sur la situation de Redouane Ikil condamné à 18 ans ferme avec la lecture d’une lettre écrite par sa soeur en juillet et un enregistrement d’un appel de Redouane à la radio avant sa condamnation



Podcast (clic droit –> « enregistrer la cible du lien sous »)


 

 

Lettre collective de la Cellule des Prisonniers Révoltés de Rioms

Madame, Monsieur,
Nous, détenus, mais humains avant tout, sommes désolés de constater qu’en 2019, dans un pays comme la France, on continue de soumettre notre propre peuple à la détention bestiale, et dans des conditions que nous refusons.
Nous subissons nombre de traitement inhumains et indignes de pays qui se disent civilisés. Les grilles que l’on impose aux fenêtres en plus des barreaux dans une prison neuve comme celle-là prouve que la France n’a que faire des réglementations, mais voudrait nous inculquer à nous le respect des lois, et ce par l’humiliation permanente, le rabaissement, la déshumanisation et des violences psychologiques. Je suis objecteur de conscience, et nous nous interrogeons : sommes-nous encore des humains, ou le détenu est-il encore un sous-genre qui ne mérite pas cette qualification ?

Blessés dans notre humanité et nos existences, nous pensons que tout pays qui continue de se servir de ces lieux, ces camps de la mort des idées et de la liberté – celles d’être et d’exister -, s’inscrit dans une longue lignée de barbares rétrograde animés plus par la vengeance que par le désir de soigner et réinsérer une humanité blessée. Faire souffrir celui qui souffre n’est ni plus ni moins que de la cruauté, et le faire sur une masse, c’est une insulte aux fondements élémentaires de toute société moderne. ils portent gravement atteinte à la déclaration des droits de l’homme. Et si nous sommes nés libres et égaux en droits et devoirs, nous ne le somme pas restés longtemps.

Pour nous, c’est clair, cette séquestration, cette prise d’otage nous porte atteinte dans nos existences, dans nos vies et notre humanité, et elle est donc criminelle, puisque les violence énoncées plus haut, selon le code pénal, sont des crimes.

La France asservit son peuple, le soumet et le met à genou. Comment appelle-t-on un pays, un état qui muselle son peuple, et/ou l’enferme quand il donne son avis ? Tout ça avec la complicité de la police…

Nous accusons cet Etat, la France, de se rendre coupable de crime contre l’humanité, et vous appelons à nous suivre dans notre lutte pour la liberté par tous les outils que nous avons à disposition.

De notre côté, tout est fait pour que même en ce lieu, le mot « liberté » ait encore un sens, en nous organisant et en faisant tout pour préserver l’intégrité de nos droits civiques.

La lutte continue, rejoignez-nous et défendez vos droits et votre liberté…

Des « otages » libres : CPR (cellule des prisonniers révoltés)

EMISSION DU 6 SEPTEMBRE 2019

 

      • Lettres : CPR (Cellule des Prisonniers Révoltés) à Rioms, 2 lettres de Seysses, une lettre sur le suicide à la MAF des Baumettes
      • Appel : d’Olivier sur la fin du syndicat PRP
      • Appel : de Floréal sur le procès de Fabrice
    • Situations dans les prisons pour étranger.ère.s

Zic : Sans Tiep – La Police Assassine –  / Alpha Blondy – Mon père avait raison / Hugo TSR – Eldorado


Podcast (clic droit –> « enregistrer la cible du lien sous »)


 

 

EMISSION DU 13 SEPTEMBRE

 

      • Lettres : de Nabil, l’Infame, et Slam de Caroline
      • Invité : un membre du comité de soutien à Vincenzo, arrêté le 8 août
      • Discussion : sur le Genepi qui sort de détention
    •  Brèves : Evasions et tentatives d’évasions (Vincennes, Madrid, Fresnes)

Zic : La Police AssassineEn Esprit / Flynt – Dirty Water /


Podcast (clic droit –> « enregistrer la cible du lien sous »)


 

 

Et 4 de plus qui font … 2042

 

 

Compte Rendu du Procès de Fabrice Boromée le 16 juillet 2019 à Tarascon

16 juillet 2019,14h. Fabrice Boromée est jugé au Tribunal de Grande Instance de Tarascon pour des faits de violence sur un agent de la pénitentiaire lors de son enfermement à la centrale d’Arles.

