Catégories
Articles de la rédaction Courriers de l'intérieur des prisons

A force d’être trop tôt pour eux, ça finira par être trop tard pour moi ! par Philippe Lalouel prisonnier longue-peine

Bonjour à tous et toutes,

Nous venons vous dire, avec ma femme, que nous sommes solidaires des détenu.es qui sont emprisonné.es et en particulier ceux et celles qui ont des problèmes de santé. Tout comme moi.

Aujourd’hui, ce Covid19 nous met nous les prisonnier.es malades particulièrement en danger. Face à cet attentat gouvernemental, nous demandons des suspensions de peine qui sont toujours refusées. A croire que cette loi de suspension de peine pour raison médicale n’existe pas ! En 34 ans, j’en ai vu des prisonniers partir à l’hosto la veille de crever ! Et j’en ai vu des épidémies ravager les prisons !

A cause du Covi19, je suis, comme d’autres, dans l’impossibilité aujourd’hui de faire mes contrôles et bilans à l’hôpital car après chaque sortie, chaque examen, je devrais passer 14 jours en isolement dans une cellule du quartier arrivant. Autant dire que j’y passerais ma vie.

Avec cette logique absurde, il faudrait mettre tout le monde au quartier arrivant en permanence puisque nous sommes tous les jours en contact avec les surveillant.es qui rentrent et sortent tous les jours de la centrale !

Pour ma part, je suis contaminé par le VIH depuis 34 ans suite à une transfusion de sang contaminé après avoir été blessé par balle par la police dans les années 1980. Mon parcours carcéral a été catastrophique à cause du VIH : apprenant ma contamination en prison je me suis évadé deux fois pour ne pas crever en prison ; et j’ai repris des années. Cela m’a couté 34 ans de vie !

Je me suis évadé pour ne pas crever en taule. Ca ne plait pas aux juges et aux juges d’application des peines que je dise cela. Ils disent que je me « comporte en victime ». J’assume mes responsabilité bien sûr : depuis 34 ans je n’ai connu la liberté que quelques mois pour cela. Mais on ne peut pas balayer la maladie d’un revers de main. Ni balayer les raisons de cette maladie : un scandale sanitaire d’Etat qu’on a oublié aujourd’hui mais qui a fait des milliers de victimes. Personne ne peut l’affirmer mais ma vie aurait sans doute pris un autre chemin si l’on ne m’avait pas mis dans les veines un virus. A ce titre, oui, je suis une victime de l’Etat.

Jusqu’à maintenant, ils n’ont pas voulu l’entendre : tant que je me tiens debout, tant que je répète que j’ai été contaminé et que mon parcours carcéral est lié à ça, c’est que je ne suis pas prêt à sortir ; que c’est « trop tôt ».

Mais à force d’être trop tôt pour eux, cela finira par être trop tard pour moi !

Victime enfermée du VIH je ne veux pas être une victime enfermée du Covid19 !

Je dois passer en commission d’application des peines le 17 juin 2020. Je vais répéter ce que j’écris ici. J’ai passé ma vie en prison en partie à cause d’un virus ; je me suis évadé pour ne pas qu’il me tue en prison. Aujourd’hui, je ne veux pas qu’un autre virus me tue en prison. Pas question que je parte comme ça après 34 ans ! Si c’était le cas, la justice et l’AP en porteront la responsabilité et devront en assumer les conséquences. Je suis conditionnable, ma compagne m’attend, mes ami.es m’attendent pour que nous vivions quelques années communes de liberté. Alors qu’on me laisse sortir et vivre… un peu !

Sur ces quelques lignes nous vous souhaitons force courage et détermination.

La loi c’est eux, Lalouel c’est moi !

Philippe Lalouel, Centrale de Lannemezan, 30 mai 2020.

Faites sortir l’accusé, est un film documentaire sorti en 2017 et écrit avec Philippe Lalouel depuis sa cellule de prison centrale ; ce film retrace sa vie et le combat mené aux assises entre 2012 et 2014 pour réduire sa peine infinie. Il est disponible ici. Le DVD comprend un lien de téléchargement et un livret des mémoires écrites par Philippe. Le film est envoyé gratuitement aux prisonniers et proches qui en font la demande.

Laisser un commentaire