Incarcéré depuis 8 ans en métropole, Fabrice vit depuis 7 ans à l’isolement. Autant dire que l’arbitraire de l’Administration Pénitentiaire (AP), il connaît : isolement total, négligence dans les soins médicaux, humiliations et violence. Une torture carcérale qui confirme sans  aucun doute que la peine de mort (à petit feu) n’a pas été abolie, ni les QHS fermés.

Une histoire de lentilles

Le 2 décembre 2014, Fabrice Boromée est incarcéré à Arles. Au moment de la distribution du repas, l’absence d’une barquette de lentille déclenchera une altercation entre Fabrice et le surveillant Christian Dumont. Ce dernier s’en sort avec 3 jours d’ITT.

Si Fabrice reconnaît les faits, il en précise les raisons : s’il a frappé ce maton, c’est en réponse aux multiples provocations de sa part, et c’est également en vue de le prendre en otage afin de dénoncer ses conditions de détention et de revendiquer son transfert en Guadeloupe pour rapprochement familial.  Si le motif avancé prend une ampleur inédite avec cet aveu, cela ne trouble pas juge et assesseurs qui se contentent des déclarations de l’ AP : le surveillant n’y est pour rien, Fabrice ment, et les motifs de son agression sont bien une histoire de lentilles … et surtout pas des conditions de détentions inhumaines.

Ne pas comprendre pour mépriser

Si les motifs exprimés par Fabrice n’ont pas trouvés d’oreilles attentives, c’est d’abord parce que ce dernier ne se fait pas entendre. Le débit de sa parole est rapide et saccadé (Fabrice bégaie de plus en plus depuis qu’il est à l’isolement), son accent créole est prégnant, et son attitude trop « vindicative », pas assez lisse et soumise… En conséquence, le tribunal ne comprend visiblement qu’un mot sur deux.

Ne pas comprendre c’est aussi simplifier à l’excès. Pour cerner un coupable, on établit sa « personnalité ». Pour Fabrice, cela s’est limité aux 18 « mentions » inscrites dans son casier judiciaire, dont la majorité l’ont été pendant sa détention. Cette longue litanie « de rébellion et violence » n’a pas pour but d’éclairer les juges sur la situation et la trajectoire de Fabrice, mais bien de le décrire comme l’inhumain qui mérite son sort. Pour l’avocat de la victime, la « personnalité » de Fabrice est dès lors « inquiétante », « une haine dont le détenu a fait la preuve » ; « une  fureur […] une violence inacceptable intolérable et grave », complétera le procureur….

             Après tout, peut-être qu’une liste de décisions de justice suffit à créer un monstre, à pourrir la vie des gens et faire d’un minot des rues un homme qui n’a plus rien à perdre. Mais alors il faut tout dire : mise en institution avec séparation de la fratrie à la mort de sa mère quand il a 8 ans, placement dans une famille d’accueil violente, première incarcération à 16 ans, puis déportation en métropole pour purger une peine de 8 ans prononcée en 2010 (la dernière pour des faits commis dehors), refus de permission pour l’enterrement de son père, nouvelles peines « internes », violence d’agents pénitenciers ayant entraîné une surdité totale d’une oreille…etc.

Un monstre, vous dit-on ! Qui mérite son sort et que l’on doit mépriser. C’est en quelque sorte ce que s’est évertué à faire l’un des juges quand, comble du cynisme ou de l’ignorance, il interroge Fabrice sur ses conditions de détention. Mais, précisera-t-il « pouvez-vous nous dire deux mots, sans que ce soit trop long ». Outre l’ignorance d’un quotidien dans les Quartiers d’Isolement des prisons française (vite rebaptisé les « tombeaux secrets » par les détenus), ce juge souhaite donc que Fabrice s’exprime succinctement. Il le fera simplement : « ma tête est sur le billot… je suis l’homme à abattre ».

Le procureur aura, quant à lui, une attitude plus directe dans le mépris et l’insulte, en attribuant à Fabrice « un niveau de réflexion zéro ». Clair et limpide !

Chronique d’une mort annoncée

Il est 15h. L’audience aura duré moins d’une heure. Le délibéré est sans surprise : 4 ans ferme. A ce jour, entre 16 et 38 ans, Fabrice aura donc passé 7 mois dehors. Il est dorénavant libérable en 2042. Néanmoins, il lui reste encore deux procès pour des faits similaires où Fabrice dénonçait ses conditions de détention et réaffirmait sa volonté d’être transférer en Guadeloupe. Encore une occasion de rallonger la peine…

Quant à la « victime », c’est du velours: les indemnités s’élèvent à un peu plus de 46 000€. « il s’est offert une villa sur ton dos » blagueront les ERIS qui ont escorté Fabrice de la prison au tribunal.

A la fin de l’audience, la loi impose au juge de laisser la parole à l’accusé. Fabrice en profitera pour rappeler une évidence : « Si la directrice que j’avais vue le matin même m’avait écouté, avait pris en compte mon besoin de renter chez moi, avait entendu que la pression montait, rien de tout ça ne se serait passé. Mais elle m’a mal parlé, a été méprisante et voila où on en est aujourd’hui ».

Hélas pour Fabrice, l’AP ne cherche pas l’apaisement. Contacté par téléphone il nous informe que son régime d’isolement a été prolongé par la Garde des Sceaux  au motif que « refuser de sortir de sa cellule pour aller seul en promenade ou en salle de sport prouve  une inaptitude à la vie sociale minimale requise pour être en bâtiment comme les autres prisonniers. » Fabrice avoue en effet avoir peur que les déplacements, menotté et entouré d’une demi douzaine d’agents équipés et provocateurs, ne  soit qu’une occasion pour la matonnerie de se venger et de le frapper à mort, en réponse à ses multiples tentatives de prises de parole concernant son régime de détention.

 Il poursuit (en français, la seule langue qui lui permet de communiquer depuis 7 ans car ni les surveillants ni ses codétenus ne parlent créole, sa langue maternelle, et qu’il n’a pas de parloirs avec sa famille restée en Guadeloupe) : « ils ont déjà tué le guadeloupéen en moi […] . Maintenant, tous les matons de France me connaissent, les syndiqués veulent ma peau suite aux prises d’otage que j’ai tentées. Je ne serai en paix nulle part. L’ulcère me fait super mal au ventre. Mon père me manque, ma famille me manque. C’est trop de souffrance tout ça ! »

 

       Quelques potes et témoins présents au tribunal le 16 juillet 2019

 

CONDE-SUR-SARTHE : CE QUI SE DIT A LA TELE, C’EST FAUX!

retranscriptions de vidéos sorties de la centrale de Condé-sur-Sarthe au printemps 2019

Ce printemps, les matons de Condé-sur-Sarthe ont bloqué la taule ; prisonniers, familles et proches ont vécu l’enfer pendant près d’un mois. Au terme de ce mouvement, les matons ont obtenu un nouveau durcissement des conditions de détention (voir L’Envolée N°50). Depuis, les prisonniers de Condé prennent la parole pour demander leur transfert, soit par des prises d’otage comme Francis Dorffer le mardi 11 juin, soit par des départs de feu en cellule comme le 4 juillet, soit en se filmant pour dénoncer les conditions de leur enfermement. Nous reproduisons ici les propos qu’ont tenu des prisonniers de Condé-sur-Sarthe dans des vidéos datées du 2 juin, qui sont apparues sur Internet deux semaines plus tard.

« Il est 23 h 12. Je tiens à m’exprimer encore sur les conditions de vie qui se passent actuellement à Condé-sur-Sarthe. Cela fait actuellement huit mois que je suis incarcéré ici. Avant que je vienne ici, j’étais incarcéré à la maison d’arrêt  de Lyon-Corbas où tout se passait bien. J’avais une situation carcérale stable. Je pouvais parler de réinsertion ; mais depuis mon arrivée ici, tout se dégrade. Notamment à cause de ce qu’il s’est passé le 5 mars 2019. Bon, moi je ne suis pas d’accord avec ce qui s’est passé, bien entendu. Je ne suis pas d’accord avec les faits qui se sont passés : l’agression. Il faut savoir qu’ici on qualifie l’acte qui s’est passé d’attentat ; alors que ces actes-là, y en a un peu partout dans les prisons de France, et on les qualifie pas d’attentat. Apparemment, il aurait crié Allah akbar, ou je sais pas trop quoi ; c’est pour ça qu’on dit que c’est un attentat… alors que moi, je verrais ça plutôt comme une agression. Bon, après, c’est mon ressenti, mon opinion personnelle. Bref. Sur quoi je voulais me focaliser : actuellement rien n’est mis en place… je sais que je me répète souvent, mais rien n’est mis en place pour la réinsertion. Les détenus sont livrés à eux-mêmes. On est là. On attend. On a une heure de promenade. Il faut savoir que je suis actuellement à un étage qu’ils appellent le « contraint » : on est contraint, en fait, et on est activement surveillé 24 heures sur 24. D’ailleurs, les passages à l’œilleton sont récurrents : c’est tout le temps, et c’est fatiguant. C’est épuisant.  Mais moi, ce qui m’énerve le plus, c’est qu’il n’y a rien de fait pour qu’on soit réinsérés à la société. Rien du tout. Ça veut dire, déjà, que nos liens familiaux, ils sont en train de les briser ; parce que ce qu’il faut savoir, c’est qu’ils ont maintenant instauré le système de fouille automatique des familles : qu’ils sonnent ou qu’ils ne sonnent pas, on les palpe. Palpation… et si ils ont un doute, la police fait son entrée et fouille à nu les familles qui viennent nous voir. Donc ça, moi je trouve ça complètement fou ; c’est pas normal, ça. C’est vraiment pas normal. Alors qu’il y a rien ! Leur couteau, soit disant en céramique, qui était entré… On a pas de retour de l’enquête, en fait… Ils disent qu’il y avait une ceinture d’explosif, qu’il y avait un couteau en céramique… Alors qu’à l’UVF [Unité de vie familiale – appartement-prison où les familles peuvent venir se faire enfermer auprès de leur proche pour passer jusqu’à 48 heures avec lui], il y a déjà des couteaux ! Je comprends trop pas…

Enfin, c’est pas ça le sujet. Le problème, c’est qu’ils nous réinsèrent pas du tout. Ils font rien pour nous. Y a rien qui change. Et on doit attendre… On s’abstient et on attend. On est constamment fouillés. Vous allez peut-être penser que c’est pas vrai parce que là, je suis entrain de me filmer, mais on est constamment fouillés. Et ce avec quoi je suis en train de me filmer, d’ailleurs, a été clairement donné par l’administration pénitentiaire, si je peux me permettre. Ça va peut-être vous sembler fou : dans cette centrale la plus sécurisée de France, ils arrivent quand même à avoir des trucs pour se filmer ? Ben, j’ai envie de vous dire, aucun système n’est infaillible : la preuve ! Et voilà quoi, c’était pour ça que je voulais m’exprimer ; mais surtout, je mets l’accent sur le fait qu’il n’y a rien qui est mis en place pour la réinsertion. Rien du tout… Au contraire, ils sont là, ils nous provoquent, ils nous poussent à la faute pour pouvoir justifier tout ce qu’ils sont en train de mettre en place. Notamment les fouilles des familles, les fouilles systématiques des détenus, les palpations systématiques des détenus, la surveillance à outrance. Alors que… je veux bien être surveillé, mais faut aussi me réhabiliter dans la société. C’est bien facile de me surveiller, mais pour ce qui est de la réhabilitation, on n’en parle pas. Donc, en fait, si je comprends bien, je serais voué à rester comme ça …à rien faire de ma vie, en fait. A rester comme ça : tous les jours une heure de promenade, et je rentre dans ma cellule et je m’abrutis avec la télé. J’apprends rien. Même pas possible d’aller à la bibliothèque, parce que ceux qui se retrouvent au [quartier] contraint… on a pas de bibliothèque, on a pas d’activité socio. Et même pour ceux qui sont en bâtiment normal c’est pareil : ils ont pratiquement le même système que nous. Ils sont fliqués… Moi, je demande pas de souplesse à leur système, ils font ce qu’ils veulent, mais juste de la réhabilitation pour les détenus ; c’est tout. »

« M’dame Belloubet, on vous fait un petit topo de tout ce qu’il se passe à Condé-sur-Sarthe. Vous voyez, on n’a toujours pas nos affaires. Vous voyez, moi je me trouve sans plaque [chauffante]. Soit-disant, ma plaque elle est arrivée toute neuve, toute fraîche. On me l’a ouverte, on me l’a démontée… et maintenant on me dit d’acheter une autre plaque ! Maintenant j’utilise un four, sans grille, sans plateau. Vous voyez, c’est comme ça que je me chauffe de l’eau, en fait. Voilà, il faut savoir que les Eris qui sont venus pendant la manifestation, qu’est ce qu’ils nous ont fait ? ils nous ont battus. Regardez, on m’a arraché les cheveux là [Il montre à la caméra.]. On a essayé de m’étrangler. On m’a mis le nez comme ça, avec les doigts [il montre à la caméra qu’il s’est fait mettre les doigts dans le nez et tirer dessus]. Vous voyez ce que je veux dire. Et jusqu’à maintenant, ici, les gens – disons l’administration – ne nous fournissent pas nos affaires. Ils gardent nos affaires jusqu’à maintenant. Vous voyez ce que je veux dire… Là, je possède [dans ma cellule] même pas la moitié de ce que j’ai. J’ai un ordi, j’ai des écrans, j’ai une chaine hifi, j’ai des jeux, j’ai tout un tas de choses. On nous les donne pas. Soit-disant, on nous retire les grilles des fours [pour ne pas blesser des gens], mais regardez on a de quoi blesser les gens, on a des fourchettes, on a tout… donc en fait, ça n’a aucun sens. Y a pas de retour à la normale… Il y a des agents qui se mettent à crier à ricaner dans le couloir carrément en faisant des cris de singe et en disant : « Vive Marine ! Vive le FN ! » Voilà, c’est comme ça. Donc notre situation, là, on en a tous marre d’ici. On veut tous partir de Condé-sur-Sarthe parce que le retour à la normale n’est pas encore arrivé. Vous trouvez ça normal, ce que l’on vit ici ? Voilà, on vous cache des choses… On vous fait croire que le retour à la normale est déjà arrivé ; mais que dalle, en fait ! Donc on est dans cette situation. C’est ça qu’on vit. On se fait insulter. Et dès qu’on insulte, voilà, c’est rapport et cachot. A chaque fois la même chose. Moi on me dit : « Ta gueule, sale chien », des trucs comme ça. Voilà, c’est ça, ici. Et nos familles, quand elles viennent ici, elles se font fouillées, elles se font palper. Les petits bébés, ils se font mettre à nu. On leur retire les couches, carrément. Et c’est bien marqué « sous peine de poursuite » si on veut pas se faire palper devant eux.

Donc voilà, comment vous expliquer… y a un agent qui s’est rapproché de certains amis à moi, qui l’ont payé, et il m’a fait entrer un téléphone. Je l’ai reçu comme ça, en fait. Vu qu’ils nous donnent des trucs – des confitures, du café, du sucre, tout ça – le vendredi, ben je l’ai retrouvé là-dedans [il montre un sac en papier avec un numéro dessus] avec un petit mot. Vous voyez, il y a mon numéro d’écrou là-dessus. Ça faisait un petit moment que trois agents m’avaient approché par rapport à ça, en me disant que des amis avaient payé dehors pour pouvoir faire entrer un téléphone, pour pouvoir justement vous prouver ce qu’il se passe ici. Par rapport à votre commission d’enquête, j’espère que ça fera peut-être un peu avancer les choses, et qu’on aura un transfert. Parce qu’on ne peut plus vivre dans cette situation. Regardez, j’ai pratiquement rien. Toute la journée, je reste ici. Je vais en promenade tout seul, en fait. Une heure de promenade par jour. Sinon, 23 heures sur 24, je suis enfermé dans cette cellule tout seul. C’est ce qui se passe ici. En même temps, je vous montre aussi, quelques potes qui vont vous raconter ce qui leur arrive ici, parce que voilà, on a plus de droits. Rien n’est respecté ici. Y a plus rien qui est respecté. »

« Bon… Cette petite vidéo pour dénoncer les conditions de vie à Condé-sur-Sarthe, les conditions de détention de tous les détenus qu’il y a ici. Moi, en tout cas, je voudrais juste dénoncer ici le fait qu’il n’y a rien qui est mis en place pour la réinsertion, et que nos droits les plus fondamentaux ne sont pas respectés. Et puis, quand on veut se plaindre à la direction ou quoi que ce soit, on nous dit de passer par des avocats qui nous demandent des sommes exorbitantes pour pouvoir faire valoir nos droits ; alors qu’ici il n’y a même pas de travail, y a pas de formation, y a rien. Depuis les faits du 5 mars, c’est pire que le IIIe Reich, ici, parce qu’on est constamment fliqués, comme nos familles qui le sont aussi, qui viennent au parlu et qui se font palper comme si elles faisaient rentrer du PEP 500. Moi, je comprends pas moi. Donc moi, je dénonce toutes ces choses parce que ce n’est pas normal. Et je tiens encore une fois à préciser que le matériel avec lequel je suis entrain de me filmer, c’est bien un surveillant qui me l’a rentrer et c’est rien d’autre. C’est pas les familles. Tout ça, c’est du mensonge. Côté sécuritaire, ici, il y a zéro sécurité. Tout ce qu’ils [les matons] sont en train de faire devant l’opinion publique, c’est prendre des sous pour pouvoir se les partager entre eux. Tout… Ils demandent des choses qu’ils ne mettent même pas… Les gilets pare-balles, on les voit même pas avec. Ils ont demandé des gilets cache-cou, ou je sais pas quoi, là : ils ne les mettent même pas. Tout ça, c’est que du mensonge. Voilà, je dénonçais juste ce mensonge, pour que les gens comprennent un peu dans quoi on est, car ça commence à bien faire. Et, j’espère bien qu’ils vont venir me chercher pour me jeter au mitard et me faire partir de cette prison, parce que c’est plus possible… J’ai des charges que je peux même pas assumer ici. Ça veut dire quoi, ça ? Voilà, donc c’est ce que j’avais à dire sur Condé-sur-Sarthe ; et que c’est bien une prison de corrompus, ici. Ils font comme si c’était la prison la plus sécuritaire de France, mais tout ça c’est rien que des mensonges. J’espère que le message sera bien passé et que je serai compris. Ne prenez pas ça pour une provocation. C’est pas pour provoquer, c’est pour vraiment dénoncer ce qu’il se passe ici. Parce ma situation carcérale avant que j’arrive ici, elle était stabilisée. Je suis arrivé ici et tout a commencé à se dégrader. Ma fin de peine… Mes grâces, elles ont sauté… Tout a sauté… Et cerise sur le gâteau, on me met une fiche de radicalisé maintenant… incroyable… Tout ça pour que je ne sorte jamais de prison. C’est eux, en fait, qui créent les terroristes, c’est eux qui les créent, et après ils nous laissent dans la nature. Après ils font des trucs et ils disent que c’est nous les terroristes. C’est faux ! Moi, j’ai pas que ça à faire avec ces histoires. Donc voilà, je voulais juste dénoncer ça et j’espère que le message sera bien passé et qu’on comprendra le message. Ne prenez pas ça pour une provocation parce que cela n’a rien à voir avec ça. Voilà, merci ! »

« Aujourd’hui, je viens m’exprimer. Comme tous mes confrères vous ont dit, on est dans la même situation : ça va pas dans cette prison. J’espère que vous allez faire le nécessaire pour nous. Pour pouvoir cesser toute cette méchanceté, cette hypocrisie et toutes ces choses-là. Je tiens à vous faire part que j’ai déjà fait quatre demandes de transfert qui ont été refusées pour des motifs bidon. Du baratin, des motifs bidons. Des mensonges de surveillants. L’administration, ce sont des menteurs, des manipulateurs. Ils veulent juste faire de la répression pour te gâcher la vie. C’est ça la France ? Rhalala… Allez, peace and love ! »

« Je m’appelle Cédric Couloufa, je suis à la Centrale d’Alençon-Condé-sur-Sarthe. Je m’adresse à vous car ils sont entrain de bafouer mes droits. [La vidéo s’interrompt.] »

« Je suis le détenu dénommé Jordi, écrou 829, détenu à Condé-sur-Sarthe, dans une prison où il n’y a aucune réinsertion, aucune formation, aucune activité pour permettre de se réinsérer. Ça fait deux ans que je [La vidéo s’interrompt.] »

« Bonjour, nous sommes à Condé-sur-Sarthe. C’est un surveillant qui a fait entrer ça [le téléphone qui filme] à un détenu ; donc voilà, on subit des violences de la part de surveillants de Condé-sur-Sarthe. On subit des trucs bizarres… On a le droit à rien. On se fait insulter tous les jours, des mains au cul… Tout, tout, tout pour regarder si on a des téléphones dans le cul. A un moment donné, voilà, quoi. Ce qui se dit à la télé, c’est faux. Je vous remercie de faire tourner ça. Voilà, un détenu de Condé. Au revoir ! »

Pour en finir avec toutes les prisons